Par Bruno Adrie | 4 novembre 2017

Jean-Luc Mélenchon en a “ras-le-bol” des étoiles du drapeau européen. Il combat pour la laïcité et entend bien chasser ce symbole marial de l’hémicycle. Pendant que des députés comme François Ruffin et Adrien Quatennens entreprennent de révéler au grand jour l’hypocrisie d’un gouvernement qui prétendait, il y a quelques mois seulement, changer la politique et qui, aujourd’hui, ne cesse de signer des chèques en faveur des riches et des ultra-riches, l’ex apparatchik du Parti Socialiste devenu leader de la France Insoumise continue de lever le poing contre l’abominable incursion du religieux dans le temple de la laïcité qu’est le palais Bourbon.

Nous espérons que son combat, que certains mauvais esprits – pas moi – auraient qualifié de donquichottesque, aboutira et nous ne doutons pas que lorsque l’horrible étendard arborant les armoiries de la Vierge aura brûlé sur la place publique, l’Etat bourgeois et profiteur tremblera sur sa base. Nous sommes certains que lorsque ce bout de tissu diabolique sera réduit en cendres, alors la France, comme par miracle, sortira de l’Europe, quittera l’OTAN et renouera automatiquement – le drapeau marial étant la cause de tous nos malheurs – avec les conquêtes sociales du Conseil National de la Résistance, occasionnant par là même moult hémorroïdes et vomissements aux rentiers à gueules de crevards qui ont transformé la France et ses travailleurs en une énorme machine à accroître l’efficacité de leur pillage, à faire gonfler impudemment leurs dividendes et à réduire à rien ou presque leur contribution à l’effort national.

Et nous espérons très sincèrement qu’après avoir mené à bien cette très laïque et salutaire combustion, Jean-Luc Mélenchon, le poing toujours levé et la bouche ouverte sur d’interminables phylactères objurgatifs, réclamera que la République soit délogée des palais et résidences prises à l’Ancien Régime qui lui-même avait volé ses richesses et son apparat aux pauvres – ces salauds -, et soit relogée dans des lycées de banlieue, si possible mal entretenus, et que les ministres, députés et autres sénateurs soient contraints de ripailler au bistrot du coin pour 9,90 euros seulement, boisson comprise, pause de trois quarts d’heure maximum, conditions sine qua non pour qu’on leur rembourse la note. Bien entendu, les députés ‘En Marche!’ seront tenus de s’y rendre à pied. Ayant marché tout l’été, ils pourront bien continuer de trottiner, lorsque la bise sera venue, derrière les grandes pattes d’échassier du premier ministre à barbe moqueuse, les guiboles filiformes de celle qui se rêve première dame à teinture et le nez en brise-glace du marquis-président poudré et zézayant.

Autant dire que nous attendons beaucoup de cette guerre des étoiles menées par Skywalker Mélenchon.

En attendant l’issue de ce combat majeur aux conséquences cosmiques et, pour tout dire, eschatologiques, nous continuerons de suivre et soutenir les combats mineurs menés par ses humbles lieutenants dévoués à la survie des petites gens et au dé-tricotage point par point des mensonges d’un extrême-centre déterminé à affamer les populations.

Source: BRUNO ADRIE

Imprimer