Mosquée bengali (rohingya) à Yangon 


Alors que l’Occident et une grande partie du monde musulman ignorent le Yémen et la Palestine, cela doit les arranger qu’une « guerre sainte » dirigée contre la Chine, ennemie des occidentaux, se développe et fasse diversion. 

Par Afra’a Dagher, journaliste syrienne basée à Lattaquié en Syrie.

Depuis le 26 mars 2015, l’Arabie saoudite commet un génocide au Yémen. Des innocents au Yémen ont subi une épidémie de choléra provoquée volontairement; et maintenant ils subissent la faim, un phénomène commun pour les enfants du Yémen, pratiquement tous musulmans.

Où sont alors les voix de la soi-disant communauté musulmane mondiale, l’Oumma, quand il s’agit de parler du Yémen dont le peuple n’est pas massacré par des bouddhistes mais par des musulmans ? Je mentionne les bouddhistes parce que beaucoup de gens appellent les Saoudiens à venir en aide au peuple musulman rohingya du Myanmar. Peut-être que ces voix « musulmanes » ont oublié que les Saoudiens sont le principal exportateur de terrorisme dans d’autres pays musulmans, y compris la Syrie.

En outre, la Turquie qui parle beaucoup du Myanmar n’a pas encore levé un petit doigt pour le Yémen.

Franchement, la religion n’est qu’une fausse couverture lorsque l’on perd son humanité. L’humanité est la véritable essence de la religion et ceux qui n’ont aucune compassion pour le peuple du Yémen ont trahi leurs propres soi-disant frères et ont révélé leur propre hypocrisie.

À bien des égards, les problèmes au Myanmar ne sont qu’une autre façon pour Israël et l’Occident de détourner les musulmans du sort de la Palestine, un peuple, composé majoritairement de musulmans mais aussi de chrétiens, exposés depuis longtemps à l’oppression, aux restrictions et au nettoyage ethnique.

Malheureusement, des soi-disant moudjahidines islamistes viennent du monde entier pour se battre en Syrie et massacrent les Syriens sous prétexte « d’aider les musulmans » du pays et que le gouvernement ne serait pas musulman! C’est tout simplement absurde et dangereux à tous les niveaux.

Dorénavant, les Rohingyas ont leur propre « armée libre », quelque chose qui ne peut que faire empirer une situation déjà bien mauvaise. En particulier, cette « armée libre » est connue sous le nom de Al-Yaqeen et elle est liée aux branches du mouvement interdit des Frères musulmans égyptiens, qui continue de recevoir des fonds provenant d’organismes dépendants de George Soros ainsi que de la Turquie et du régime qatari. Récemment, la station de télévision libanaise Al-Mayadeen a interviewé un militant de l’armée Rohingya qui a admis qu’il était combattant, mais a affirmé que ses seules armes étaient des couteaux.

Malheureusement, les soi-disant moudjahidines sont le carburant et les soldats pour chaque guerre par procuration que l’Amérique et Israël veulent mener. Le Myanmar est un lieu important sur la nouvelle route de la Soie chinoise appelée Ceinture et la Route (One Belt-One Road). En outre, les ressources pétrolières et gazières du Myanmar sont vitales pour la Chine, ce que les États-Unis et d’autres financiers traditionnels des moudjahidines savent parfaitement. On ne peut oublier tout cela si on veut comprendre la situation de Myanmar.

Beaucoup de ces horribles photos, qui montraient soi-disant la crise des Rohingyas, se sont avérées fausses et d’autres provenaient de pays différents ou de catastrophes lointaines [lire à ce sujet Le président turc Erdogan et les photos truquées d’un soi-disant génocide en Birmanie, Ntd]). Je ne nie pas que beaucoup de Rohingyas soient opprimés, mais les réalités de la situation sont très différentes de ce qui est raconté dans les médias occidentaux. Ceux qui croient tout ce qu’on leur montre à propos des Rohingyas, devraient se souvenir des Casques blancs en Syrie qui ont été exposés ultérieurement comme diffusant des mises en scènes et des fausses images pour promouvoir les mensonges d’Al-Qaïda.

Nous ne pouvons pas laisser un autre Afghanistan se produire au Myanmar. Pour aider à trouver une bonne solution là-bas, il faut une initiative diplomatique et non pas une autre guerre par procuration qui utiliserait le prétexte de la religion! Les mosquées en Birmanie sont actives et les musulmans peuvent y aller prier sans que personne ne les en empêche. En fait, [rien qu’à Yangon], il y a neuf mosquées.

Nous ne pouvons nous permettre une autre guerre par procuration dirigée par l’Occident au nom de l’islam. Ces guerres ne profitent qu’aux ennemis des braves gens, musulmans ou autres. C’est par la diplomatie que l’on doit résoudre les problèmes au Myanmar, pas par le djihad ni par les financiers occidentaux du djihad.

Afra’a Dagher | Septembre 16, 2017

Article original en anglais: http://theduran.com/myanmar-needs-diplomacy-not-another-western-backed-jihad/

Traduit par http://La gazette du citoyen

Imprimer