Crédit photo: RT

Macron fustige RT et Sputnik, mais passe sous silence «l’intense propagande des médias français»


Les remarques de Macron sur les médias russes ont été déplacées et injustifiées, surtout à la lumière de la propagande de la presse française contre la Russie. Mais cela s’explique par le succès des médias russes, estime le journaliste Guy Mettan.*


RT France : Comment voyez-vous le climat et les résultats de la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ?

Guy Mettan (G. M.) : Je trouve que c’est positif, comment le président Macron a reçu le président Poutine. Cela n’a jamais été possible avec François Hollande. Donc de ce point de vue-là c’est un geste positif. Effectivement, maintenant le problème c’est qu’Emmanuel Macron a du donner des gages à la partie de son électorat, à des amis politiques qui sont très hostiles à l’égard de la Russie. Ses gages ont pris deux formes : ses remarques concernant les homosexuels en Tchétchénie et puis la remarque qu’il a faite concernant Russia Today et Sputnik. Donc d’un côté, c’est un geste positif, mais de l’autre, il se sentait obligé de donner des gages à tous les russophobes en France qui l’appuient.

RT France : Selon vous, pourquoi a-t-il nommé RT et Sputnik «propagande», cela s’explique-t-il par l’influence de son entourage ?

G. M. : Oui, et aussi par le fait qu’il y a une campagne électorale et que parmi les gens qui le soutiennent, notamment du côté des socialistes et des socio-démocrates qui l’appuient, il y a des anciens proches de François Hollande qui sont très hostiles à la Russie. Il a voulu leur donner des gages pour justifier enfin sa rencontre avec le président Poutine.

De l’autre part, il cherche le soutien de l’électorat, des minorités, il a voulu s’assurer du soutien politique de ces minorités-là. Mais cette remarque sur la Tchétchénie est déplacée, on peut difficilement se prononcer car on ne connaît pas la réalité, s’ils chassent les homosexuels ou pas. En ce qui concerne Russia Today et Sputnik, je trouve ces propos tout à fait déplacés, parce que ce n’est pas justifié par rapport à l’intense propagande que les médias français font contre la Russie.

RT France : Il s’agit d’une approche générale ?

G. M. : C’est une attitude générale. Si on lit la presse française, il y a énormément de presse française qui parle de la Russie – des grands journaux, des grands magazines, etc. Elle le fait avec une partialité et avec un manque d’objectivité qui est très grand. Donc on ne peut pas reprocher aux médias russes d’être partiaux, alors que sa propre presse fait exactement la même chose en sens inverse.

RT France : On voit que les médias russes, notamment RT et Sputnik sont de temps en temps accusés de se mêler dans les élections dans d’autres pays, y compris en France, sans alléguer d’exemples précis. Pourquoi la presse russe est-elle victime de ces accusations ?

G. M. : Ces deux médias sont très populaires en Occident ; ils ont une audience croissante, qui inquiète beaucoup les groupes de pression qui luttent contre la Russie.  On l’a par exemple déjà vu avec l’UE qui a voté une résolution contre les médias russes pour créer une agence de propagande européenne pour faire pièce à la prétendue propagande russe – cela signifie que le succès de ces médias inquiète toutes ces parties de l’establishment. Si RT et Sputnik avaient une audience insignifiante, personne ne s’en préoccuperait. Mais ils ont une audience importante, et ça gène. Quelque part, c’est un compliment. C’est un hommage, cela constate le fait que ces médias gagnent une audience très importante auprès du public européen.

RT – 31 mai 2017

*Guy Mettan est journaliste, politologue et écrivain. Il est député du parlement de Genève, président du Club suisse de la presse et a écrit plusieurs livres dont Russie-Occident : une guerre de mille ans. Il est également ancien président de la Croix-Rouge genevoise.

Lire aussi : «Le pluralisme de la presse et son respect sont une des grandes forces de l’esprit républicain»

Source: https://francais.rt.com/opinions/39092-fustigeant-rt-sputnik-macron-donne-gages-russophobes

print