Quarcini : “M. Valls a refusé la liste des djihadistes français pour des raisons idéologiques”

Directeur central du renseignement intérieur de 2008 à 2012, l’ancien préfet se livre sur l’état actuel de la menace terroriste. Pour lui, des décisions immédiates doivent être prises après les attentats. D.R.

Propos recueillis par Louis de Raguenel, Valeurs Actuelles, 19/11/2015

Les services de renseignements français étaient-ils prêts ? 

Clairement, oui. Il était prévu depuis les attentats de Bombay, en 2008, que de telles actions coordonnées et déterminées se produisent sur le territoire français et que la menace s’installe dans la durée.  Nous savions que nous allions devoir monter en puissance pour faire face à ce type d’attentat. Il n’y a eu aucune surprise. En revanche, les services français paient les conséquences de certaines décisions politiques. Comme M. Hollande traite Bachar al-Assad de tous les adjectifs, les services syriens ne veulent plus coopérer avec les services français.

Comment travaillent nos services, alors ?

Nous sommes contraints de faire appel à des partenaires étrangers qui nous donnent les informations qu’ils souhaitent. Sans ces errements idéologiques, peut-être pourrions-nous éviter que des drames se produisent.

Vous avez proposé à votre ancien service il y a deux ans de lui transmettre une liste des Français qui combattent en Syrie. Pourquoi a-t-il refusé ?

Il y a déjà deux ans, les services syriens m’avaient effectivement proposé une liste des Français combattant en Syrie. j’en avais parlé à mon ancien service qui en a rendu compte à Manuel Valls. La condition des Syriens était que la France accepte de coopérer à nouveau avec leurs services de renseignements. On m’a opposé un refus pour des raisons idéologiques. C’est dommage car la proposition était une bonne amorce pour renouer nos relations et surtout, pour connaître, identifier et surveiller tous ces Français qui transitent entre notre pays et la Syrie. Résultat : on ne sait rien d’eux et on perd beaucoup de temps en demandant des informations aux agences allemandes, qui sont toujours restées sur place, mais aussi jordaniennes, russes, américaines et turques. On n’est absolument plus dans le concret.

Vous considérez que nous venons d’en payer les conséquences ?

Conscients de ces erreurs politiques et diplomatiques, les islamistes de Dae’ch ont commis un attentat remarquable. Parce qu’il se passe à Paris dans une région ultra protégée, juste avant la Cop21, avec des cibles travaillées et à l’occasion du concert d’un groupe américain qui revient tout juste d’Israël. Les djihadistes ont frappé monsieur Tout-le-monde. Face à de telles attaques et compte tenu des prises de position du gouvernement, il est difficile pour les services de renseignements d’anticiper de manière précise le passage à l’acte. Des attentats sont déjoués. Mais qui sait si les commanditaires souhaitaient véritablement passer à l’acte ?

Lors des attentats de Paris, n’y a-t-il pas eu des dysfonctionnements entre la DGSI et la DGSE ? 

L’enquête révèle qu’on est bien sur la piste d’une filière franco-belge, connectée à la Syrie, qui a frappé méthodiquement la France. Pour la DGSI, que je connais bien pour en avoir été le directeur central, je sais qu’entre les renseignements intérieurs français et belge, les relations sont étroites. Mais je m’interroge : quel a été le travail de la DGSE sur les filières syriennes composées de Français en Europe ?

Certains acteurs français du renseignement ne l’ont pas encore compris : il n’y a plus de différence aujourd’hui entre la menace intérieure et celle qui vient de l’extérieur. Il faut impérativement renforcer la coopération entre ces deux services. Il y a plusieurs mois, nous avions identifié le formateur de Mohamed Merah qui avait séjourné en Belgique. Nous savions qu’il formait tous les commandos européens et avions demandé à la DGSE de le “neutraliser” mais rien n’a été fait … Heureusement, il a finalement été “droné” par les Américains, mais bien après.

Vous dites que la Belgique est un « hub du terrorisme » …

Effectivement, ce pays est la base arrière du terrorisme en Europe. Les terroristes se donnent rendez· vous sur Internet pour partir faire le djihad et se retrouvent en Belgique pour passer à l’acte. Il faut bien comprendre que l’État belge n’a pas le même état de stabilité que ce que nous connaissons en France, même si leurs services de renseignement intérieur travaillent très bien avec nous.

Vous reprochez à la presse de raconter n’importe quoi sur les fiches S …

Oui, il faut repartir de zéro: une fiche “S” est une levée de doutes, attribuée à un individu lorsqu’il est sous les écrans radars et qu’il n’a rien fait de répréhensible pour l’interpeller. La fiches permet d’observer cet individu pendant plusieurs mois et d’identifier s’il présente une dangerosité particulière, par son mode de vie, ses fréquentations et ses voyages, et s’il doit faire l’objet de moyens opérationnels lourds de surveillance. Elle a vocation à être actualisée par les services de l’État qui interviennent au quotidien (passages de frontière, contrôles routiers) et qui croisent cet individu. La fiche peut s’enrichir mais aussi s’appauvrir pour finalement être supprimée. Les fiches S vivent.

N’y a-t-il pas un meilleur moyen de contrôler ces personnes dangereuses ?

Face à ces gens, il faut maintenant appliquer des mesures administratives fermes. Comme on ne peut pas s’occuper de tout le monde, il ne faut plus hésiter, sous le contrôle d’un juge administratif, à assigner à résidence surveillée, à imposer le port du bracelet électronique, à retirer des passeports, à placer en centres de déradicalisation, à expulser. Cela permet une chose : savoir où ils sont et ce qu’ils font pour éviter qu’ils ne passent à l’acte.

Depuis trois ans, vous reprochez au gouvernement de perdre du temps …

C’est incompréhensible: entre l’attaque de Mohamed Merah et le travail très complet effectué par les commissions d’enquête parlementaires, et celles contre Charlie Hebdo, on a mis en exergue les besoins nécessaires à l’action des services de r enseignements, mais on a perdu un temps fou pour réagir puisqu’ils n’ont été mis en place qu’en janvier 2015 ! Dans les services, un mois perdu entraîne une année de perte! Entre-temps, l’ennemi se prépare et nous frappe.

Que faut-il faire pour éviter un nouvel attentat ?

Il faut accélérer les modes de recrutement dans le domaine des analystes. Surtout, arrêtons de faire de la communication. Les frappes annoncées dans la nuit de dimanche dernier sont importantes mais pas significatives par rapport aux personnes opérationnelles qui menacent directement l’Europe et la France. Par ailleurs, dans ses déclarations, Manuel Valls n’a rien annoncé de nouveau. La panoplie de mesures qu’il égrène existe depuis des années. En 1994, elles étaient déjà appliquées contre le GIA, le terrorisme islamiste algérien ! Arrêtons de parler. Mettons-les en place !

En matière de politique européenne, il faut créer un fichier des passagers aériens, réclamé depuis plusieurs années. Il faut impérativement rétablir les contrôles aux frontières de manière durable et mettre des moyens pour bloquer la circulation des armes qui viennent du nord et de l’est du continent. Pour mettre le terrorisme à genoux, nous devons réfléchir au rétablissement du service militaire obligatoire, car la police, la gendarmerie et l’armée sont surmobilisées partout. Sur la question du fondamentalisme, la police doit mieux contrôler les imams et ne plus hésiter, sous le contrôle de la justice, à arrêter et expulser ceux qui prêchent la haine. En outre, les responsables musulmans doivent dire haut et fort leurs positions, signaler tous les individus déviants et ne plus entretenir la moindre ambiguïté avec l’islam radical.

La période de l’après-guerre froide est finie. Nous sommes maintenant dans la terreur et le terrorisme de masse. C’est la guérilla qui arrive en France. Mais soyons réalistes, la solution n’est pas que policière; elle est également politique et diplomatique, en liaison avec nos traditionnels alliés, l’Europe ainsi que les pays arabes.

Propos recueillis par Louis de Raguenel, Valeurs Actuelles, 19/11/2015

Source: http://abo.valeursactuelles.com/anciens-numeros/valeurs-actuelles-n-4121.html


Attentats : Les failles du renseignement révélées par l’enquête

Par Louis de Raguenel | 19 nov 2015

France - abdelhamid_abaaoud_isis

Abdelhamid Abaaoud. Pour la police, il est le « cerveau » des attentats de Paris. Il est le djihadiste le plus recherché de Belgique. Photo © ISIS

Interrogations.

Mardi, cinq terroristes islamistes avaient été identifiés. Tous avaient un passeport français. Enquête sur les défaillances du suivi de nos islamistes radicalisés.

Depuis les attentats qui ont frappé Paris, vendredi 13 novembre, les polices d’Europe sont à la recherche du seul rescapé qui a participé à l’attaque kamikaze, Salah Abdeslam. Âgé de 26 ans, il est le frère de Brahim Abdeslam qui s’est fait exploser en actionnant une ceinture d’explosifs après avoir passé commande dans un bar du boulevard Voltaire, à Paris, ne causant d’autre mort que la sienne.

L’homme qui n’a pas voulu mourir est le seul à avoir méticuleusement préparé sa sortie du territoire français, sous le nez des autorités. Ami du terroriste Sid Ahmed Ghlam, accusé d’avoir préparé un attentat sur une église de Villejuif et de l’assassinat d’Aurélie Châtelain, il est considéré comme l’un des commanditaires des attentats. C’est lui qui aurait conduit le commando dans Paris à bord d’une voiture noire de marque Seat, retrouvée à Montreuil.

Le lendemain de l’attaque, il a été contrôlé, puis relâché par la gendarmerie près de Cambrai, puis par la police belge, qui ne savaient pas encore qu’il était recherché. Inconnu des services français, il l’était pourtant de la police belge. Après avoir appelé des complices qui sont venus le chercher de Belgique, l’équipe est immédiatement repartie en direction de la ville de Molenbeek (lire notre encadré). L’homme est désormais visé par un mandat d’arrêt international.

Les terroristes qui ont participé aux attentats de Paris étaient tous connectés à la filière syrienne via la Belgique, où ils ont séjourné au moins une fois avant de passer à l’acte. Ce pays, connu des services français comme étant la base arrière du terrorisme en Europe, abrite un important réseau de djihadistes prêts à frapper à tout moment (lire l’entretien avec Bernard Squarcini, page 43). Depuis vendredi dernier, si les services de police et de renseignements ont compris une chose, c’est le changement de mode opératoire des terroristes en Europe : il faut désormais faire face à des attaques kamikazes.

L’enquête, qui a permis d’identifier au moins cinq des auteurs des attentats ainsi que leurs complices, lève aussi le voile sur des dysfonctionnements de coopération policière entre pays étrangers mais aussi sur les manques de moyens dont souffrent les services de police européens. Comment Omar Ismaïl Mostefaï, ce Français d’origine algérienne de 29 ans, connu comme délinquant, condamné à huit reprises sans être incarcéré, a-t-il pu se faire exploser au Bataclan alors que, fiché “S” en 2010 puis en octobre 2015, il s’est rendu en Turquie afin de rejoindre la Syrie en 2013, avant de rentrer en France en 2014 ? En dépit de deux signalements émis par la Turquie en 2014 et en 2015.

Comment Samy Amimour, ce Français de 28 ans, « connu de la justice antiterroriste pour avoir été mis en examen le 19 octobre 2012 pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, après un projet de départ avorté vers le Yémen, et placé sous contrôle judiciaire », selon le parquet de Paris, a-t-il pu sortir des écrans radar alors qu’il n’a pas respecté les obligations de son contrôle judiciaire dès 2013, qu’il est parti la même année combattre en Syrie dans les rangs de l’État islamique tout en étant visé par un mandat d’arrêt international ? Il s’est fait exploser au Bataclan.

Les mêmes questions se posent lorsqu’on regarde de près le pedigree de Bilal Hadfi, un Français de 20 ans résidant à 5 kilomètres de Molenbeek, fiché par les renseignements belges, parti faire le djihad en Syrie après s’être radicalisé au printemps 2014. Il a actionné sa ceinture d’explosifs devant le Stade de France, vendredi dernier après 21 h 30. Quelques minutes plus tard, ses amis publieront sur Facebook des messages de félicitations. Après vérifications faites par la police, nombre de ses proches combattent actuellement sous le drapeau de l’État islamique en Syrie…Lire la suite…

Par Louis de Raguenel | 19 nov 2015

Source: http://abo.valeursactuelles.com/anciens-numeros/valeurs-actuelles-n-4121.html


C’est très ému que j’écris ce billet.

Nous dénoncions ici en 2014 cet énorme scandale de la France reconnaissant un gouvernement en Ukraine comprenant plusieurs ministres d’extrême-droite et/ou néo-nazis – on s’étonne après que le pays se soit enflammé. Nous dénoncions ici ce parti et le danger qu’il représentait avec son idéologie ayant entraîné la mort de plus de 20 millions de Russes, nous retrouvant alors sous les accusations délirantes de “pro-Russes”, les médias restant silencieux voire étant eux-même accusateurs. Laurent Fabius venait tranquillement mentir sur France Inter “Le parti Svoboda est un parti plus à droite que les autres, [mais il n’est pas] d’extrême droite !” [Laurent Fabius, 11 mars 2014, France Inter]“. C’est en 2015 que l’AFP a incidemment reconnu la vérité : “Le parti Svoboda est un mouvement d’extrême droite autrefois [sic.] connu pour son antisémitisme […] Oleg Tiagnybok, chef incontesté de Svoboda […] s’est illustré dans le passé par des propos antisémites, […] À la faveur du Maïdan, des membres de Svoboda ont obtenu divers postes ministériels dans le gouvernement.” (Source : TF1.fr ou ici). Fabiusnégocie ici avec Tiagnybok, décoré de la Croix d’Or des vétérans de la Waffen SS ukrainienne (belle fréquentation – ici aussi, ou là)…

Nous dénoncions ici en 2015 la folle politique française en Syrie, ayant choisi les islamistes contre Assad. François Hollande, a avoué en 2014 avoir armé des milices (islamistes) syrienne dès 2012, mentant en indiquant : “Nous avons commencé quand nous avons eu la certitude qu’elles iraient dans des mains sûres“. Alimenter en armes une guerre civile, chapeau – a fortiori quand on arme in fine al-Qaïda, l’Armée Islamique et Daech ! (il n’y a plus qu’eux qui combattent) Pas de bol, l’ancien chef de région de la CIA au Moyen-Orient, le grand espion Robert Baer, a indiqué “les États-Unis ont été incapables d’identifier le moindre groupe syrien dit « modéré » lorsque la guerre civile a débuté” (Source : L’Humanité). Laurent Fabius a même déclaré fin 2012 que “al-Nosra faisait du bon boulot sur le terrain” (Source : Le Monde), deux jours après que les États-Unis aient indiqué que cette milice qui avait revendiqué plusieurs attentats suicides était en fait un pseudonyme d’al-Qaïda. La presse reste inexplicablement très silencieuse sur tous ces points scandaleux.

Nous dénoncions hier les choix délirants du gouvernement ayant entraîné au final la mort de 130 personnes. Hollande and co ayant coupé tout contact avec le gouvernement syrien (hautement critiquable,certes, mais qui ne nous a jamais rien fait !), y compris entre services de renseignement qui luttent contre le terrorisme. Il est le seul gouvernement à avoir fait ça, les autres pays européens ne l’ont pas fait. Le Monde révélait en 2014 la colère de la DGSI (renseignement intérieur, ex-DST) face à cette politique suicidaire, où Fabius déclarait dans Paris Match : “On ne choisit pas entre Dictatures et Terroriste !“. Notons qu’il n’a pas choisi il est vrai, en soutenant l’Arabie Saoudite et le Qatar qui ont le mérite de cumuler les deux comme le rappelle notre grand juge antiterroriste,

“La France n’est pas crédible dans ses relations avec l’Arabie saoudite . Nous savons très bien que ce pays du Golfe a versé le poison dans le verre par la diffusion du wahhabisme. Les attentats de Paris en sont l’un des résultats. Proclamer qu’on lutte contre l’islam radical tout en serrant la main au roi d’Arabie saoudite revient à dire que nous luttons contre le nazisme tout en invitant Hitler à notre table.” [Marc Trévidic, Les Echos, 15/11/2015]

On sait pourquoi : Philippe de Villiers : “La classe politique est achetée par le Qatar et l’Arabie saoudite.”(Source : Le Point.fr)…

Il arrive un moment où une population (enfin, surtout la presse…) qui ne réagit pas face à ces délires totalement publics ne peut hélas plus être considérée comme totalement innocente, elle devient complice.

Et hier, l’ancien chef de la DST, la plus structure chargée de la lutte contre le terrorisme, a déclaréqu’Assad a proposé en 2013 de nous fournir la liste des djihadistes français opérant en Syrie dans le cadre d’une coopération, mais que Manuel Valls (alors ministre de l’Intérieur) a refusé pour raison “idéologique” – en totale cohérence avec la doctrine Hollande-Fabius. Assad l’a confirmé :

“À la question de savoir s’il pouvait y avoir coopération entre notre pays et le sien concernant le renseignement et l’échange d’informations, il répond : «Comment voulez-vous qu’il y ait coopération à partir du moment où vous refusez tout autre contact, où il n’est pas question de rouvrir votre ambassade et encore moins de faire une déclaration reconnaissant l’actuel régime syrien comme légitime ? À partir du moment où Hollande et Fabius font de mon élimination une condition sine qua non, ils ne peuvent pas me demander d’échanger avec eux. En fait, leur contradiction profonde, c’est qu’ils combattent le terrorisme d’une main et le soutiennent d’une autre, en fournissant armes et matériel à une opposition qui n’a strictement rien de modéré et encore moins de laic. Nous avons  actuellement en Syrie 20 000 djihadistes étrangers qui combattent au sein de Dae’ch, d’Al-Nosra ou autre, et vous savez parfaitement bien qui les finance.”  [Bachar al-Assad interrogé par André Bercoff, Valeurs Actuelles, 19/11/2015]

Résultat ? Hier comme ce matin, PAS UN MEDIA mainstream n’en parle. PAS UN à l’heure actuelle, 19/11 mi-journée, jour où le chef de la DST accuse gravement le Premier Ministre et le Ministre des Affaires Étrangères, juste des médias alternatifs.

Enfin, si, ils parlent de Valls, et j’imagine de la concierge de la kamaikaze ou de son enfance…

Je suis estomaqué de voir jusqu’où vont “les chiens de garde”. Qu’on ne me parle pas d’union nationale durant un État d’urgence, cette clique de pilotes irresponsables a crashé notre avion, 130 passagers sont morts, mais on demande à nous, survivants, de remonter dans un avion avec les mêmes pilotes au nom de l’union nationale avec la compagnie aérienne- non merci !

Relisez notre synthèse d’hier, où tout ceci était quasiment public en 2014 dans Le Monde et Marianne.

INCIDEMMENT, l’ambassade de France n’est pas rouverte à Damas, DONC, nous ne coopérons toujours pas avec Assad. DONC, nous n’avons toujours probablement toujours pas cette liste, qui contient peut-être l’identité de kamikazes actuellement tapis dans l’ombre. Peut-être, je ne’en sais rien. Mais c’est possible. QUI ENQUÊTE sur ça auprès de l’exécutif ? QUI lui demande des comptes ? Pourrait d’urgence offrir un séjour en France à Bob Woodward et Carl Bernstein, histoire qu’au moins DEUX journalistes courageux enquêtent sur l’exécutif, jouant leur rôle de 4e pouvoir – je suis d’accord pour cotiser…

Si nous ne réagissons pas, cela finira comme le 11 septembre aux États-Unis : une politique vouée à l’échec et amplifiant les problèmes, et AUCUN responsable sanctionné – et, dans le cas français, de nouveaux attentats…

Je rappelle donc que ce site n’a pas vocation à remplacer toute la presse française pour informer le pays sur les actions irresponsables de l’exécutif (Hollande comme Sarkozy, responsable du chaos Libyen et des premiers délires en Syrie – “Écouter Bernard-Henri Lévy nuit gravement à la santé de vos concitoyens”), et qu’il faut que la Presse et les Citoyens réagissent (re-tweetez ces articles, rédigez des commentaires sur les médias mainstream, etc).

Olivier Berruyer | 19 nov 2015

Source: http://www.les-crises.fr/scandale-lex-chef-de-la-dst-m-valls-a-refuse-la-liste-des-djihadistes-francais-pour-des-raisons-ideologiques


Les opinions et assertions exprimées sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact