soros
LE GROUPE MÉDIATIQUE POLONAIS AGORA, PROPRIÉTAIRE, ENTRE AUTRES DU JOURNAL GAZETA WYBORCZA ET DE LA STATION DE RADIO TOK FM, DEUX MÉDIAS GAUCHO-LIBERTAIRES VIOLEMMENT ANTI-PIS, A ANNONCÉ LUNDI DERNIER DANS SES COMMUNIQUÉS BOURSIERS LE RACHAT PAR MDIF MEDIA HOLDINGS DE 11,2 % DE SES ACTIONS.

MDIF Media Holdings fait partie du fonds d’investissement Media Development Investment Fund (MDIF) alimenté, entre autres, par les Open Society Foundations et le fonds Geosor Corp de George Soros. L’information sur ce rachat a été annoncée par le site polonais d’information sur les médias Wirtualnemedia.pl et a été rapidement reprise par d’autres médias polonais.

Ainsi que nous l’indiquions sur le site de l’OJIM le 17 avril dernier dans un article sur la diversité des médias polonais, Gazeta Wyborcza, qui appartient au groupe Agora S.A. à capital polonais, alimente en informations sur la Pologne la plupart des médias internationaux, parmi lesquels les médias français, à commencer par le journal Le Monde dont il est proche par les liens personnels et par les idées. Même un journal comme La Croix, quand il est interrogé sur ses sources, se réfère à Gazeta Wyborcza. Et quand les journalistes de France Culture préparent une émission de propagande sur la situation de l’État de droit en Pologne, c’est aussi vers les médias d’Agora qu’ils se tournent. Adam Michnik, qu’Arielle Thedrel, du Figaro, qualifie péremptoirement de « conscience morale de la Pologne », est le rédacteur en chef deGazeta Wyborcza depuis maintenant 28 ans. Sans attendre la victoire des conservateurs du PiS, Adam Michnik, dont le journal soutenait la coalition PO-PSL précédente, comparaît en 2013 dans une interview pour l’hebdomadaire allemand Der Spiegel le Hongrois Viktor Orbán à Hitler et mettait en garde les Allemands contre un Jarosław Kaczyński (le leader du PiS) autoritaire et fascisant.

Mais le groupe Agora a aujourd’hui un double problème : avec l’arrivée au pouvoir des conservateurs à l’automne dernier, il a perdu sa position privilégié en ce qui concerne les annonces publicitaires publiques et les abonnements des administrations et, par ailleurs, son journal phare Gazeta Wyborcza perd des lecteurs d’année en année, payant ainsi son militantisme politique et son manque d’objectivité et d’honnêteté journalistique.

L’année dernière, le groupe Agora a perdu 5,6 millions de zlotys après avoir enregistré un bénéfice de 1,3 million en 2014. C’est la presse écrite, et donc principalement Gazeta Wyborcza, qui le tire vers le bas. Avec 150 640 exemplaires vendus en moyenne au premier trimestre 2016, le quotidien phare du groupe a connu une chute de 8,79 % d’une année sur l’autre, soit la plus forte baisse enregistrée sur le marché de la presse quotidienne nationale en Pologne.

Depuis la fin 2015, Gazeta Wyborcza soutient activement lesmanifestations anti-PiS organisées par le « Comité de défense de la démocratie » (KOD). Notons au passage que le milliardaire américain d’origine hongroise George Soros, qui avait en son temps promis de renverser Viktor Orbán dans son pays d’origine, est soupçonné de financer les manifestations du KOD (voir ici etici).

MDIF Media Holdings a racheté son paquet d’action d’Agora S.A. entre autres auprès du fonds de pension PTE PSU qui avait lui-même acquis un paquet d’actions d’Agora en janvier dernier. Le ministre du Trésor polonais Dawid Jackiewicz avait alors qualifié l’investissement du fonds PTE S.A. de décision visant à sauver le groupe médiatique plutôt qu’à gagner de l’argent.

Le fonds MDIF se vante d’investir dans les pays où la liberté médiatique est menacée. D’après le journal économique polonais Puls Biznesu, la transaction avec Agora lui aura coûté l’équivalent de 17 millions de dollars américains qui sont à comparer aux 153 millions de dollars investis par MDIF ces deux dernières décennies dans plus de 100 entreprises de 40 pays.

OJIM, le 12 juin 2016

Crédit photo : jmschku via Flickr (cc)

Source: Ojim
Imprimer