Abadi s’en prend à Soleimani et veut faire de l’Irak un pays indépendant et fort.

Par Elijah J. Magnier | 27.

Le Kurdistan irakien a annoncé qu’il avait « gelé les résultats du référendum sur l’indépendance » et qu’il est prêt à négocier avec le gouvernement central à Bagdad. Le dirigeant kurde Massoud Barzani a ainsi mis fin à son intention de diviser l’Irak indéfiniment et a succombé à la détermination de Bagdad à reprendre les rênes du pays.

Le premier ministre irakien Haider Abadi a non seulement reconquis tout le territoire saisi par les forces kurdes, qui avaient tiré profit de l’occupation de régions irakiennes par le groupe armé « État islamique » (Daech) en 2014, mais il a aussi déployé les forces irakiennes le long des limites et des territoires établis en mars 2003 comme les frontières de la région autonome du Kurdistan irakien.

Massoud Barzani a perdu tous les privilèges et les gains qu’il a accumulés au cours des dix dernières années, qui avaient donné au Kurdistan une prospérité inégalée. La réputation et la popularité du dirigeant kurde sont à leur plus bas parmi les Irakiens, y compris les Kurdes.

Barzani, qui avait déclaré la constitution irakienne nulle, notamment l’article 140 qui prévoit des négociations à propos des zones contestées entre Bagdad et Erbil, appelle aujourd’hui à un cessez-le-feu et à un retour à la constitution. Mais Bagdad, qui veut faire appliquer la constitution, veut aussi que Barzani rende des comptes à propos des revenus pétroliers de plus de 51 milliards de dollars tirés de la vente de pétrole irakien à des sociétés pétrolières multinationales (sans envoyer à Bagdad la part qui lui revenait comme le prévoit la constitution), des revenus tirés des télécommunications et des salaires et avantages sociaux de la province.

Par ailleurs, l’Iran a rouvert le poste frontalier de Souleimaniye, qu’il avait fermé devant l’insistance de Massoud Barzani à vouloir faire sécession de l’Irak. Il faut dire que les dirigeants kurdes à Souleimaniye ont adopté une position différente à l’égard de Bagdad de celle de Barzani et des dirigeants kurdes à Erbil.

La Turquie avait retardé la fermeture de ses passages terrestres avec le Kurdistan, car elle attendait de voir si Barzani allait réussir à garder Kirkouk sans que Bagdad ne réagisse. Mais dès que le gouvernement irakien a pris le contrôle de Kirkouk et de ses gisements de pétrole, la Turquie a fermé tous ses postes frontaliers avec le Kurdistan. C’est ce jour-là que les habitants du Kurdistan ont senti le danger et leur isolement et qu’ils ont pleinement réalisé que les dirigeants régionaux et internationaux ne soutenaient plus la division de l’Irak ou la naissance d’un « État kurde », qui aurait pu donner lieu à un bain de sang dans différentes parties du Moyen-Orient.

La première étape de la partition du Moyen-Orient a donc été annulée. Le risque de partition de la Syrie demeure toutefois encore présent, bien que faible, jusqu’à la fin de la guerre contre Daech et la reprise du territoire encore sous sa coupe en Syrie et en Irak.

Bagdad a engagé la bataille à Rawa et al-Qaim et les forces irakiennes et syriennes devraient faire leur jonction des deux côtés de la frontière pour mettre fin à l’existence du groupe armé dans cette partie de la Mésopotamie et du Bilad al-Cham. Il reste encore des poches de résistance de Daech à l’intérieur de la Syrie, qui devraient être éliminées en temps et lieu (Daech est encore présent dans la région rurale de Deir Ezzor, à al Hajar al-Aswad, au sud de Damas, et à la frontière entre la Syrie et Israël).

La décision du Kurdistan de geler les résultats du référendum n’a pas été facile, car elle affaiblit Barzani et son parti, notamment à la suite d’incidents séparés entre des forces rebelles des Peshmergas kurdes et les forces irakiennes. Ces affrontements ont fait des morts et des blessés parmi les belligérants.

Bagdad s’attendait à ce genre de réaction et a déployé ses forces en grand nombre, notamment dans la région de Makhmour, au poste frontalier de Feshkhabur avec la Turquie et dans le secteur de Rabia, d’où le pétrole irakien est exporté au pays voisin, la Turquie.

Le premier ministre irakien a montré ses dents non seulement aux Kurdes, mais aussi à l’Iran. Dans une critique ouverte sans précédent à l’endroit du général Qassem Soleimani du Corps des Gardiens de la révolution islamique, Haidar Abadi a déclaré : « Certains disent que quelqu’un est venu (…) d’on ne sait où (…) de Mars peut-être, pour régler la crise à Kirkouk. Une seule personne, dit-on, a réglé toute la crise. Pourquoi n’a-t-il pas réglé la crise provoquée par Daech à lui seul? Si c’est une question de chance ou que l’homme en question est Superman, pourquoi n’a-t-il pas réglé la guerre en Irak à lui seul? »

Le premier ministre irakien veut montrer au monde, aux Irakiens et surtout aux pays de la région qu’il est capable de répondre à une situation de crise, qu’il est un homme politique fort et résolu quand il le faut, qu’il n’est pas le fantoche de l’Iran ou de tout autre pays, et qu’il veut bâtir un État indépendant fort ayant de bonnes relations avec tous les pays. Abadi a démontré qu’il est capable d’utiliser la puissance douce au besoin comme il l’a fait avec le Kurdistan et Massoud Barzani, et qu’il n’hésitera pas à frapper les Irakiens qui garderont leurs armes (les mandataires de l’Iran en Irak) après la défaite de Daech.

Il est clair qu’Abadi ne cherche pas à se venger contre le dirigeant kurde. Loin de s’arrêter à la mise au rencart du référendum, il demandera aussi des comptes à tous ceux qui sont accusés de corruption et de gaspillage des fonds publics. Cela présage que l’indépendance et la renaissance de l’Irak coïncideront avec le début de 2018. L’Irak devrait alors s’être débarrassé de Daech, sans plus subir d’attaques suicides et terroristes qui frappent maintenant le monde entier. Un nouvel avenir attend donc l’Irak en tant qu’État indépendant disposant de ressources financières importantes (malgré les dettes accumulées en raison de la guerre contre Daech) appelé à jouer un rôle significatif au Moyen-Orient.

Par Elijah J. Magnier | @ejmalrai

Article original: https://elijahjm.wordpress.com/2017/10/26/barzanis-dream-and-the-division-of-iraq-are-over-and-abadi-criticises-soleimani/

Traduction : Daniel G.

Imprimer