Par Thomas C. Mountain, le 12 septembre 2017

Le nouveau grand « Barrage de la Renaissance » en Éthiopie, qui doit être terminé l’année prochaine, drainera près de la moitié (40%) des eaux du Nil chaque année pendant les cinq années qui suivront tandis que son lac de retenue se remplit. Comment le Président égyptien al-Sisi va-t-il survivre aux cinq prochaines années avec à peine plus de la moitié de l’eau provenant du Nil et que le pays souffre déjà de sérieuses pénuries d’eau et de coupures de courant (hydro)électrique, sans parler d’une inflation accablante, de la faim qui s’accroît et d’une insurrection terroriste?

Jusqu’ici le monde a pensé que d’une façon ou d’une autre l’Égypte, populeuse de presque 100 millions et en croissance, qui d’ores et déjà danse sur des sables mouvants économiques, parviendrait sans peine survivre à un phénomène que le pays n’a pas connu en plus de deux mille ans, presque moitié moins d’eau venant du Nil pendant cinq années d’affilée. Et si une sécheresse frappe les hauts plateaux éthiopiens où se trouvent les sources du Nil, ce qui va probablement arriver au moins une fois au cours des cinq prochaines années du fait des tendances de réchauffement climatique, et que l’Égypte en perde plus de la moitié de son eau?

Si l’opinion internationale s’avère avoir tort, et qu’il se révèle impossible de survivre à la division presque par deux de la quantité d’eau disponible en Égypte pendant cinq années de suite, alors une explosion gigantesque couve en Égypte, le plus grand pays du monde arabe, cette explosion étant donc éventuellement provoquée par la construction d’un énorme barrage par l’Éthiopie générant 6 000MW d’électricité, une puissance que de toute façon les infrastructures éthiopiennes sont à ce jour incapables de gérer.

Si l’Éthiopie ne peut même pas distribuer l’énergie issue de cette nouvelle source d’électricité pour que son peuple l’utilise, du fait d’une absence quasi-totale de réseau électrifié national sans parler d’infrastructures au niveau local, pourquoi le pays s’est-il endetté à ce point pour construire un barrage qui causera tant de torts à l’Égypte, son voisin du nord?

Ceux qui sont bien informés posent cette question, car une catastrophe potentielle est peut-être à craindre en Égypte à travers une explosion populaire de rage poussée par la faim contre le pouvoir du Président al-Sisi, menaçant dans ses fondements la capacité des militaires égyptiens à maintenir la cohésion du pays. Comme en Syrie et en Irak, Da’esh s’assurerait de profiter du chaos qui s’ensuivrait pour répandre son insurrection à travers le pays, tout ceci pouvant mener vers une situation d’état égyptien en échec.

Un tel scénario a attiré l’attention vers l’éventualité d’une attaque militaire égyptienne contre le nouveau barrage éthiopien, si jamais la situation domestique commençait à se détériorer sérieusement. L’assèchement des eaux du Nil portera un coup dévastateur à la capacité de l’Égypte à subvenir à ses propres besoins alimentaires, et la rupture de son aptitude à produire des biens alimentaires pour l’exportation provoquera la perte de devises étrangères dont l’Égypte a dramatiquement besoin.

Le peuple égyptien supportera-t-il une telle augmentation de sa disette et de ses difficultés pendant cinq ans, sans une inévitable explosion? Al-Sisi parviendra-t-il à maîtriser les militaires égyptiens et à prévenir l’effondrement du gouvernement, conséquence d’une telle pénurie d’eau et d’une inévitable disette?

Les origines de l’idée de l’Éthiopie endiguant le Nil se trouvent à la Banque Mondiale, qui est majoritairement la propriété des USA. La Banque Mondiale, dont la politique a consisté pendant des décennies désastreuses à favoriser la construction de barrages dans certains des lieux les plus vulnérables de la planète, fut la première à lancer l’idée du « grand barrage » pour maîtriser des flots aux proportions bibliques, au profit d’une « Grande Éthiopie ».

Encore une fois, le problème est que 70% des Éthiopiens n’ont pas accès à l’électricité distribuée par le gouvernement, c’est-à-dire presque 70 millions de personnes. Le gouvernement éthiopien s’est tellement endetté dans la construction de ce nouveau barrage capable de générer 6 000MW d’électricité, qu’il ne reste plus rien pour payer la construction du réseau de distribution dont le pays a désespérément besoin. Ainsi, toute la puissance électrique produite n’ira pas améliorer la vie des Éthiopiens en vue d’une « Grande Éthiopie », mais sera vendue sur le marché est-africain pour rembourser l’onéreuse dette encourue dans la construction de ce machin.

Les besoins éthiopiens en électricité auraient pu être satisfaits pour de nombreuses et longues années par la construction d’une série de barrages plus petits et beaucoup moins chers, qui n’auraient pas causé de telles disruptions dans le flot des eaux du Nil.

Pourtant, à cause de l’insistance de la Banque Mondiale, l’Éthiopie a signé pour le « Grand Barrage » dont la conséquence pourrait être une explosion de colère en Égypte à même de menacer une large part de l’économie mondiale, car l’Égypte contrôle le Canal de Suez à travers lequel les plus grands partenaires commerciaux du monde, l’Asie et l’Europe, font 90% de leurs affaires. Ce sont les troupes égyptiennes, dont les salaires sont payés par les USA, qui surveillent le Canal de Suez et si les militaires égyptiens perdent le contrôle du pays lors d’une révolte populaire similaire à celle qui fit chuter Moubarak, alors la fiabilité militaire égyptienne à conserver le contrôle du Canal de Suez est remise en question. Évidemment, il resterait encore l’armée israélienne en coulisses, toujours prête à s’interposer pour occuper le premier Grand Canal de Suez.

Se pourrait-il que voir s’entre-déchirer l’Égypte et l’Éthiopie, deux des trois plus grandes nations africaines, soit dans les intérêts nationaux des USA, qui désirent à tout prix empêcher l’unité africaine, qu’elle soit politique ou économique?

Une fois de plus nous décelons la politique US de « gestion de crises » en coulisses de ce conflit latent, comprenez la création d’une crise puis sa gestion pour diviser et conquérir, pour pouvoir mieux piller et voler les ressources africaines en y rencontrant le moins de résistance possible.

Par Thomas C. Mountain | 12 septembre 2017

Article original : https://ahtribune.com/world/africa/1893-egypt-ethiopia.html

Traduit par Lawrence Desforges

Source: https://globalepresse.net/2017/09/12/la-destabilisation-de-legypte-le-barrage-ethiopien-sur-le-nil/

Imprimer