L’intervention occidentale en Bosnie a radicalisé nombre de musulmans

Après notre dernier article, l’interview de la journaliste Diana Johnstone qui dénonçait les mensonges de Srebrenica, voici sur le même sujet un article du Guardian daté du 6 juillet 2007 expliquant les connections des Occidentaux les fondamentalistes islamiques de Bosnie et comment l’intervention militaire de l’OTAN au coté de ces derniers a radicalisé de nombreux musulmans en Europe et ailleurs. LGC

La connexion bosniaque

Par Brendan O’Neill

Publié par  The Guardian le 6 juillet 2007 sous le titre: The Bosnian connection

Loin d’avoir été radicalisés par l’incapacité de l’Occident à agir, un grand nombre de musulmans l’ont été par l’intervention occidentale dans les Balkans.

Brendan Simms a raison de dire que l’islamo-nihilisme d’aujourd’hui a ses origines dans la guerre civile en Bosnie. Mais il est loin du compte quand il prétend que c’est l’échec de l’Occident, et en particulier de la Grande-Bretagne, d’intervenir en faveur des musulmans bosniaques qui aurait radicalisé les musulmans en Grande-Bretagne et ailleurs.

C’est le contraire qui est vrai: les musulmans en Grande-Bretagne, en Amérique et dans le Moyen-Orient se sont radicalisés non pas par l’apathie occidentale sur la Bosnie, mais plutôt par la transformation de cette sale guerre civile en une bataille simpliste entre le bien et le mal.

Simms est coupable de certains péchés d’omission, aussi. Il omet de mentionner, par exemple, qu’entre 1800 et 3000 moudjahidines ont combattu en Bosnie du côté de l’armée musulmane de Bosnie. Ces guerriers saints venaient du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’Europe occidentale (notamment de la France et le Royaume-Uni). Et leur voie vers la guerre sainte en Bosnie a été facilitée par l’intervention occidentale.

Les moudjahidines se sont rendus en Bosnie dans le cadre d’un processus d’«islamisation» du conflit, qui s’est déroulé sous l’œil attentif et approbateur de l’administration Clinton. En 1993 et ​​1994, Clinton a donné son feu vert à l’Iran, à l’Arabie saoudite et à diverses organisations caritatives islamiques radicales très douteuses pour armer les musulmans bosniaques.

Malgré avoir dénoncé l’Iran comme « le pire sponsor du terrorisme », l’administration Clinton a déclaré aux dirigeants musulmans bosniaques qu’ils devraient accepter les livraisons d’armes, de munitions, de roquettes antichars, d’équipements de communication, d’uniformes et de casques iraniens.

Washington a également autorisé des « organisations caritatives islamiques », qui étaient en réalité des organisations radicales de moudjahidines, à fournir de l’argent et des armes aux musulmans bosniaques. Comme l’a rapporté le Washington Post en septembre 1996, des responsables américains sur le terrain en Bosnie, motivés par « la sympathie pour le gouvernement musulman et l’ambivalence du maintien de l’embargo sur les armes », ont ordonné aux autres responsables occidentaux de « reculer » et de « ne pas interférer » avec ces envois d’islamistes radicaux.

Cette ligne d’approvisionnement soutenue par les États-Unis entre le Moyen-Orient et la Bosnie, à travers laquelle des éléments iraniens et des radicaux ont envoyé de l’argent et des armes, a également encouragé les moudjahidines à se frayer un chemin dans les Balkans. Avec le flux d’armements des islamistes radicaux en Bosnie, il y a eu le mouvement des guerriers islamistes radicaux.

Une fois à l’intérieur de la Bosnie, les moudjahidines se sont battus aux cotés de l’armée musulmane de Bosnie, à un moment où Washington appuyait politiquement et militairement ce soutien. En 1994 et 1995, Washington fournissait subrepticement à l’armée musulmane de Bosnie des armes et un entraînement, malgré le fait que cette dernière comptait des centaines de moudjahidines dans ses rangs. Les moudjahidines formaient un bataillon de guerriers saints qui, selon Evan Kohlmann, était directement responsable devant le dirigeant musulman bosniaque Alija Izetbegovic.

Des moudjahidines étaient directement responsables devant le dirigeant musulman bosniaque Alija Izetbegovic

En d’autres termes, l’Amérique a armé et entraîné une machine militaire qui utilisait les moudjahidines comme des « troupes de choc ». Comme l’ont dit les Nations Unies en 1995, la période ou l’Amérique armait secrètement les musulmans bosniaques, les moudjahidines étaient « directement dépendants de [l’armée musulmane de Bosnie] pour leur approvisionnement ».

Fait peut-être le plus frappant, de nombreux moudjahidines ont été encouragés à s’engager en Bosnie à cause d’une couverture médiatique aiguë du conflit. Les combattants arabes disent qu’ils se sont d’abord aventurés en Bosnie parce qu’ils « ont vu les reportages des médias américains sur les viols » ou qu’ils ont lu sur le « génocide » en Bosnie et les « camps utilisés par les soldats serbes pour violer systématiquement des milliers de femmes musulmanes ». Les guerriers saints semblent avoir été poussés à l’action par une couverture médiatique plutôt hystérique et sans fondement sur la guerre de Bosnie.

Loin d’être radicalisés par l’incapacité de l’Occident à agir, un grand nombre de musulmans ont été radicalisés par l’intervention occidentale dans les Balkans. Leur mouvement vers la Bosnie a été facilité par le soutien de Washington envers une passerelle militaire entre le monde islamique et la Bosnie, et à l’intérieur de la Bosnie, ils se sont battus avec un équipement militaire offert par Washington. Ils ont également été inspirés à prendre les armes contre les Serbes par les représentations de ces derniers dans les médias occidentaux en tant que sauvages sous-humains qui méritaient une « punition ». Les moudjahidines ont infligé une telle punition, sous la forme de massacres à l’arme blanche, de décapitations et de circoncisions forcées, en plus d’une guerre ordinaire.

1995, un moudjahidine arabe de l’armée bosniaque parade avec la tête d’un Serbe

Beaucoup de moudjahidines qui ont combattu en Bosnie sont devenus des membres d’Al-Qaïda. Ils ont appris leur métier de fureur morale simpliste et de violence brutale sur les champs de bataille de Bosnie, où ils ont été attirés et excités pour s’engager dans une guerre sainte contre les Serbes par l’ingérence de l’Occident et la couverture médiatique occidentale.

Ils étaient l’aile armée de l’opinion libérale occidentale, les troupes de choc pour le préjugé libéral occidental de leur âge aveuglé par l’appât serbe.

pour The Guardian

The Guardian est le journal de référence de l’intelligentsia, des enseignants et des syndicalistes. Orienté au centre gauche, il se montre très critique vis-à-vis du gouvernement conservateur. L’indépendance et la qualité caractérisent ce titre né en 1821, qui abrite certains des chroniqueurs les plus respectés du pays. Il a un site commun en accès libre avec son édition dominicale, The Observer. C’est sans doute l’un des sites les plus complets de la presse britannique. 

L’article original en anglais: https://www.theguardian.com/commentisfree/2007/jul/06/thebosnianconnection

Traduit par La gazette du citoyen

URL de cette page: http://arretsurinfo.ch/la-connexion-bosniaque/

Imprimer