Aujourd’hui, à l’époque de la surveillance totale, des radicaux qui sont souvent connus des services de police peuvent faucher plus d’une centaine de personnes en plein jour, et s’échapper. Ils peuvent traverser 26 pays de la zone Schengen de l’UE (dont la Suisse), et il n’y aura pas un seul point de contrôle frontalier sur la totalité de leur chemin… Le terroriste suspect de Barcelone a-t-il pu se déplacer en France (et en Suisse)?


Imprimer