Les « grands » reporters de guerre « embarqués » – et leurs organes de presse – vous ont menti, trompés, sur la guerre en Syrie; raison pour laquelle ils n’en parlent quasiment plus depuis la libération d’Alep par les forces armées de l’Etat syrien. En parler les contraindrait à reconnaitre leur scandaleuse désinformation, leur biais en faveur des groupes terroristes [2011 – 2017]. S’ils en parlent parfois c’est immanquablement sous l’angle des « rebelles, appuyés par la coalition menée par États-Unis, qui feraient des progrès importants pour reprendre la ville de Raqqa ».

C’est pourquoi les témoignages du jeune français Pierre Le Corf sont d’autant plus importants. ASI


Vidéo publiée en mai 2017


En partant du côté de l’école j’ai découvert ce qui reste de l’association Syria Charity dans le so-called Alep City Council (gouverné par le faux maire d’Alep Est élu – reçu à l’Élysée, passeport de réfugié politique Français et majoritairement élu par des groupes armés et des groupes étrangers). Comme je le dis dans la vidéo, vous en faites ce que vous voulez, je ne suis pas là pour tirer à boulets rouges, mais pour montrer simplement ce que j’ai souligné ces derniers mois, quelque chose de grave.

Je tiens à rappeler quelque chose, je n’ai en aucun cas l’objectif dans cette vidéo d’insulter le travail des volontaires hors de la Syrie ou la compassion des gens qui veulent réellement aider de manière neutre, ni les volontaires Syriens qui ont pu faire de leur mieux pour apporter une aide ici, … mais il y a des choses qui ne passent pas vis-à-vis des associations venues ici sous le couvert de l’humanitaire, comme de se servir de la misère des gens dans un conflit pour valoriser une communication politique et militaire contre le gouvernement Syrien dans un objectif politico-religieux, une propagande massive en faveur de la guerre qui ne fait que créer plus de morts et de terreur en la maintenant, en la légitimant à vos yeux, un cercle vicieux très bien huilé. Regardez Alep maintenant: plus de groupes armés, la paix dans la majorité des voisinages malgré des roquettes qui continuent d’être envoyées sur nous par les terroristes, les réfugiés de retour chez eux, les enfants à l’école, plus de bombardements ni de morts au grand damne de nombreuses personnes et groupes qui s’en nourrissaient comme de l’essence pour leur cause (…)

Source: Bertrand Riviere

Imprimer