Une puissance cherche à dominer la planète. Il s’agit d’un système propagé et protégé par les médias dominants dont il est quasi exclusivement propriétaire : grands journaux, principales chaînes de télé.

Ces médias remplissent très bien leur rôle. Ils sont en fait destinés à formater l’inconscient collectif en nous redéfinissant le bien et le mal !

Tout ce qui favorise les intérêts du système politico financier dirigeant sera considéré comme BIEN ! Au contraire tout ce qui s’oppose ou émet une résistance à ce système dominant, à ses profits ou à l’extension de son domaine et de son pouvoir sur la planète sera défini comme MAL.

Ce formatage est tellement puissant qu’une majorité de citoyens sont prêts à croire n’importe quoi puisqu’ils ont enregistré et accepté les (bonnes) définitions du bien et du mal !

Et pour verrouiller le tout, la petite partie d’entre nous qui s’en distancie et résiste est qualifiée de « complotiste » par ceux-là mêmes qui se félicitent pourtant de symboliser la démocratie et de défendre la liberté d’expression.

Depuis novembre 2016 toutefois, l’on nage en plein paradoxe. La puissance dominante qui, depuis toujours se mêle de tout ce qui se passe sur la planète vacille en voyant élire, en son sein, un homme qui menace son système de l’intérieur.

Les USA se sont faits une spécialité planétaire en finançant des campagnes de dénigrement et de diabolisation, en organisant et armant des groupes terroristes, pour déstabiliser les pays dont les chefs d’Etats refusent de se soumettre à leurs intérêts.

Une fois renversés les dirigeants de ces pays peuvent être remplacés par des marionnettes pro système qui redéfinissent la politique dans le « bon » sens.

Et voilà qu’en novembre 2016, alors qu’avec l’arrivée annoncée d’Hillary Clinton à la présidence, tout était en place pour poursuivre la destruction des pays du Moyen-Orient qui résistent, l’impensable est arrivé : l’élection de Trump ! Tout cela malgré le fait que 94% des médias l’ont diabolisé lui préférant Clinton, Trump gagne le scrutin !

Rarement on a vu un pareil désarroi dans la classe politique et médiatique occidentale.

Que voit-on depuis ? Des manœuvres dangereuses de la part du système politico médiatique démocrate pour mettre à mal la victoire de Trump et inverser la réalité :

-les Etats-Unis accusent les Russes d’avoir modifié le résultat des élections notamment en divulguant les mails montrant le degré d’escroquerie et de corruption de Clinton dans quantité d’affaires

-le système intensifie sa campagne de diabolisation de Trump ; répand des fausses informations, organise des manifestations anti Trump

– le président sortant se conduit depuis quelques semaines de manière infantile en se moquant et en ironisant de manière grotesque au sujet de celui qui sera son successeur

En fait, les États-Unis s’auto administrent le même protocole que celui appliqué depuis des décennies aux pays récalcitrants à leur domination.

C’est un spectacle affligeant.

Il est affligeant en effet de voir les dirigeants du pays qui se veut « le modèle de démocratie » ne pas accepter leur défaite et accuser un tiers pour expliquer leur échec.

Il est affligeant d’entendre le déferlement de critiques, d’injures et de mensonges proférés contre celui qui a été démocratiquement élu.

Assistons-nous à la fin d’un système ?

On ose l’espérer.

La diabolisation de la Russie ainsi que le déploiement de troupes de l’OTAN en Europe ont de quoi nous faire craindre le pire.

Je respirerai mieux une fois Trump investi s’il fait ce qu’il a dit qu’il ferait.

Le « bien » est capable du pire quand il se sent en danger, ce qui est bien plus terrifiant que quand il se contente d’être ridicule !

Olivier Jean | 15 janvier 2017 | Internaute citoyen

Source: http://arretsurinfo.ch/le-monde-dans-lequel-nous-vivons-est-totalement-manicheen/

Imprimer