Une nouvelle semaine à Washington et une nouvelle scène d’horreur. Cette fois, c’était le procureur général Jeff Sessions qui était sur le grill des sénateurs qui l’interrogeaient pour savoir si, quand et comment il aurait pu rencontrer certains Russes, ou n’importe quel Russe, ou quelqu’un qui pourrait bien connaitre un Russe. Outre aller à la pêche d’éventuelles contradictions qui pourraient être utilisées pour soutenir une accusation d’entrave à la justice ou de faux témoignage – on retrouve ici la méthodologie sordide habituelle des enquêtes à motivation politique – l’objectif transparent était d’empoisonner à la source toute initiative éventuelle d’améliorer les liens avec Moscou.

La stratégie semble fonctionner. L’ambassade de Russie à Washington confirme que pour la première fois depuis la fondation de la Fédération de Russie, le Département d’Etat n’a pas envoyé le pro forma des félicitations pour les fêtes nationales. Peut-être que les bureaucrates avaient peur d’être mouillés et de devenir eux-mêmes des cibles de multiples enquêtes pour «collusion» avec le Kremlin. (Heureusement, cet analyste intrépide de Washington n’a aucun scrupule à faire ces associations .)

Ou plus probablement, ils font eux-mêmes partie de la foule de russophobes qui minent la Maison Blanche. Il a été rapporté que peu de temps après son investiture, Trump a cherché à ouvrir le dialogue avec le Kremlin et a établi un début de sommet avec le président Vladimir Poutine. Cela a produit une contre réaction hystérique de l’État profond. Comme le rapporte le chroniqueur conservateur et ancien candidat à la présidence de Patrick Buchanan :

«Le Département d’Etat a été chargé de travailler sur les détails.

«Au lieu de cela, dit Daniel Fried, coordonnateur de la politique des sanctions, il a reçu des appels « paniqués » de « S’il vous plaît, mon Dieu, arrêtez ça ».

« Les opérateurs de l’Etat, déloyaux envers le président et hostiles à la politique russe sur laquelle il avait été élu, ont collaboré avec des éléments du Congrès pour saboter toute détente. Ils ont réussi.

« ‘Ça aurait été gagnant-gagnant pour Moscou’, a déclaré Tom Malinowski, qui se vantait la semaine dernière de son rôle dans le blocage d’un rapprochement avec la Russie. Les employés de l’Etat ont saboté l’une des principales politiques pour lesquelles les Américains avaient voté, et ils l’ont substitué par la leur ».

C’est beaucoup pour un gouvernement constitutionnel et l’Etat de droit …

Mais maintenant c’est encore pire. Cette semaine, le Congrès a lancé la législation visant à  codifier en statut les sanctions imposées à la Russie  par Barack Obama sur l’Ukraine et les accusations sans preuve d’ingérence électorale russe. Les dispositions pour une dérogation présidentielle, qui sont la norme dans toute loi sur les sanctions, sont particulièrement étroites. Les partisans de cette loi au Congrès disent clairement que leur objectif est de sortir cette affaire des mains du président. Les Démocrates qui apparemment n’ont aucun autre agenda politique ni d’idées, veulent  continuer à battre le tambour russe jusqu’aux élections du Congrès de 2018 .

En fin de compte, il y a beaucoup de raisons pour lesquelles la classe politique déteste Trump. Ses hérésies sur l’immigration et le commerce sont en haut de la liste. Mais ne vous y trompez pas: pour l’Etat profond et son armée, les médias traditionnels, diaboliser la Russie et Vladimir Poutine en personne est une dangereuse obsession. (Il y a des raisons de soupçonner que la «collusion russe» était présente dans la tête du tireur gauchiste fanatique qui a attaqué un membre républicain du Congrès : «Le tireur a également signé une pétition appelant à une enquête sur les liens entre Trump et la Russie, confirmant qu’il avait été radicalisé par l’obsession des grands médias sur les théories du complot au sujet de l’interférence de la Russie sur les élections ».)

Il reste à voir si la longue interview d’Oliver Stone avec Poutine sur Showtime network aura un impact. Jusqu’à présent, le commentaire semble être partagé entre les descriptions de la substance de la discussion et les attaques contre Stone pour avoir discuté avec un si mauvais, mauvais homme : « Prenant la parole après l’interview, Stone a réfuté les allégations selon lesquelles il est devenu sans le savoir un messager de la propagande pro-Poutine ou des informations malhonnêtes données par le président ».

En ce qui concerne le fond, relativement peu d’attention a été accordée dans les médias américains à l’accusation catégorique de Poutine selon laquelle « les services spéciaux des États-Unis» ont soutenu les terroristes, y compris en Tchétchénie. Bien sûr, toute personne y prêtant la plus petite attention devrait savoir que le fait d’armer les djihadistes est une partie intégrante de la politique américaine, qui remonte au moins à l’Afghanistan dans les années 1980 et répété en Bosnie, au Kosovo, en Libye et en Syrie aujourd’hui. En effet, dès les années 1950, les Etats-Unis avaient établi une relation très étroite avec les Frères musulmans et ses éléments terroristes comme une arme contre Gamal Abdel Nasser en Egypte et les Baasistes en Syrie et en Irak, que Washington pensait être un peu trop amis avec l’Union Soviétique et beaucoup trop socialistes et laïques pour le goût de nos amis de l’Arabie Saoudite et du Golfe.

Il y a une véritable symbiose entre l’impératif antirusse dans la politique étrangère américaine et l’aide apportée aux éléments radicaux islamiques. Cela n’a pas pris fin lorsque l’Union Soviétique et et le communisme se sont effondrés, au contraire, cela s’est plutôt intensifié. C’est pourquoi les appels constants pour un front commun contre le terrorisme de Moscou ont toujours été rejetés. Une telle coopération n’a pas de sens pour une nomenklatura dont le premier objectif est l’hostilité envers Moscou et pour ceux pour qui les djihadistes sont au pire des « amennemis » (frienemies) – des personnes qui peuvent être gênantes, mais utiles.

Nous ne pouvons qu’imaginer à quel point le monde serait complètement différent si les États-Unis devaient reconnaître que la Russie est un pays qui à bien des égards n’est pas différent des États-Unis ou de l’Europe et que nous avions des intérêts communs. Mais pour l’État profond des États-Unis, cela reviendrait à changer de camp dans un conflit mondial, où l’on ne voit essentiellement que des djihadistes comme «combattants de la liberté» contre un adversaire géopolitique. Ces mêmes «élites» inconscients sont alors perplexes quand les terroristes djihadistes «modérés» qu’ils ont soigneusement couvés, bichonnés, nous attaquent ici au pays.

Ce modèle irrationnel est à l’origine de l’hostilité des dirigeants américains envers la Russie et envers toute perspective d’une normalisation des relations bilatérales. Dans une large mesure, c’est ce qui sous-tend le « coup d’état soft » dirigé contre Trump, dont les sessions de mise au pilori étaient un épisode. (Un rapport tardif  basé sur des sources non fiables, non vérifiées  suggère que le conseiller spécial sur l’enquête sur la Russie, Robert Mueller, étend son enquête pour y inclure une obstruction potentielle de la justice par le président Donald Trump. Mueller, un ami personnel du directeur du FBI évincé James Comey, a déjà rempli son équipe avec les démocrates partisans.)

Ceux qui sont derrière cette tentative de coup d’état pensent que nous pouvons continuer à traiter la Russie comme si elle était une puissance mineure de l’ampleur de la Serbie, l’Irak, la Libye, la Syrie, ou même l’Iran. Ils pensent que si nous continuons simplement à pousser, pousser, pousser, soit les Russes vont s’effondrer soit ils renonceront. Ils feront tout leur possible pour circonscrire Trump et l’empêcher de poursuivre une autre voie que celle désastreuse qui avait été tracée par Bill Clinton, George Bush et Barack Obama. Ils ne voient pas d’ autre issue que de faire tomber Poutine et le retour de la Russie à l’état de vassal comme sous l’ère Eltsine – expression utilisée par Poutine dans l’interview de Stone – ou, mieux encore, son démembrement territorial le long des lignes proposées par feu Zbigniew Brzezinski .

Est-ce que l’entrevue d’Oliver Stone changera les esprits? Il est trop tôt pour le dire. Mais si le coup d’état soft contre Trump réussit, cela pourrait ne plus avoir d’importance, car alors l’Amérique ne pourrait plus être considérée comme une république constitutionnelle autonome, même dans un sens résiduel. Nous avons peut-être déjà passé notre propre Rubicon et ne le savons pas encore.

James George JATRAS | juin 16, 2017 | Ron Paul Institute

Crédit photo: Ron Paul institute

Traduction : Avic

Source: Réseau International

print