En 2006 a été publié le rapport de la Commission d’enquête parlementaire demandé par le Sénat italien en 2004 à propos des décès et maladies graves chez des soldats italiens. Du 1er août 1994 jusqu’en 2006, 23 décès dus à des maladies tumorales ont été signalés parmi les membres de l’armée italienne ayant pris part à des missions militaires en ex-Yougoslavie. 124 cas de tumeurs cancéreuses ont été enregistrés.

Dix ans plus tard, Domenico Leggiero, ancien pilote et maintenant président de l’Osservatorio militare, une association pour la protection des victimes et de leurs familles, déclare: «A ce jour [18 avril 2016], 331 soldats italiens sont décédés et plus de 3764 souffrent d’un cancer; ils ont tous été exposés à de l’uranium appauvri (UA)».
Une documentation de la chaîne de télévision Arte du 4 avril 2017 montre comment et pourquoi la problématique de l’UA a si longtemps été tue et dissimulée:
www.arte.tv/de/videos/061650-000-A/die-who-im-griff-der-lobbyisten (dès la minute 52).    •

Source:.Zeit-fragen.ch


Plainte contre l’utilisation de munitions à l’uranium appauvri en Yougoslavie en 1999

De la Serbie, nous parvient la nouvelle1 qu’une procédure juridique va être entreprise contre l’OTAN. Une équipe, formée de 26 avocats et professeurs de Serbie, Allemagne, France, Italie, Russie, Chine, Angleterre et Turquie, prévoit d’attaquer l’OTAN en justice, pour avoir, pendant la guerre de 1999, déversé des bombes contenant de l’uranium appauvri sur la Yougoslavie. Les effets toxiques à long terme se manifestent dans une véritable épidémie de cancer prenant une ampleur toujours plus grande. Le sud de la Serbie et le Kosovo sont spécialement touchés. Selon le ministère serbe de la Santé publique, chaque jour un nouvel enfant tombe malade du cancer. C’est la raison principale ayant déclenché cette initiative. Le président de l’Académie royale serbe Srdjan Nogo pense que la plainte sera adressée aux tribunaux nationaux des Etats membres de l’OTAN et qu’une des exigences sera le financement des traitements médicaux pour les malades du cancer. Nogo a déclaré qu’on savait quels avions avaient bombardé quelle région en Serbie. Un avion français avait par exemple lancé des bombes dans le lac Palic, près de la ville de Subotica au Nord. L’avocat Srdjan Aleksic de Nis est le chef serbe de l’équipe de juristes. 10 à 15 tonnes d’uranium appauvri avaient été utilisées par l’OTAN, a-t-il déclaré, ce qui a créé une immense catastrophe environnementale. Le bureau de presse de l’OTAN est informé de ces activités serbes mais il n’a donné aucun commentaire.    •

1    Cf. également «‹Up to 15 tons of depleted uranium used 1999 Serbia bombing› – lead lawyer in suit against Nato», in: www.rt.com/news/392126-serbia-lawsuit-nato-depleted-uranium/  du 13/6/17 et «Serbian Royal Academy to Sue Nato over Bombing», in: www.balkaninsight.com/en/article/serbian-royal-academy-to-file-charges-against-nato-05-11-2017  du 12/5/17

Source: Zeit-fragen.ch

Imprimer