Par Ron Paul

Publié le 2 octobre 2017 sous le titre What Did Washington Achieve in its Six Year War on Syria?

Traduit par Sylvie Jolivet pour Arrêt sur info

A la veille de la défaite de l’État Islamique, l’armée syrienne étant en train d’en finir avec ses dernières positions à l’Est du pays, les interventionnistes de Washington cherchent de nouvelles excuses au maintien de la présence illégale de l’armée américaine. Le long exposé qu’ils ont fait pour justifier cette logique d’intervention est un nouveau mensonge.

Souvenons-nous qu’au début du conflit, le président Obama nous avait militairement impliqués en Irak et en Syrie pour « empêcher le génocide » des Yazidis et qu’il avait promis que l’opération n’irait pas jusqu’à une intervention des forces terrestres. Depuis cette promesse, faite il y a trois ans, l’implication de l’armée américaine est restée constante, et le Congrès a continué de se défiler face à ses obligations légales. Les Etats-Unis ont même établi des bases militaires en Syrie sans en avoir l’autorisation. Imaginez un peu si la Syrie commençait à s’établir militairement chez nous, sans nous demander notre avis !

Au terme de six années de guerre, le gouvernement syrien est sur le point de l’emporter sur l’État Islamique et Al-Qaïda, et les groupes « modérés », qui ont l’appui des Etats-Unis, se sont révélés être, soit des extrémistes islamistes, soit des mercenaires kurdes. Selon un récent rapport, les Etats-Unis ont livré deux milliards de dollars d’armement en Syrie, via l’Europe de l’Est. Pour une grande partie d’entre elles, ces armes ont fini dans les mains de l’État Islamique, soit directement, soit indirectement en passant par celles des groupes « modérés » avant que ces derniers ne rejoignent  l’État Islamique ou  Al-Qaïda.

« Assad doit partir » a proclamé le Président Obama en 2011, en accusant le président syrien de commettre un génocide contre son propre peuple et en prétendant que seul un changement de régime pouvait sauver les Syriens. Et voici que début 2017, au moment où Alep-Est allait être libérée par le gouvernement syrien, les Néo-Conservateurs nous ont prévenus qu’Assad allait s’y installer et en tuer tous les habitants. Selon leurs prévisions, la population d’Alep-Est s’enfuirait devant l’arrivée de l’armée syrienne. Mais les choses ont tourné tout à fait autrement. D’après l’Organisation Internationale pour les Migrations des Nations Unies, 600 000 réfugiés étaient de retour en Syrie dès le mois d’août. La moitié de ces rapatriés sont revenus à Alep, où, soi-disant Assad les attendait pour les tuer.
Que s’est-il passé ? Les Néo-conservateurs et les « interventionnistes humanitaires » ont menti. Comme ils ont menti à propos de la Lybie, de l’Irak… etc.

Voici une information pratiquement ignorée par les médias dominants : un Chrétien a été élu cette semaine au Parlement syrien. Diplômé en droit et âge de 58 ans, ce nouvel élu Chrétien Orthodoxe est membre du parti Baas du Président Assad.

Combien le Parlement d’Arabie Saoudite – notre « alliée », compte-t-il d’élus chrétiens ?  Ah, j’oubliais, il n’y a pas de Parlement élu en Arabie Saoudite !

Pourquoi les Chrétiens apparaissent-ils toujours comme les principales victimes de la stratégie américaine au Moyen-Orient ? En Irak, ce sont eux qui ont le plus pâti de l’invasion américaine de 2003 et, dans les faits, il n’y a presque plus de Chrétiens dans ce pays. Pourquoi n’y-a-t-il pas plus de groupes de confession chrétienne pour exiger que les Etats-Unis se retirent du Moyen-Orient ?

Les Etats-Unis ne sont pas prêts à partir de leur plein gré. A la veille d’une défaite totale de l’État Islamique en Syrie, de nombreuses personnes à Washington se déclarent favorables à la poursuite de l’occupation illégale de certaines régions du pays pour les protéger de l’influence iranienne ! On se doute bien qu’avant l’intervention américaine en Irak et en Syrie, l’influence iranienne était bien moindre dans ces régions. Par conséquent, l’interventionnisme américain serait à l’origine de nouveaux problèmes qui ne pourraient être résolus que par plus d’interventionnisme ? Le complexe militaro-industriel ne pourrait rêver d’un meilleur stratagème pour dépouiller les citoyens américains tout en s’enrichissant !

Qu’avons-nous accompli en Syrie ? Rien de bon.

Par Ron Paul 

Publié par Ron Paul Institute le 2 octobre 2017

Source: Arrêt sur info

Imprimer