Les moines chassés par les islamistes

Les djihadistes de l’»Etat islamique» (EI) ont pris, dimanche 20 juillet 2014, l’antique monastère de Mar Behnam, près de la ville chrétienne de Qaraqosh, dans le nord de l’Irak. «Vous n’avez plus de place ici, vous devez quitter les lieux immédiatement», ont déclaré les miliciens aux moines syro-catholiques.

L’archevêque syro-catholique de Mossoul, Mgr Yohanna Petros Moshe, a confirmé à l’agence d’information vaticane Fides que des émissaires de l’EI ont forcé les trois moines et un certain nombre de familles résidant à l’intérieur du Monastère à quitter les lieux et à leur en laisser les clefs. Aucune autre nouvelle n’est pour l’heure confirmée sur ce qui se passe dans ce monastère du IVème siècle, parmi les plus vénérés du christianisme en Orient.

PASSIVITÉ DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

«La communauté internationale fait preuve d’une passivité inquiétante face à ce qui se passe dans cette zone, affirme le Père Nizar Semaan, collaborateur de l’archevêque syro-catholique de Mossoul. Il faut sortir des déclarations vagues et mettre en œuvre des mesures concrètes sur les plans humanitaires et politiques. Il est temps d’insérer ces groupes dans la liste des organisations terroristes condamnées par les organismes internationaux, mais également de rendre publics les noms des pays et des forces qui les financent. Les services de renseignement et les gouvernements de différents pays savent certainement d’où arrivent les armes et l’argent qui permettent de maintenir ces groupes. Il suffirait d’interrompre les flux pendant un mois et ces groupes n’auraient plus aucune force.»

UNE VILLE DÉSERTÉE

La prise du monastère est confirmée dans une lettre écrite le 21 juillet 2014 par Mgr Georges Casmoussa, archevêque émérite de Mossoul, à l’éditeur français «Nouvelle Cité». Il y précise que les 45’000 habitants chrétiens de Qaradosh, «la presque totalité de la ville», ont déjà fui à la fin du mois de juin 2014 vers le Kurdistan, dans des conditions souvent inhumaines: «Ils sont partis précipitamment, avec ce qu’ils pouvaient emporter. Aux barrages qui encerclent la ville, ils sont molestés par les miliciens de l’Etant Islamique. Certains sont même dépouillés de leur argent, de leurs bijoux, de leur téléphones portables ou de leur passeport».

DESTRUCTION D’UN PATRIMOINE MILLÉNAIRE

Au-delà de la tragédie humaine qui touche également d’autres communautés religieuses, l’archevêque émérite de Mossoul s’insurge contre la destruction du patrimoine culturel. «Les djihadistes islamiques menacent non seulement les chrétiens, en tant que groupe social, mais ils menacent également la civilisation, le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Irak, conclut-il. Leur idéologie biffe 1’400 ans d’histoire de l’humanité en détruisant tout apport culturel, artistique et historique de notre pays, pour faire retourner nos peuples à l’obscurantisme du début du VIIème siècle. C’est une vraie menace pour la civilisation.»

Sourcehttp://www.cath.ch/detail/irak-les-miliciens-de-letat-islamique-prennent-l%E2%80%99antique-monast%C3%A8re-de-mar-behnam

print