Le coup d’État royal saoudien de Mohamed Bin Salman (MBS) est encore en gestation et ses histoires de mystère et d’intrigue sont en train de se dérouler.

Certains articles publiés récemment au sujet de ce développement saoudien sans précédent ont mis l’accent sur la question de savoir si MBS était réellement désireux d’initier une réforme dans le royaume et capable de mettre en place l’infrastructure qui a rendu possible une telle réforme et de quelle manière. D’autres articles plus cyniques n’ont guère mis en doute sa capacité à créer le moindre changement et l’ont classé comme une autre marionnette de l’héritage que son grand-père, le roi Abdul Aziz, fondateur de la dynastie saoudienne, a forgé avec l’Occident. Entre les deux extrêmes, beaucoup d’entre eux ont peut-être attendu par anticipation pour voir ce qui allait se passer dans un royaume en mutation rapide qui n’a pas changé pendant près d’un siècle.

Pour mettre les récents développements en perspective, nous devons examiner objectivement les réalisations et les échecs de MBS depuis sa montée en puissance, en mettant particulièrement l’accent sur les développements de ces dernières semaines.

MBS n’a pas réussi à tirer parti de l’échec de la politique menée par le précédent gouvernement saoudien à l’égard de la Syrie en écartant son propre héritage. En fait, le résultat de la conférence de l’opposition syrienne qui s’est tenue à Riyad était un résultat farfelu de la diplomatie saoudienne. Non seulement cette conférence a coïncidé avec le sommet victorieux Poutine-Assad à Sotchi le 20 Novembre 2017, mais il demande  toujours « d’exiger » le retrait du président syrien Assad du pouvoir.

Les Saoudiens arrogants et apparemment naïfs semblent encore sous l’illusion qu’ils sont capables de dicter les termes du règlement de la « guerre contre la Syrie », bien qu’ils aient déployé tous leurs efforts pour la gagner, mais qu’ils aient perdu de façon décisive. Cependant, le fait le plus blessant pour eux, c’est qu’ils ont perdu sans qu’il leur reste un seul atout à capitaliser.

Alors que MBS peut être « excusé » de ne pas avoir réussi à trouver un moyen de sauver la face en Syrie, il a échoué lamentablement dans la guerre qu’il a orchestrée au Yémen et, à mesure que cette guerre se prolonge, la communauté internationale commence à prendre conscience des atrocités et du génocide que la coalition dirigée par les Saoudiens inflige au Yémen, et personne ne peut être tenu plus responsable de cet échec militaire et de ce crime contre l’humanité que MBS lui-même.

MBS n’a pas non plus réussi à contenir la perte qu’il a « hérité » des échecs des précédentes politiques saoudiennes au Liban et en Irak. En fait, sa détermination à rester inébranlable dans ces domaines a fait des politiques régionales saoudiennes une plaisanterie.

Alors, où MBS a-t-il eu du succès, si tant est qu’il y en ait eu ?

Dans mes précédents articles et dans le présent document, j’ai mentionné et réitéré que MBS gagne de plus en plus en popularité dans les rangs des hommes et des femmes saoudiens jeunes et instruits de tous âges et, en général, au sein de la population. C’est pourquoi, dans cette aventure, il fait d’une pierre deux coups. En se constituant un soutien plus populaire, il confisque et gèle l’argent dont il a cruellement besoin sous prétexte de corruption.

Les estimations du nombre de princes et d’hommes d’affaires saoudiens incarcérés ne sont pas moins sujettes à un jeu de devinettes que les fonds impliqués dans ce chaos. Si l’on fait abstraction du nombre d’hommes qui ont été placés en détention, le montant des fonds confisqués et gelés est estimé à un minimum de 150 milliards d’USD et un maximum de 800 milliards d’USD.

Étant donné que le total de la réserve officielle saoudienne d’épargne est de l’ordre de « seulement » 700 milliards USD après des décennies de périodes financières difficiles, même la faible estimation de 150 milliards USD est une somme énorme en proportion, bien sûr. Il n’est pas surprenant que MBS essaie de se réapprovisionner dans les coffres de l’État de telles sommes, et s’il y parvient, ce serait à son crédit.

Alors qu’en ce qui concerne l’épargne officielle saoudienne, après de nombreuses décennies d’énormes exportations de pétrole et à des prix élevés, le chiffre des réserves d’épargne saoudienne devrait avoisiner quelques billions de dollars. Mais une proportion énorme de pétrodollars saoudiens a été dilapidée sur les fonds royaux, les yachts de vacances, les prostituées, la drogue, les pots-de-vin, le vol, la corruption à tous les niveaux, et sur ce compte et ce compte seulement, MBS peut être reconnu pour avoir amené les individus corrompus à rendre des comptes.

Mais que MBS soit capable ou non d’éradiquer la corruption et/ou qu’il soit coupable ou non de la même accusation, comme le soutiennent ses cousins et d’autres, quel commandement a-t-il sur les affaires du royaume et sur la famille royale contre laquelle il a organisé un coup d’État ?

Au sein du Royaume, des rapports non confirmés prétendent que MBS n’ a aucun commandement sur les troupes locales traditionnelles sur lesquelles il peut compter, il n’a pas le droit à l’erreur.

Pour préciser, il faut rappeler au lecteur que l’héritage Al-Saud a bâti son règne de pouvoir (et de terreur) sur le wahhabisme et l’argent. Le wahhabisme a été utilisé comme doctrine, et l’argent a été le catalyseur pour acheter la loyauté et le soutien.

Avec la purge de MBS des princes royaux, aucun supporter royal traditionnel avec la richesse connue n’est laissé en sécurité. Comment peuvent-ils se sentir en sécurité quand on leur dit que des princes tel qu’Al-Walid bin Talal sont non seulement en détention, mais aussi se font torturer tandis que leurs avoirs sont gelés et assiégés par l’État ?

Dans mon article précédent, The Second Saudi Dynasty: MBS’s Reset Button, je me demandais comment MBS pouvait compter sur des soutiens locaux. Apparemment, il ne l’est pas.

Des informations exclusives récentes, publiées ensuite dans divers médias, rapportent que MBS a utilisé Blackwater pour faire son sale boulot.

Si ces informations sont vraies, MBS a engagé Blackwater pour les arrêter, avec l’ordre de tuer quiconque résiste à l’arrestation, princes saoudiens et hommes d’affaires de haut rang, et de ne répondre à personne d’autre que lui. Rétrospectivement, il est fort peu probable que le Prince Abdul Aziz, fils de l’ancien Roi Fahed, ait été tué par un Saoudien, car cela entraînerait la peine de mort en cas d’échec du coup d’État.

Il a même été rapporté que des membres du personnel de Blackwater circulent dans des véhicules de la Police saoudienne et du personnel des agences de sécurité d’une manière totalement inconnue et cachée du public saoudien. Cela ne peut être corroboré, pas plus que cela ne peut être rejeté de manière réaliste.

Si c’est vrai, de tels rapports indiquent que le coup d’État de MBS n’est pas terminé. Ils indiquent qu’il ne prend aucun risque, mais la plupart du temps, ils indiquent qu’il ne fait confiance à personne; sauf Blackwater.

Mais, ce qui est encore plus important et significatif, de telles nouvelles, si elles sont confirmées, indiquent que MBS n’a pas de véritable emprise sur le pouvoir. Si tel est le cas, et vu son ambition, il y a plus de raisons de croire que MBS n’aura pas d’autre choix que d’accompagner ses cousins jusqu’au bout et jusqu’ à ce qu’il les ait tous détruits et privés de leurs biens.

Après tout, il a besoin de leur argent pour réaliser ses rêves et sortir son royaume de son désordre financier. Il doit leur reprocher son échec. Il doit éliminer toute prétention qu’ils pourraient avoir pour le trône.

Presque du jour au lendemain, MBS a fait passer l’Arabie Saoudite d’un royaume de sable solide sur lequel Al Saud a régné avec une solide assise et une base solide, à un royaume de sable mouvant sur lequel les princes et les courtiers de pouvoir n’ont plus un pied à terre. Ils doivent soit promettre une loyauté totale et inconditionnelle à MBS, soit craindre la persécution. D’autre part, s’ils promettent cette loyauté et que le coup d’État de MBS échoue à la suite d’une contre-coup, ils risquent d’être considérés comme des ennemis des vainqueurs du contre-coup. Damné si tu le fais et damné si tu ne le fais pas.

Le dilemme des princes n’est pas moins troublant que le dilemme des échelons inférieurs du pouvoir en Arabie saoudite, en particulier celui des officiers supérieurs et de leurs subordonnés. Avec sa mentalité tribale, l’Arabie saoudite a eu plusieurs niveaux de forces armées, dont certains sont loyaux envers des princes particuliers plutôt qu’envers l’État lui-même. Le prince Mutaib, par exemple, fils de l’ancien roi Abdallah, était jusqu’au 4 novembre, ministre de la Garde nationale. La hiérarchie de la Garde nationale lui est fidèle personnellement, et maintenant le grand patron est en prison. MBS a donc quelques options, soit pour forcer ces officiers militaires à lui être loyaux au risque de se faire poignarder dans le dos, soit pour jeter tout le monde en prison et favoriser l’avènement de son propre peuple. Mais, d’où amènerait-il son propre peuple et par qui devra-t-il commencer ? Après tout, et malgré le grand pouvoir qu’il s’est donné, il est venu dernièrement et il n’a pas eu l’avantage du temps pour construire lentement sa propre armée. Son alternative pratique était basée sur le pragmatisme et la sécurité, et à cet effet, il ne peut pas trouver une armée plus fidèle et mieux entraînée que Blackwater. Et même si Blackwater n’est pas bon marché, pour MBS les objectifs qu’il cherche à atteindre justifient les coûts.

Certains diront peut-être que Blackwater peut aussi être acheté par les chefs de file du contre-coup et même par des gouvernements étrangers. Bien que cela soit possible, MBS n’ a pas encore de meilleure alternative. Cependant, on pourrait imaginer qu’une entreprise comme Blackwater, pour garantir son succès et sa continuité d’affaires, aurait un code de conduite strict stipulant qu’elle s’abstiendra de conclure des ententes contractuelles pouvant engendrer des conflits d’intérêts entre ses clients. Après tout, et indépendamment de son mode opératoire mercenaire criminel et sournois, qui l’engagerait en sachant au préalable qu’il a l’habitude de rompre des contrats et de les remplacer par des adversaires ? Bien qu’il soit discutable de se demander si un client de Blackwater peut réellement intenter une action en justice contre lui et gagner est une autre histoire parce que, sans aucun doute, Blackwater, aussi inhumain et criminel qu’il soit, ne peut se permettre de voir sa réputation ruinée.

Pour résumer, alors que le coup d’État de MBS est encore en gestation et que son dénouement final reste incertain, il est évident que MBS n’a pas suffisamment de pouvoir local saoudien sur lequel il peut compter aux échelons supérieurs du pouvoir. Alors que sa popularité parmi la population générale est à la hausse, les intermédiaires traditionnels du pouvoir ne peuvent ni le soutenir, ni être perçus comme étant favorables ou défavorables à son égard. Quoi qu’il en soit, et même si certains d’entre eux pourraient potentiellement devenir de fervents et fidèles partisans du MBS, à l’heure actuelle, toute promesse d’allégeance est très risquée pour tous les intéressés.

Toutefois, en se fiant à Blackwater, MBS atteint un objectif à court terme plus sûr. Cependant, cette politique peut se retourner violemment contre lui, car elle permet à certains courtiers saoudiens clés du pouvoir de rester un peu plus longtemps assis sur la clôture jusqu’à ce qu’ils voient qui est le vainqueur final dans tout cela pour qu’ils finissent par revenir.

par Ghassan Kadi | 27 Novembre 2017,

Article original : The MBS – Blackwater Marriage Of Convenience

Traduit par SLT

Imprimer