Le silence de la bien mal nommée « communauté internationale » quand il s’agit des violations de l’Etat d’Israël est révélateur. Israël peut agresser militairement ses voisins en toute impunité; continuer d’empêcher toute paix dans la région sans être blâmé ni sanctionné. [ASI]

Image twitter

Des missiles israéliens ont visé pendant la nuit du 1er au 2 décembre une position militaire près de Damas, mais ils ont été interceptés par le système de défense aérienne, selon l’agence d’Etat syrienne Sana.

La défense aérienne de l’armée syrienne a intercepté et détruit au moins deux missiles israéliens ayant visé «une position militaire» dans la province de Damas, selon des informations rapportées par l’agence d’Etat syrienne Sana, le 2 décembre. «L’ennemi israélien a tiré à 00h30 [heure locale] plusieurs missiles sol-sol en direction d’une position militaire dans la province de Damas», a affirmé l’agence, ajoutant que les défenses aériennes de l’armée syrienne avaient pu faire face à l’«agression flagrante».

Celle-ci a cependant causé des dégâts matériels sur le site, selon la télévision d’Etat syrienne, citée par Reuters. Une source militaire citée par le site indépendant Al-Masdar affirme que plusieurs missiles ont été tirés sur un entrepôt militaire, et que certains ont atteint leur cible. De fortes explosions auraient été entendues entre les villes de Kesweh et Sahnaya.

Ces derniers mois, Israël a effectué de nombreuses frappes sur le territoire syrien, affirmant prendre pour cible des militants du Hezbollah, ou riposter à des projectiles qui touchent le plateau du Golan, occupé par l’Etat hébreu depuis 1967.

Le plus sérieux accrochage date de la nuit du 16 au 17 mars quand l’aviation israélienne avait ciblé en Syrie un convoi d’armes, présenté comme destiné au Hezbollah libanais. L’armée syrienne avait riposté avec des moyens anti-aériens et Israël avait intercepté un missiles tiré en direction de son territoire.

RT – 2 décembre 2017

Lire aussi : L’aviation israélienne attaque une batterie de missiles en Syrie

Source: Russia Today

Imprimer