Avertissement au monde : Washington et ses vassaux de l'OTAN et de l'UE sont devenus fous (Paul Craig Roberts)
Herbert E. Meyer, un cinglé qui fut un temps assistant spécial pour le directeur de la CIA sous l’administration Reagan, a écrit un article réclamant l’assassinat du président russe Poutine. Si nous devions « le sortir du Kremlin les pieds devant avec une balle dans la nuque, cela nous conviendrait parfaitement. » [1] Meyer est l’illustration de la folie que Washington a déversée sur le monde ne connaît pas de limites.
José Manuel Barroso, installé comme marionnette de Washington en tant que président de la Commission européenne, a déformé le contenu de sa récente conversation téléphonique confidentielle avec Poutine, le président de la Russie, en racontant aux médias que Poutine avait proféré une menace : « Si je le veux, je peux prendre Kiev en deux semaines ».De toute évidence, Poutine n’a pas proféré de menace. Une menace ne serait pas cohérente avec l’approche dépassionnée dont Poutine a fait preuve face à la menace stratégique que Washington et ses marionnettes de l’OTAN ont fait peser sur la Russie en Ukraine. Vladimir Tchijov, le Représentant permanent de la Russie auprès de l’Union européenne, a dit que si Barroso maintenait son mensonge, la Russie rendrait public l’enregistrement complet de la conversation. Quiconque connaît la disparité entre les forces militaires russes et les forces ukrainiennes, sait pertinemment qu’il suffirait de seulement 14 heures, et pas de 14 jours, à l’armée russe pour conquérir l’ensemble de l’Ukraine. Souvenez-vous seulement de ce qui advint de l’armée géorgienne entraînée et équipée par les Américains et les Israéliens lorsque Washington jeta ses stupides marionnettes géorgiennes à l’assaut de l’Ossétie du Sud. L’armée géorgienne entraînée et équipée par les Américains et les Israéliens s’effondra sous la contre-attaque russe en 5 heures.
Le mensonge que Barroso la marionnette a raconté n’était pas digne d’une personne responsable. Mais où donc en Europe peut-on trouver une personne responsable au pouvoir ? Nulle part. Les quelques personnes sérieuses qui restent sont toutes en dehors du pouvoir. Prenons le cas du secrétaire général de l’OTAN, Anders Rasmussen. Quand il était Premier ministre du Danemark, il a réalisé qu’il pouvait s’élever au-dessus du Danemark en servant de marionnette à Washington. En tant que Premier ministre, il avait apporté tout son soutien à l’invasion illégale de l’Irak par Washington en déclarant : « nous savons que Saddam Hussein détient des armes de destruction massive ». Bien entendu, l’abruti ne savait rien de tout cela ni pourquoi cela aurait eu de l’importance si l’Irak avait possédé de telles armes. De nombreux pays possèdent des armes de destruction massive.Conformément à la règle qui veut que toute personne servant Washington obtienne une promotion, Rasmussen fut donc promu.

Le problème qui surgit quand on promeut des imbéciles sans scrupules, c’est qu’ils peuvent hypothéquer le monde pour favoriser leur carrière. Rasmussen, à l’heure actuelle, a mis en danger d’annihilation totale l’ensemble de l’Europe occidentale et orientale. Rasmussen a annoncé la création d’une force spéciale d’attaque rapide capable de faire une guerre éclair à la Russie. Ce que le pantin de Washington appelle « Plan de préparation » [“the Readiness Action Plan”] est justifié comme étant une réponse au « comportement agressif de la Russie en Ukraine ».

La « force spéciale d’attaque rapide » de Rasmussen serait balayée ainsi que toutes les capitales européennes. Quel genre d’idiot peut provoquer ainsi une superpuissance nucléaire ?

Rasmussen allègue du « comportement agressif de la Russie » mais il n’en a aucune preuve. La Russie est restée en retrait pendant que le gouvernement fantoche de Washington à Kiev pilonnait et bombardait les logements civils, les hôpitaux, les écoles et diffusait un flux constant de mensonges dénigrant la Russie. La Russie a rejeté les demandes de réunification avec la Russie des provinces ukrainiennes de l’est et du sud qui sont maintenant indépendantes et qui étaient d’anciens territoires russes. Comme mes lecteurs le savent, je considère la décision de Poutine comme étant une erreur, mais les événements pourraient me donner tort et cela me convient fort bien. Pour l’heure, il est clairement établi que chaque acte de comportement agressif résulte du soutien des nazis de Kiev par les États-Unis et l’Union européenne. Ce sont les milices nazies ukrainiennes qui attaquent les civils dans les anciens territoires russes de l’Ukraine de l’est et du sud. Bon nombre d’unités de l’armée régulière ukrainienne ont fait défection en faveur des républiques indépendantes.

Oui, des nazis. L’Ukraine de l’Ouest est le foyer d’origine des divisions SS ukrainiennes qui ont combattu pour Hitler. Aujourd’hui, les milices encadrées par Secteur Droit [Right Sector] et d’autres groupes politiques de droite portent l’insigne des divisions SS ukrainiennes. Tels sont les gens que soutiennent Washington et l’Union européenne. Si les nazis ukrainiens pouvaient gagner contre la Russie, ce qu’ils ne peuvent pas faire, ils se retourneraient contre l’Occident, exactement comme l’a fait l’ISIS subventionnée par les États-Unis que Washington a déchaîné sur la Syrie et en Libye. Maintenant, ISIS réorganise le Proche-Orient et Washington semble désemparé.

William Binney, un ancien responsable de haut niveau de l’Agence Nationale de Sécurité des États-Unis [NSA, National Security Agency] avec ses collègues de la CIA et des services de renseignement militaire, ont écrit à la chancelière allemande Merkel pour la mettre en garde contre les mensonges d’Obama lors du prochain sommet de l’OTAN au Pays de Galles. Les responsables du renseignement conseillent à Merkel de se souvenir des « armes de destruction massive » de l’Irak et de ne pas être à nouveau dupée, cette fois-ci dans un conflit avec la Russie. http://www.zerohedge.com/news/2014-09-01/ex-nsa-director-us-intelligence-veterans-write-open-letter-merkel-avoid-all-out-ukra

La question qui se pose est la suivante : pour qui roule Merkel ? Washington ou l’Allemagne ? Pour l’instant, Merkel a défendu Washington, pas les intérêts d’affaires allemands, pas le peuple allemand et pas non plus les intérêts de l’Allemagne en tant que pays. Voici une manifestation à Dresde où l’on voit une foule empêcher le discours de Merkel aux cris de « Kriegstreiber » (va-t-en-guerre), « Menteuse, menteuse » et « Pas de guerre avec la Russie ». https://www.youtube.com/watch?v=-wSMhGE_Mpk

Mon directeur de thèse de doctorat, qui devint un haut fonctionnaire du Pentagone chargé de terminer la guerre du Vietnam, alors que je lui demandais comment il se faisait que Washington parvienne toujours à obtenir de l’Europe qu’elle se plie aux desiderata de Washington, me répondit : « de l’argent, nous leur donnons de l’argent ». « Sous forme d’aide extérieure ? » ai-je demandé. « Non, nous donnons aux dirigeants de l’Europe des sacs pleins d’argent. Ils sont à vendre, nous les avons achetés. Ils nous rendent des comptes ». C’est peut-être ce qui explique que la fortune de Tony Blair soit de 50 millions de dollars un an après son mandat.

Les médias occidentaux, qui forment le plus grand lupanar de la planète, attendent désespérément une guerre. Le Comité de rédaction du Washington Post, devenu un journal-trophée dans les mains du propriétaire milliardaire d’Amazon.com, a publié le 31 août un éditorial qui affichait tous les mensonges sur Poutine en provenance de Washington (et ceux du Washington Post).

Le propriétaire d’Amazon.com sait peut-être comment commercialiser des produits sur Internet, mais il est nul lorsqu’il s’agit de diriger un journal. Ses rédacteurs au Washington Post ont fait de son trophée la risée du monde entier.

Voici quelles sont les accusations absurdes contre Poutine de la part des rédacteurs à qui ce milliardaire a confié la responsabilité de son journal-trophée :

« Poutine, regrettant amèrement la perte de pouvoir consécutive à l’effondrement du bloc soviétique, a ressuscité la « tyrannie du grand mensonge » afin de reconstituer l’empire russe. »

« Les milices sponsorisées par la Russie en Ukraine » sont responsables de « la destruction en vol de l’avion de ligne malaisien au mois de juillet ». Les « médias russes contrôlés par l’État » ont menti et induit le peuple russe en erreur sur l’identité du camp responsable d’avoir abattu l’avion.

« En l’absence de journalisme libre et indépendant, peu de Russes réalisent que de l’armement et des soldats russes sont engagés en Ukraine de l’Est, même si, (comme en Crimée) leurs véhicules et leurs uniformes ont été dépouillés des plaques d’immatriculation et des insignes d’identification. Sans presse libre, les Russes sont livrés à eux-mêmes en pleine tempête de désinformation. »
« Le Grand Mensonge de Monsieur Poutine montre pourquoi il est important de soutenir le journalisme libre partout où il existe encore et aussi les sources d’information comme Radio Free Europe qui apportent la vérité à ceux qui en ont besoin.»

En tant qu’ancien rédacteur au Wall Street Journal, je peux affirmer en toute certitude qu’un monument de propagande aussi extraordinaire qui se fait passer pour un éditorial, aurait entraîné immédiatement le licenciement de toutes les personnes concernées. A l’époque, lorsque je faisais partie du personnel du Congrès, le Washington Post était considéré comme un actif de la CIA. Aujourd’hui, le Post est tombé bien plus bas encore.

J’ai vu beaucoup de propagande médiatique à l’époque, mais cet édito du Washington Post remporte la palme. Il démontre que les rédacteurs dudit éditorial sont soit complètement ignares, soit complètement corrompus. Pour eux, leurs lecteurs pataugent dans l’ignorance. Si des unités militaires russes étaient en action en Ukraine de l’Est, la situation serait exactement celle que décrit Alexandre Zakharchenko :
http://www.paulcraigroberts.org/2014/08/30/west-greatest-cause-war-human-history-stands-stripped-legitimacy-paul-craig-roberts/ ou bien Dimitri Orlov :
http://www.paulcraigroberts.org/2014/09/01/can-tell-whether-russia-invaded-ukraine/
L’Ukraine n’existerait plus. L’Ukraine ferait de nouveau partie de la Russie comme cela a été le cas pendant des siècles, avant que Washington ne profite de l’effondrement du bloc soviétique pour arracher l’Ukraine à la Russie.

La question qui se pose à nous est donc : combien de temps encore la Russie va t-elle supporter patiemment les monstrueux mensonges et ces provocations de l’Occident ? Quels que soient les efforts de retenue déployés par la Russie, celle-ci est accusée du pire. En conséquence, la Russie pourrait tout aussi bien commettre le pire.

A quel moment le gouvernement russe va-t-il conclure que les mensonges de Washington et ceux de ses jouets européens ainsi que la corruption des médias occidentaux anéantissent tous les efforts russes pour résoudre le problème par la diplomatie et un comportement pacifique ? Puisque la Russie est constamment accusée à tort d’envahir l’Ukraine, puisque la propagande occidentale a démontré que la Russie avait envahi l’Ukraine, puisque des sanctions et de nouvelles bases militaires aux frontières de la Russie ont été imposées sous prétexte de cette prétendue invasion, quand le gouvernement russe décidera-t-il que la Russie ferait aussi bien de foncer et de se débarrasser du problème que Washington lui a créé en envahissant l’Ukraine pour de bon ?

L’OTAN ne pourrait rien y faire si la Russie décidait qu’une Ukraine aux mains de Washington représente une menace stratégique trop importante pour elle et si elle réintégrait à nouveau l’Ukraine dans la Russie, à la place qu’elle a occupée pendant des siècles. Toute force de l’OTAN envoyée en représailles déclencherait une guerre que l’OTAN ne peut pas gagner. La population allemande se souvenant des conséquences de la guerre avec la Russie renverserait le gouvernement fantoche de Washington. L’OTAN et l’Union européenne s’effondreraient avec la sortie de l’Allemagne de cette construction absurde qui sert les intérêts de Washington au détriment de ceux de l’Europe.

Lorsque cela arrivera, le monde sera en paix. Mais pas avant.

Pour tous ceux qui se préoccupent de savoir comment le pays des mensonges fonctionne, le gouvernement fantoche de Washington à Kiev attribue la défaite de ses forces militaires par la République de Donetsk à la présence d’unités militaires russes dans l’armée de Donetsk. Telle est la propagande qui a été livrée à l’Ukraine de l’Ouest et aux médias pressetitués occidentaux, un ramassis de prostitués qui se contentent de relayer la propagande sans mener l’ombre d’un travail d’investigation. Cependant Kiev tient un autre discours au FMI. Si l’Ukraine est en guerre, Kiev ne peut pas recevoir les fonds du FMI avec lesquels elle compte payer ses créanciers occidentaux. Alors l’Ukraine sert au FMI l’histoire inverse : la Russie n’a pas attaqué l’Ukraine.

Les médias occidentaux ne s’occupent absolument pas des faits. Seulement des mensonges. Rien que des mensonges.

Le Washington Post, le New York Times, CNN, Fox “news,” Die Welt, la presse française, la presse britannique, tous implorent : « s’il vous plaît Washington, donnez-nous encore plus de mensonges à sensation que nous pourrons claironner. Notre tirage en a besoin. La guerre et l’avenir de l’espèce humaine sont le cadet de nos soucis pourvu que nous puissions retrouver un peu de stabilité financière. »

Justin Raimondo nous lance un avertissement : Washington est en train de semer les graines de la Troisième guerre mondiale : http://original.antiwar.com/justin/2014/09/02/our-cold-war-with-russia-could-turn-hot/

Par Paul Craig Roberts – 2 septembre 2014 

[1] http://www.americanthinker.com/2014/08/how_to_solve_the_putin_problem.html

Article original: Paul Craig Roberts.org 

Le Docteur Paul Craig Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor pour la politique économique et rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal. 

Source : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/


Arrêt sur Info se dégage de toute responsabilité concernant des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes. 

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact