Ei islamischer-staat-41
DEUX JOURNALISTES ALLEMANDS, JÜRGEN TODENHÖFER ET SON FILS, FRÉDÉRIC, ONT PU, POUR LA PREMIÈRE FOIS, SE RENDRE SUR LE TERRITOIRE DE L’ÉTAT ISLAMIQUE POUR RÉALISER UN REPORTAGE « ACCRÉDITÉ ».

Reporter de guerre allemand de 74 ans, M. Todenhöfer était depuis plusieurs semaines en correspondance régulière avec Abu Qatadah, un jihadiste allemand converti, membre du service de presse de l’EI. Après s’être assuré de pouvoir se rendre sur place en toute sécurité, il est parti accompagné de son fils, direction la frontière turque.

Introduits dans le « califat » par un homme masqué, qui les suivra tout au long de leur mission, les deux journalistes ont vite constaté un durcissement de leurs conditions. Leur interlocuteur, méfiant et agressif, leur donne des consignes strictes : pas de téléphone, vérification systématique des photos et vidéos prises, interdiction de sortir de la chambre sans accompagnateur… Lorsque les deux hommes estiment être traités comme des prisonniers, on leur répond que « les prisonniers n’ont pas l’occasion de choisir ce qu’ils veulent pour leur petit déjeuner ».

Jürgen et son fils choisissent malgré tout de poursuivre leur reportage, de peur d’être pris en otage s’ils décidaient d’y mettre un terme. Ainsi, ces derniers ont pu filmer l’application de la charia, les impôts imposés aux chrétiens comme aux musulmans, le fonctionnement de l’État au quotidien, etc.

Au fil du reportage, Frédéric croit avoir deviné qui était leur accompagnateur masqué : Jihadi John, jihadiste britannique connu pour être apparu sur des vidéos d’exécution, dont celle de l’otage américain James Foley et que l’on croyait mort dans un bombardement de Raqqa fin 2015. « Nous n’en sommes pas sûrs à 100 % mais les éléments sont probants », estiment les deux journalistes. Finalement, malgré la tension palpable, ils pourront rejoindre sains et saufs la frontière turque, puis l’Allemagne.

Les photos de ce reportage sont disponibles sur le site internet de Jürgen Todenhöfer : juergentodenhoefer.de

OJIM | 9 avril 2016

Source: OJIM 

Imprimer