Le nom « Rohingya » ne signifie pas celui d’une ethnie particulière mais d’une minorité parlant la langue bengali. Selon les critères communément accepté par les éthnologistes, une ethnie correspond à un groupe d’humains parlant une langue spécifique donc nous pouvons affirmer sans risques que les Rohingyas sont d’ethnie bengali. L’ethnie bengali est majoritaire au Bengladesh et dans l’Etat du Bengale Occidental situé en Inde. Ces deux entités étatiques ont été séparée lors de l’indépendance de l’Inde en 1947, la majorité des Musulmans se retrouvant dans ce qui était alors le Pakistan Oriental et qui est devenu le Bengladesh suite à la guerre d’indépendance de 1971, tandis que la majorité des Bengalis de religion hindou se retrouvait dans ce qui est l’Etat indien du Bengale Occidental dont la capitale est Calcutta. Mais, bien évidemment, il était quasiment impossible de réunir les membres d’une même religion dans un même ensemble étatique en se contentant de tracer une ligne frontalière et aujourd’hui, tandis que le Bengale Occidental possède une importante minorité musulmane, le Bengladesh possède quant à lui une importante minorité hindou.

Lors de la colonisation de la Birmanie au XIXème siècle, les Anglais se sont aperçu que l’immense majorité des Birmans refusaient de collaborer avec leur administration coloniale. Ils ont donc « importé » des Bengalis dans ce pays pour leur servir de flics. Vu que l’actuel Bengladesh est frontalier de la Birmanie, ce qui n’est pas le cas de l’Etat indien du Bengale Occidental, la grande majorité de ces « bengalis/rohingyas » anciens collaborateurs des colonialistes anglais étaient de confession musulmane. La majorité mais pas tous. Une minorité d’entre eux étaient de religion hindoue. Et ces derniers ont évidemment refusé de s’intégrer aux mouvements armés islamistes se revendiquant de l’Etat islamique ou d’Al Qaïda

Les 24 et 25 août 2017, 93 membres minoritaires hindous du village de Kha Maung Seik situé dans le district de Maungdaw, ont été abattus par des musulmans rohingyas, 8 jeunes femmes hindoues et 10 enfants, forcés de se convertir à l’Islam pour avoir la vie sauve, ont été kidnappés et conduits au Bangladesh à travers la frontière. Les 93 personnes qui ont été assassinées n’ont pas été classées comme tuées dans les annonces gouvernementales birmanes.

Les tueurs ont ensuite traversé la frontière pour se rendre au Bangladesh, se sont réfugiés dans un camp de réfugiés se trouvant là-bas, ont été soignés, et se promènent actuellement en portant les vêtements qu’ils ont volés aux victimes du massacre.

Ces « Bengalis/Rohingyas » hindous ont été massacrés par une foule musulmane de plusieurs centaines de personnes aux visages masqués, portant des armes à feu, des machettes, des haches et d’autres armes entre leurs mains. Les assassinats se sont produits dans les hameaux hindous des villages de Ye Bauk Kyar et Taung Ywar Anauk Kha Maung Seik les 27 et 28 août.

56 villageois hindous ont été tués dans le massacre du village de Ye Bauk Kyar qui s’est produit vers 4 heures de l’après-midi le 24 août, tandis que 37 autres Hindous ont été abattus dans le village voisin de Taung Ywar vers 10 heures du matin le 25 août. Le nombre des victimes de ces deux massacres correspond à 93. En regardant le calendrier des événements, le premier massacre du village de Ye Bauk Kyar a été lancé moins d’une demi-journée avant les attaques coordonnées nocturnes contre 30 avant-postes de sécurité par les terroristes islamistes rohingyas.

Une femme « bengali/rohingya » hindoue, Daw Khalwani, a témoigné sur ce massacre.

Daw Khalwani, une femme hindoue de 40 ans originaire de Ye Bauk Kyar, se dirigeait vers son village sans savoir que les musulmans « bengalis/rohingyas » y étaient en train de commettre un massacre. Alors qu’elle remarquait une agitation en se rapprochant du village, elle s’est cachée dans les buissons et a dû supporter l’horreur de voir ce qui se passait. A part son fils, qui était en voyage au Bangladesh à ce moment-là et elle-même, les six autres membres de sa famille ont été assassinés devant ses yeux.

Sous le choc et poussée par la peur, elle s’est furtivement dirigé vers le petit village hindou le plus proche, Taung Ywar, et a passé la nuit là-bas. Elle a raconté aux villageois ce qui venait de se passer au village de Ye Bauk Kyar, et cela a terrorisé ses interlocuteurs. S’enfuir pendant la nuit n’était pas une option raisonnable pour eux, car leur village était entouré de grands villages « rohingyas/bengalis » musulmans et ils savaient n’être pas en mesure de les traverser. Étant donné que la population totale du village, cette nuit-là, y compris les enfants et les vieilles personnes, ne comptait que 54 habitants, toute lutte était totalement impossible.

Dans la peur et l’impuissance, ils ont passé la nuit à prier car ils ne pouvaient pas sortir. Toutes les connexions téléphoniques étaient déjà mortes depuis trois jours. Ils ont essayé de se rassurer en pensant que ces musulmans « rohingyas/bengalis » étaient peut-être satisfaits de l’extermination d’un village hindou et qu’ils ne s’en prendraient pas à eux. (Pendant cette soirée sans sommeil, des terroristes « rohingyas/bengalis » ont lancé des attaques coordonnées contre une trentaine d’avant-postes de sécurité dans les cantons de Maungdaw, Buthidaung et Rathedaung).

Mais le lendemain, à 8 heures du matin, des centaines d’attaquants habillés en noir et portant des masques noirs, tous armés de fusils, de haches et de machettes se sont pointés à Taung Ywar. Ils ont commencé par piller les maisons et ont ensuite rassemblé les villageois. Tous les téléphones portables des villageois leur ont été confisqués. Ensuite, la foule armée les a conduit hors du village, vers le sud-ouest jusqu’à une petite vallée située près du village musulman de Baw Taw Lar. Sur place, il y avait une grande fosse sur le sol prête à servir.

Tous les prisonniers ont été attachés avec des cordes. Les prisonniers qui allaient être exécutés avaient les yeux bandés. Le massacre des prisonniers a été fait sans qu’il n’y ait eu de désordre, et les corps ont été jetés dans la fosse. Avec le meurtre de chaque malheureux prisonnier, les bourreaux criaient « Allah Akbar ».

Les bourreaux disaient aussi: « Vos bâtards recourent au peuple Rakhine et à l’armée birmane. Maintenant, allez demander à votre peuple Rakhine et à votre armée birmane de venir ici. Vous adorez des idoles de pierre. Vous méritez d’être tué. »

Témoignage de Daw Khalwani, une survivante du massacre (en langue bengali):

Imprimer