Honte à l’instrumentalisation de l’Humanitaire!

« Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’opinion » Paul Valéry

La France a réservé aux « Casques Blancs » opérant en Syrie, un accueil sans rapport avec la réalité de cette organisation faussement humanitaire financée, en sous-main, par l’administration américaine, opérant principalement dans le secteur EST d’Alep, le secteur contrôlé par les djihadistes, dont ils passent pour être les partenaires occultes.

La France, en la matière, pratique le surréalisme politique, une tendance fâcheuse de la diplomatique française dans ses deux composantes néo gaulliste et socialiste, à l’origine de ses nombreux déboires sur le plan international.

Pour aller plus loin sur ce sujet : La mystification des « casques blancs »

Les objectifs non avoués de la rencontre de l’Élysée.

Faisant fi des souffrances du peuple syrien, pas uniquement à l’EST d’Alep, mais aussi dans de nombreuses autres provinces, pas uniquement dans celles conquises par les terroristes islamistes désignés comme djihadistes, -par ailleurs partenaires de son allié de l’Otan la Turquie et des pétromonarchies-, la France a ainsi instrumentalisé la tragédie d’Alep pour la satisfaction d’objectifs non avoués!

  • Se venger de la décision de Poutine d’annuler sa visite à Paris, un camouflet pour François Hollande.
  • Bomber le torse en prévision de la rencontre quadripartite de Berlin, le 19 octobre, sur l’Ukraine et la Syrie, pour donner contenance à François Hollande face à ce même Poutine, devenu son casse-tête du fait des maladresses françaises.
  • Enfin, dernière et non la moindre des raisons sous-jacentes, protester contre l’exclusion de la France de la Conférence de Lausanne sur la Syrie, tenue samedi 15 octobre 2016.

Une conférence à laquelle participait l’Iran, l’ancien paria, dans un curieux retournement stratégique.

Russes et Américains ont, en effet, exclu les Européens de la reprise des négociations de paix afin de ne pas entraver la recherche d’un arrangement sur la Syrie.

En pleine campagne présidentielle, le pouvoir socialiste Les Français s’est livré à un tapage compensatoire, une forme de gesticulation diplomatique, en vue de suggérer à une opinion française déboussolée qu’elle demeure dans le cœur de l’action, alors que depuis Lausanne la France se trouve reléguée au rang de «pays affinitaire». Nullement dans les coulisses de la négociation mais dans l’antichambre de l’histoire.

La relégation de la position diplomatique française

Au début de la guerre de Syrie, la France se positionnait en chef de file du «groupe des pays amis de la Syrie» qui regroupait 105 pays, plaçant de surcroît à la tête de l’opposition off shore syrienne de deux bi nationaux franco-syriens, autrement dit de deux salariés de l’administration française: Bourhane Ghalioune (président) et Basma Kodmani (porte-parole).

Pour aller plus loin sur ce sujet : http://www.renenaba.com/la-controverse-a-propos-de-basma-kodmani/

Près de six ans après, elle doit se contenter du statut «affinitaire». C’est dire la régression de la position diplomatique française.

Lire également: https://arretsurinfo.ch/la-mystification-des-casques-blancs/

Source: http://www.madaniya.info/2016/10/20/casques-blancs-a-lelysee-tapage-mediatique-compensatoire-a-relegation-diplomatique/

Imprimer
Crises Droit international France Ingérence
Document sans titre

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact