Il ne s’agit pas de travail gratuit mais d’une participation volontaire à une cause commune, supérieure, nécessaire.

La Russie, c’est l’or et le bouillonnement de la capitale et, tout à la fois, le dépouillement et l’immobilité des villages reculés. Pour connaître le Grand pays, Le Courrier de Russie vous propose, cet été, d’oublier les théâtres, les clubs branchés et les conservatoires pour tenter une immersion des plus totales – dans le cadre de chantiers bénévoles qui vous en apprendront plus en un jour que Moscou en un an. Ces projets de volontariat, s’ils sont ouverts aux étrangers, ont pour langue principale le russe – excepté le projet international de Vologda –, et pour valeur première, l’immatériel. À l’image de tous les chantiers de bénévoles du monde entier, vous devrez prendre en charge le coût de votre trajet, il vous sera demandé une forme de cotisation, modique, et il faudra souvent vous contenter d’un hébergement rudimentaire. Il ne s’agit pas de travail gratuit mais d’une participation volontaire à une cause commune, supérieure, nécessaire. S’enrichir de ce que l’on donne.

Pour la Russie orthodoxe

Si la foi orthodoxe a survécu à toutes les persécutions et récupérations, c’est qu’elle est portée, au Grand pays, à côté de la poignée de hauts dignitaires corrompus jusqu’à la moelle, par une innombrable armée de petits prêtres de village au regard lumineux, aux bras grand ouverts. Depuis bientôt dix ans, le projet Cause commune restaure de vieilles églises de bois du Nord du pays. Fin juillet, Cause commune reprendra ses travaux sur trois églises des berges du fleuve Mezen, dans la région d’Arkhangelsk. Vous êtes invité, avec les autres bénévoles et les habitants de la région volontaires, à nettoyer les ruines, tailler l’herbe haute, débarrasser les rondins puis les rebâtir, restaurer les icônes, cloches et coupoles sous la conduite de professionnels – et les églises, en échange, vous empliront d’une énergie indicible, de toute la force sacrée de leur terre. Logement dans des maisons de bois inhabitées ou en tente, repas et prières en commun. Pas plus d’électricité que d’eau courante – sans parler de réseau mobile et internet – mais des couchers de soleil et des aurores du Nord à couper le souffle, des rencontres dont on ne sort pas indemne, des conversations au coin du feu, une bonne dose d’essentiel et d’éternité.

Expédition Mezen – du 10 au 30 juillet 2015, villages d’Oust-Nermanka, Tigliava et Tchersovo, district Leshukonskoe, région d’Arkhangelsk. Coût : 15 000 roubles environ (trajet depuis Moscou et retour en commun). Groupe : 10 à 12 personnes.

Le projet Cause commune conduit de multiples expéditions et recherche en permanence des volontaires. Outre le projet Mezen, une vingtaine d’autres chantiers sont prévus pour toute la saison estivale – contactez les organisateurs, ils vous recevront individuellement afin de vous orienter en fonction de vos souhaits, possibilités et capacités.

www.obsheedelo.ru

Pour la Russie originelle

Sachant que le moindre bois ou marais, au Grand pays, prend vite des allures de forêt vierge, sans filet ni balises – imaginez un séjour dans l’une de ses réserves naturelles. Avis, donc, aux amateurs de nature sauvage et de fantaisie créative : la réserve naturelle de Nurgush, en région de Kirov, fait appel à des bénévoles pour deux chantiers sur son territoire, au mois d’août. Le premier consistera à aménager, sur la berge de la rivière Prost, le terrain réservé au séjour de groupes d’enfants et d’étudiants, ainsi qu’un site d’observation ornithologique. Le second chantier vise à frayer un « chemin du Yéti » dans la réserve : fabrication d’une tanière de yéti dans un arbre, création d’un « champ de champignons géants » et autres sculptures naturelles farfelues destinées aux visites pour les plus jeunes. Les bénévoles, selon leur nombre, seront logés dans les résidences de la réserve ou en tentes, une cotisation (inférieure à 1 000 roubles) sera demandée pour les repas – cuisinés sur le feu. Bonne nouvelle : le réseau mobile passe affreusement mal – vous ne serez pas dérangé pendant les longues baignades dans les multiples lacs ou les excursions programmées sur le territoire de la réserve. Nurgush n’a jamais accueilli de bénévoles étrangers, et les organisateurs seraient ravis de tenter l’expérience.

Aménagement de la berge : du 1er au 8 août ; « Sentier du Yéti » : du 15 au 22 août. Vous devrez rejoindre la réserve par vos propres moyens. Réserve naturelle d’État de Nurgush, région de Kirov.

www.nurgush.org

Pour la Russie soviétique

Le projet C’est beau de vieillir. Crédits : starikam.org

Depuis 2009, le projet C’est beau de vieillir pallie l’effondrement de l’État socialiste providence et recrée du lien entre les générations. L’organisation, composée de bénévoles œuvrant dans toute la Russie, accompagne les personnes âgées seules vivant dans des foyers ou maisons de retraite de diverses façons, depuis la restauration de bâtiments jusqu’à l’organisation d’événements culturels. L’organisation recherche notamment des volontaires pour le projet « En visite chez les grands-pères et mamies de Toula-2015 ». Formellement, ce chantier de deux semaines consiste à repeindre les chambres des pensionnaires et les couloirs de la maison de retraite du village de Beguitchevski et à entretenir et aménager le parc autour ; en réalité – à passer le plus de temps possible avec les pensionnaires et à se fabriquer des mamies et grands-pères d’adoption, entre promenades et veillées à écouter les souvenirs des vieux, chanter avec eux à la guitare et refaire ensemble le monde. Sans oublier les parties de baignade et de cueillette – occupation russe s’il en est – de baies et de champignons en forêt. Le week-end, les organisateurs vous emmèneront en excursions dans les alentours : dans l’ancien domaine Bobrinsky et sur le champ de bataille de Koulikovo pole, où Dmitri Donskoï avait rassemblé les princes pour chasser définitivement la Horde d’Or. Parce que sans racines, on ne s’envole nulle part.

En visite chez les grands-pères et mamies de Toula-2015 : du 29 juin au 12 juillet. Groupe de 15 personnes. Vous devrez rejoindre par vos propres moyens les village de Beguitchevski, à 10 km de la ville historique de Borgoroditsk (accessible depuis Moscou en autocar), région de Toula. Logement dans les bâtiments du foyer (apporter son sac de couchage et sa vaisselle). Cotisation : 1 500 roubles.

L’organisation C’est beau de vieillir organise en tout cinq projets de ce type au cours de l’été – et recherche des bénévoles pour l’ensemble d’entre eux. Contactez les organisateurs pour plus de précisions.

www.starikam.org

Pour la Russie des tsars

Le camp Be a part of history. Crédits : volontariat.org

L’organisation russe de chantiers de jeunesse bénévoles SFERA organise depuis 2007 des projets en Russie et à l’étranger. Seul projet international de ce guide – avec l’anglais pour première langue de communication -, le camp Be a part of history, installé dans un domaine aristocratique de la fin 18e près de Vologda, poursuit les travaux d’entretien et de restauration du « Vieux parc », site naturel classé au patrimoine national. Trois semaines durant, le groupe de 12 bénévoles venus du monde entier devra nettoyer et rénover les allées du parc, ses arbres et ses étangs, mais aussi effectuer des travaux de rénovation à l’intérieur de la maison. La meilleure des façons de faire exploser les clichés et stéréotypes de toutes parts. Chantier international oblige, l’immersion est moins profonde mais les conditions de vie un peu plus confortables : les bénévoles seront logés dans la maison, qui possède des douches et des toilettes, les garçons dans les anciennes chambres de maître, et les filles, dans la salle de bal. La participation s’élève à 150 euros, les participants préparent leurs repas eux-mêmes dans les cuisines. Au programme, sur le temps libre : randonnées, excursions dans les musées et les sites historiques des alentours, rencontres avec les habitants.

Be a part of history : du 10 au 21 juillet. Rénovation du « Vieux parc du village de Kourkino », Kourkino, région de Vologda.

En France, on peut poser sa candidature via les associations Jeunesse et Reconstruction ou Service civil international.

www.volontariat.org

Pour la Russie antique

Plus important en volume des chantiers de cette liste, et projet symbolique s’il en est : un programme de fouilles archéologiques sur la côte sud de la péninsule de Kertch, en Crimée. La fondation Arkheologia, fondée et dirigée par des universitaires et académiciens, peut en effet, pour la première fois cette année, explorer cette ancienne nécropole de Kyz-Aoul, relativement mal connue des historiens. La Crimée a toujours été convoitée, cœur de passage entre les continents. Le site de Kyz-Aoul date des Cimmériens, peuple de cavaliers nomades ayant occupé la péninsule entre le premier siècle avant notre ère et le premier siècle après. Ici, la participation se mérite : 600 bénévoles venus de toute la Russie ont déjà envoyé leurs candidatures, pressés de fêter dignement le « retour à la maison » de la presqu’île, si longtemps attendu. Les organisateurs accueilleront volontiers des bénévoles étrangers, mais préviennent bien qu’ils ne se chargeront d’aucune procédure administrative – c’est un centre de fouilles scientifiques, pas un tour operator. Pour autant, toutes les bonnes volontés seront saluées. Logement et repas en commun au campement, participation demandée de 500 roubles par jour, séjour minimum : une semaine.

Expédition archéologique en Crimée : campement ouvert du 15 juillet au 1er septembre. Base archéologique Kimmeria (actuel village de Iakovenkovo), 30 km de Kertch, péninsule de Crimée.

www.archae.ru

Source: http://www.lecourrierderussie.com

Imprimer