France - marche-hollande-charlie_5185359

Mahmoud Abbas parade à Paris alors qu’il ne s’est toujours pas rendu à Gaza pour honorer les milliers de victimes des bombardements israéliens

France - Paris - Synagogue - Hollande

Paris 11 janvier 2015. F.Hollande et M. Valls à la synagogue au côté du criminel de guerre B. Netanyahou

Lors d’une allocution depuis le perron de l’Élysée, suite à la terreur meurtrière de cette semaine en France, l’ancien président Nicolas Sarkozy a condamné ces violences, les qualifiant d’« attaques contre la civilisation ». Les paroles solennelles de Sarkozy le faisaient apparaître – bronzé, bien coiffé et bien habillé – comme la personnification du « monde civilisé ». Une singulière modification d’image, pour un politicien embourbé dans des allégations de malversations et de corruption, ainsi que de crimes de guerre.

Sarkozy n’était pas aussi préoccupé par la « civilisation » quand lui et ses alliés britanniques ont lancé la campagne de bombardements de l’OTAN contre la Libye en mars 2011, en violation flagrante du mandat de l’ONU. Ces attaques, qui durèrent sept mois, débouchèrent sur le meurtre de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi – dont, par le passé, Sarkozy avait volontiers accepté en secret les donations pour ses campagnes électorales, avant de lui planter un couteau dans le dos. Cette guerre éclair de l’OTAN menée par la France contre la Libye eut pour effet de renverser un gouvernement constitutionnel, et amena à la destruction de l’une des nations d’Afrique les plus développées au plan économique.

La Libye a été ravalée au rang d’État en faillite ; elle est désormais sous l’emprise de milices extrémistes Takfiri et de seigneurs de guerres tribaux qui partagent la même idéologie que les réseaux terroristes de l’Etat islamique (ISIS ou EIIL – NdT) qui détruisent actuellement l’Irak et la Syrie. C’est la même idéologie que celle des auteurs des attentats à Paris cette semaine, qui ont tué plus d’une douzaine de personnes.

La préoccupation de Sarkozy au sujet des « attaques contre la civilisation » est donc tout à fait justifiée, mais vous ne verrez pas les choses présentées de cette façon dans les médias occidentaux sous contrôle: les forces extrémistes qu’il a contribué à déchaîner par le renversement illégal de l’État libyen ont maintenant frappé son propre peuple dans la capitale de sa République. Une des présumées valeurs fondamentales de la civilisation occidentale qui aurait été profanée cette semaine est la « liberté de parole » ou « liberté d’expression ».

Sarkozy a condamné cet assaut meurtrier contre le magazine satirique basé à Paris, Charlie Hebdo, le qualifiant de guerre faite « à nos valeurs » et a été rejoint en cela par de nombreuses personnalités politiques occidentales, du président Barack Obama au premier ministre David Cameron. Or, ce journal avait par le passé rendu furieux des millions de musulmans dans le monde entier en publiant des images profanant le Prophète Mohammad. C’est ce qui semble avoir servi de motif aux meurtriers qui, alors qu’ils s’enfuyaient de la scène du crime à Paris, ont crié : « Le prophète a été vengé. »

Le président français François Hollande a élevé les journalistes et dessinateurs abattus, au rang de « héros » morts au nom du noble principe de la liberté d’expression. Mais comme d’autres valeurs présumées du monde occidental des« droits de l’Homme», la liberté d’expression est un principe très surfait – dans le sens où les gouvernements occidentaux et leurs institutions, tout comme les médias contrôlés par les grandes corporations, invoquent ce principe comme une marque idéologique d’honneur qui les distingue et les rend supérieurs aux autres.

En pratique pourtant, ces valeurs occidentales ne sont rien d’autre que des chimères. Ce sont des slogans vides auxquels on fait profession d’adhérer, de façon vaniteuse et fourbe, dans des buts de propagande. A quels droits de l’homme, à quel respect des lois, Sarkozy, Cameron et Obama ont-ils adhéré lorsqu’ils supervisaient l’anéantissement de la Libye ? Ou lorsqu’ils tentent encore aujourd’hui de détruire secrètement la Syrie et l’Irak (malgré les déclarations tardives des Occidentaux disant qu’ils combattent les réseaux terroristes qu’ils ont eux-mêmes créés, en premier lieu pour renverser le régime syrien) ?

Quand les gouvernements occidentaux défendent la liberté d’expression, c’est surtout par opportunisme et pour en tirer un bénéfice politique. Il ne s’agit pas du tout de morale universelle, comme ils le prétendent. Et, sans craindre le ridicule, ils avancent des mensonges éhontés pour prouver le contraire, comme à leur habitude.

Une publication satirique française peut avoir été autorisée à dénigrer l’Islam mais il ne lui aurait jamais été permis de condamner le sionisme et tous ses crimes parfaitement établis. Il est peu probable que le journal en question publie des caricatures de Sarkozy, Obama ou Cameron, avec des explosifs ficelés sur la tête ou larguant des bombes sur la Libye. Même si cette dernière idée n’a rien de satirique et reflète purement et simplement la réalité d’actes criminels.

La « liberté d’expression » à l’occidentale n’est donc que la liberté pour le pouvoir en place d’avilir et de diaboliser n’importe qui, quand l’intérêt politique de l’Occident l’exige. Quand la liberté d’expression s’attaque de façon légitime aux intérêts de l’Occident, lorsqu’elle met en évidence son hypocrisie et ses malversations, alors elle cesse d’être un « principe universel ». La censure implacable prend force de loi.

Le comique français Dieudonné, par exemple, a été interdit de représentation publique (*) par le gouvernement français en raison de son geste moqueur du bras, connu comme la « quenelle ». Ce geste peut être interprété de plusieurs manières, de la vulgaire insulte personnelle à l’outrage dérisoire envers les classes dirigeantes. Les autorités françaises prétendent que ce signe est « antisémite » représentant un salut nazi inversé. Dieudonné dément cela et dit au contraire qu’il s’agit d’un geste antisioniste et « anti-establishment ».

Le gouvernement de Londres a interdit au comédien de se rendre en Grande-Bretagne en raison de ses parodies politiques. Son ami, le joueur de football professionnel Nicolas Anelka, a été empêché de jouer en Angleterre et a dû payer une amende de près de 100 000 € pour avoir fait la quenelle après avoir marqué un but.

Presque un an avant le massacre de Charlie Hebdo cette semaine à Paris, le président français François Hollande a indiqué qu’il n’y aurait aucune tolérance pour Dieudonné ou qui que ce soit d’autre faisant la quenelle. « Nous agirons, nous combattrons les sarcasmes de ceux qui prétendent être des humoristes, mais sont en réalité des antisémites professionnels », a dit Hollande. Mais attendez une minute. Il s’agit de ce que la classe dirigeante française considère être le sens de la quenelle de Dieudonné. Sur la base de leurs préjugés, l’artiste, et quiconque fait ce geste en public, est passible de poursuites. Ce n’est pas de la simple censure ; c’est de la persécution, par l’Etat, pour délit d’opinion.

Manifestement, il est tout à fait admissible d’insulter l’islam conformément à l’usage sélectif qui est fait de la liberté d’expression en Occident parce que cela sert le programme politique de diabolisation des pays musulmans ; ce qui autorise l’Occident à les attaquer avec des avions de combat ou des mercenaires terroristes secrets. Mais il n’est pas acceptable de caricaturer le sionisme ou les classes dominantes occidentales.

Il y a une autre pierre angulaire révélatrice dont il faut tenir compte. Pourquoi Press TV, la chaîne d’information iranienne en langue anglaise, est-elle exclue de la diffusion britannique terrestre et par satellite? Pourquoi la chaîne basée en Iran est-elle interdite dans toute l’Europe et l’Amérique du Nord ? Où est la liberté d’expression occidentale dans ce cas ? Quel est le problème ?

Press TV n’est pas tolérée. Elle est interdite. Elle est interdite parce que la vérité du terrorisme d’Etat occidental, tel qu’il est pratiqué par Sarkozy, Hollande, Obama , Cameron, et leurs semblables, est trop lourde à assumer dans la mesure où elle pourrait éveiller les consciences et conférer du pouvoir à l’opinion publique.

La vérité du terrorisme d’Etat financé par l’Occident, tel qu’il est pratiqué par le régime génocidaire israélien, est trop difficile à assumer pour être débattue publiquement; toute critique est rejetée au nom du « devoir de mémoire », sous le prétexte fallacieux de l’« antisémitisme ». Le fait que les dirigeants occidentaux devraient être poursuivis pour crimes de guerre est trop difficile à assumer. Tous ces points de vue, aussi intellectuellement rigoureux, moralement scrupuleux et légalement étayés soient-ils, doivent être censurés, et ceux qui les défendent doivent être harcelés et mis à l’isolement.

La liberté d’expression occidentale n’est rien d’autre que le petit jeu cynique des puissants dans le but de préserver leurs positions de pouvoir illégales.

Un journal satirique encensé par des criminels de guerre occidentaux pour sa « liberté » de déshumaniser les musulmans est salué pour son « héroïsme » ? Et au même moment, une chaîne de télévision diffusant des informations sérieuses, comme Press TV, est interdite. C’est une bande dessinée grotesque.

Par Finian Cunningham | 10 janvier 2015 | Dissidentvoice.org

Traduit par Diane Gilliard, Chris et Christophe pour Arrêt sur Info

(*) En réalité, c’est un spectacle de Dieudonné qui a été interdit de représentation publique, pas le comique lui-même

Finian Cunninghamdiplômé en chimie agricole, a travaillé comme rédacteur scientifique pour la Royal Society of Chemistry, à Cambridge en Angl.eterre; puis comme journaliste durant 20 ans au The Mirror, Irish Times et The Independent. Il est aussi musicien et auteur de chansons. Originaire de Belfast, en Irlande, il vit aujourd’hui en Afrique de l’Est et travaille comme chroniqueur indépendant pour Press TV et Strategic Culture Foundation

Source: http://arretsurinfo.ch/la-farce-de-la-liberte-dexpression/

 

Arrêt sur Info se dégage de toute responsabilité concernant des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes. 

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact

Arrêt sur Info est totalement indépendant. S'il vous convient n’oubliez pas de le soutenir par un don !