Sukarno déclarant l’indépendance de l’Indonésie à Jakarta, en Indonésie, le vendredi 17 août 1945. Source: Wiki Commons

Par Max Walden

Publié le 31 octobre 2017 par Asian Correspondent

Un des dossiers publiés la semaine dernière par le gouvernement des États-Unis parmi ceux concernant l’assassinat de l’ancien président John F Kennedy a révélé que la CIA (Central Intelligence Agency) envisageait d’assassiner Sukarno, le père fondateur de l’Indonésie.

Classé comme « top secret » et daté de 1975, le document détaille une enquête de la Commission de la CIA sur les plans de ses agents pour assassiner divers dirigeants mondiaux – en particulier les communistes et ceux qui étaient alliés avec l’Union soviétique.

Richard Bissell, alors directeur adjoint des plans à la CIA, a dévoilé les discussions internes de l’agence de renseignement sur l’assassinat du héros révolutionnaire de gauche et premier président de l’Indonésie, Sukarno, qui « n’ont jamais progressé aussi loin » que le recrutement de quelqu’un pour l’assassiner.

Bissell aurait déclaré que la CIA n’avait « absolument rien » à voir avec la mort de Sukarno, qui est décédé d’une insuffisance rénale en 1970, alors qu’il était toujours maintenu en résidence surveillée au Palais de Bogor par le régime militaire du Nouvel Ordre du pays.

Sukarno et Fidel Castro à La Havane, Cuba, en 1960. Source: Wiki Commons

Néanmoins, en plus de celui concernant Sukarno, la CIA avait discuté des plans d’assassinat du dirigeant cubain Fidel Castro, du dictateur dominicain Rafael Trujillo et du dirigeant congolais Patrice Lumumba.

Pendant des décennies, Sukarno a présidé ce qu’il a appelé la « démocratie guidée » qui impliquait d’équilibrer les aspirations politiques du Parti communiste indonésien (PKI) et des groupes militaires et islamiques anticommunistes du pays. Espérant un nationalisme postcolonial pour l’Indonésie, il se ralliait souvent contre ce qu’il appelait « l’impérialisme américain ».

Un rapport de la CIA datant de 1964 a noté que la rhétorique et la tactique anti-occidentale de Sukarno « combinées avec la détermination communiste, semblent finalement conduire l’Indonésie à passer sous contrôle communiste ».

Cependant, « aucun plan d’assassinat n’aurait été entrepris sans autorisation en dehors de l’Agence, et aucune autorisation de ce genre n’a été prise… contre Sukarno », a ajouté Bissell dans le document récemment publié.

La fille de Sukarno, Sukmawati Sukarnoputri, a déclaré au Sydney Morning Herald que « l’Amérique ne devrait pas seulement s’excuser auprès de l’Indonésie, l’Amérique devrait s’excuser auprès de tous les pays qu’elle a déstabilisés après l’avoir reconnu. Cependant, ils ne veulent jamais l’admettre, en particulier la CIA. « 

La révélation intervient moins de deux semaines après que des documents distincts, récemment déclassifiés, ont montré que le gouvernement américain avait activement soutenu les massacres de 500,000 à un million d’Indonésiens accusés d’être communistes en 1965 et 1966. (*)

Au milieu de la guerre froide, les massacres ont conduit à l’éviction de Sukarno et à l’ascension du général d’extrême droite Suharto, qui allait ensuite régner sur le pays pendant 32 ans.

Les relations américano-indonésiennes sont déjà tendues, notamment depuis que le général Gatot Nurmantyo, chef militaire de cette nation du sud-est asiatique, s’est vu tout récemment interdire de prendre l’avion pour Washington DC.

Max Walden | 31 octobre 2017 

Asian Correspondent, un site d’information en anglais lancé en octobre 2009 par Hybrid News Limited, est le partenaire en ligne pour Associated Press en Asie et fournit des nouvelles de dernière heure, des articles d’opinion et des analyses sur la région Asie-Pacifique. 

(*)  http://lagazetteducitoyen.over-blog.com/2017/10/les-etats-unis-ont-soutenu-le-massacre-d-un-demi-million-d-indonesiens-en-1965.html

Article original en anglais: https://asiancorrespondent.com/2017/10/cia-wanted-kill-indonesias-sukarno-jfk-files-reveal/

Source: La gazette du citoyen

Imprimer