© Photo. Tanjug/ RADE PRELIC

Pourquoi l’entartage de Bernard-Henri Lévy?

Plusieurs Serbes, indignés par le soutien de Bernard-Henri Lévy aux musulmans de Bosnie pendant le conflit en ex-Yougoslavie dans les années 1990, expriment leur grogne par des actions concrètes, comme l’entartrer publiquement. Sputnik a voulu en savoir plus.

De nombreux Serbes accusent toujours Bernard-Henri Lévy, philosophe, écrivain et réalisateur, d’avoir soutenu les musulmans de Bosnie lors du conflit en Yougoslavie qui avait fait plus de 100 000 morts entre 1992 et 1995. Certains ne se limitent pas d’ailleurs à la parole. Ainsi, hier à Belgrade, lors de la présentation de son documentaire « Peshmerga » sur les combattants kurdes en Irak, BHL a été attaqué par des représentants d’un groupuscule communiste serbe avec une tarte à la crème.

Comment expliquer cette agression que BHL a qualifiée de « fasciste » ? Sputnik a posé la question à Slobodan Despot, éditeur et écrivain suisse.

« C’est, disons, une juste rétribution si j’ose dire. Et encore, bien bénigne pour ce qu’il a fait et le rôle qu’il a eu dans le conflit en Yougoslavie. »

M. Despot rappelle que dans les années 1990, Bernard-Henri Lévy était littéralement l’agent de relations publiques de l’homme fort de Sarajevo, Alija Izetbegović. Alija Izetbegović que l’on présentait comme un grand démocrate, comme un espoir, comme une voix européenne pour les musulmans de Bosnie, était en fait un « islamiste pur et dur » qui avait été d’ailleurs distingué par le roi de l’Arabie saoudite pour sa propagande en faveur de l’islam et qui avait fait de la prison dans la Yougoslavie communiste à cause de sa propagande islamiste, poursuit-il.« Tout cela, personne ne pouvait l’ignorer et pourtant, Bernard-Henri Lévy a fait la campagne de la promotion de Monsieur Izetbegović en allant à Sarajevo, en occultant complètement l’envers du décor de cette guerre civile et que les provocations et les crimes étaient largement partagés. »

C’est seulement par la suite que l’on a appris que l’agression qui a déclenché la guerre en Bosnie avait été sciemment déclenchée par les amis de monsieur Izetbegović contre un mariage serbe dans la vieille ville de Sarajevo en 1992. L’expert énumère : on a appris également que ces gens-là ont voulu la guerre, qu’ils avaient des appuis extrêmement puissants, qu’ils ont introduit le terrorisme islamique en Europe, qu’Izetbegović, entre autres choses, a donné refuge et peut-être même un passeport bosniaque à Oussama Ben Laden…

« Et donc, l’action de monsieur Bernard-Henri Lévy, même bien qu’il s’en défende […] c’est une action de pur agent d’influence au service d’une cause dont on a vu avec le temps les effets pernicieux et la nature complètement dévoyée. On a introduit un véritable virus de violence, de fondamentalisme d’extrémisme en Europe, dont il sera très, très difficile de se débarrasser tandis que monsieur Bernard-Henri Lévy, avec sa considérable fortune d’héritier d’exploitant colonial du bois en Afrique pourra toujours se réfugier dans son petit château de Marrakech, au Maroc. »

Par conséquent, malgré les tentatives de BHL de s’afficher comme un homme de paix, il n’agit pas dans le sens de la paix, estime M. Despot. Pourquoi ? Parce qu’il soutient « mordicus un seul camp » et se répand « en invectives avec des propos haineux sans aucun fondement, sans aucun argument contre l’autre camp », ceci dans une guerre civile extrêmement complexe.

« Dire qu’un personnage comme Lévy a travaillé à la paix, c’est comme de dire que les bouchers travaillent pour le végétarisme », fait-il remarquer.

Concernant « l’entartage » du réalisateur lors de la présentation du film « Peshmergas », l’interlocuteur de Sputnik affirme que « c’était un happening, c’était un geste à la fois artistique, militant, culturel et humoristique » et il est persuadé que les jeunes « attaquants » auraient tenté d’entarter Bernard-Henri Lévy même s’il était venu en visite privée.

Mais en même temps, M. Despot invite à regarder les prises de position de la gauche cohérente, radicale, « la vraie gauche en Europe » au sujet des conflits au Moyen-Orient.

« Il va de soi que pour eux, la propagande, la partialité, la sentimentalité et le show-business développés par Bernard-Henri Lévy autour des causes qu’il défend et qui se trouvent être grosso modo les mêmes causes qui plaisent à l’Arabie saoudite et au Qatar, et bien, tout cela ne peut que les écœurer et leur donner envie de lui flanquer une bonne grosse tarte à la crème à la figure », résume M. Despot.

11.05.2017

Source: https://fr.sputniknews.com/international/201705111031348393-tarte-levy-critiques/

print