Vote pour l’élection de l’Assemblée constituante dans un bureau de Caracas, le 30 juillet 2017. Crédit photo: REUTERS/Carlos Garcia Rawlins


L’ancien ambassadeur suisse à Caracas Walter Suter défend la Constituante convoquée par

Nicolas Maduro et conteste les accusations de dictature évoquées dans de nombreux médias occidentaux.
L’ancien ambassadeur suisse à Caracas Walter Suter défend la Constituante convoquée par
Nicolas Maduro et conteste les accusations de dictature évoquées dans de nombreux médias occidentaux.

L’ancien ambassadeur suisse à Caracas Walter Suter défend la Constituante convoquée par Nicolas Maduro et conteste les accusations de dictature évoquées dans de nombreux médias occidentaux.

Walter Suter, ancien ambassadeur suisse au Venezuela


Membre  du  parti  socialiste suisse, Walter Suter a représenté les intérêts de la Confédération dans de nombreux pays. Il a également  siégé  jusqu’en  2015  à  la direction du PS européen, représentant le PSS, et a présidé la section internationale du PS. En février 2003, le  Conseil  fédéral  l’envoie  comme ambassadeur à Caracas, où le peuple vient de faire échouer un coup d’Etat contre le gouvernement Chávez. «Je suis arrivé à un moment particulièrement captivant au Venezuela, se souvient le diplomate. En 1999, le pays s’était doté d’une nouvelle Constitution visant la démocratie directe, participative.  En  tant  que  Suisse, c’était très intéressant. L’approfondissement de la démocratie allait de pair avec  l’établissement  de  la  justice sociale. Je connaissais l’Amérique latine depuis 30 ans et j’ai pensé: enfin il se passe quelque chose ici! D’objets, les  masses  devenaient  sujets  del’Etat.» En tant qu’ambassadeur, Walter Suter informe sur les mécanismes des  élections  et  des  votations  en Suisse. Par son entremise, le Conseil national électoral (CNE) visite plusieurs fois la Suisse.

Une haine viscérale

En  2003,  «les  couches  supérieures n’avaient que du mépris pour les personnes simples et leurs besoins. Toute revendication en vue de restituer ne serait-ce qu’un petit peu de leur pouvoir et de leurs possessions était pour elles absolument inacceptable. Cette haine viscérale s’est intensifiée avec les années et tourne aujourd’hui à la pure violence», affirme Walter Suter. Et de rappeler que dès le début, les représentants des couches supérieures ont combattu par tous les moyens les programmes sociaux du gouvernement Chávez. «La droite n’a jamais accepté qu’un gouvernement de gauche s’établisse. Malgré son sabotage constant, 1,5 million d’analphabètes ont appris à lire et à écrire, l’accès gratuit à l’éducation et à la santé a été mis en place et des centaines de milliers de nouveaux logements ont été créés, ce qui est impressionnant». Il souligne aussi l’attitude  hostile  de  Washington. «Cela ne convenait pas aux USA que toute une série de gouvernements de gauche aient été établis sur un territoire qu’ils considèrent comme leur zone d’intérêt. En particulier dans un pays comme le Venezuela, qui détient les plus grosses réserves mondiales de pétrole. Il s’agissait de reprendre le contrôle, via des forces locales qui ont été soutenues massivement financièrement et médiatiquement, ou par la subversion et l’intervention directe.

Les problèmes doivent se résoudre pacifiquement
Walter Suter admet que de nombreux problèmes  existent  aujourd’hui,  en raison  de  sabotages  internes  et externes, mais aussi de la corruption et de la mauvaise gestion du pays par le gouvernement. Cela a conduit à la victoire de la coalition d’opposition MUD lors des élections de 2015, qui détient depuis la majorité au parlement.  Ces  problèmes  ne  peuvent selon lui se résoudre que par la voie pacifique.  À  plusieurs  reprises,  le gouvernement a tenté de mettre sur pied un dialogue constructif avec l’opposition, avec le soutien notamment du Vatican ou de l’ancien président espagnol José Luis Rodríguez Zapatero. Mais les partis de droite ont toujours fini par se retirer. Dans une telle situation, le choix de recourir récemment à une Assemblée constituante est pour lui justifié: «Elle donne au peuple la possibilité de faire un état des lieux, de redéfinir fondamentalement le vivre ensemble et dans quelle direction l’État doit se développer.» Cet  instrument  est  prévu  par  la Constitution de 1999, qui a été adoptée par 70% des votants. L’assemblée peut être convoquée par le président du pays avec le Conseil des ministres, par deux tiers des députés du Parlement ou par un cinquième des personnes ayant le droit de vote. Une fois élue, elle se situe au-dessus des autres pouvoirs.

Malhonnêteté des médias

L’ancien ambassadeur comprend mal que plusieurs gouvernements, dont la Suisse, aient sommé le Venezuela de renoncer  à  la  mise  en  place  d’une Assemblée constituante: «Cet instrument existe dans la Constitution et lespartis de droite ont même envisagé d’y  recourir  en  2014.  Le  CEELA (conseil d’experts électoraux d’Amérique latine), un organisme indépendant de spécialistes qui, en général,ont dirigé une autorité électorale dans leur pays d’origine, a déclaré que cette élection était absolument légale. Il a accompagné environ 120 scrutins. Sa crédibilité  est  énorme  et  elle  est acceptée par différents États latino-américains. De plus, les cinq experts du Honduras, de Colombie, du Salvador et d’Equateur qui ont accompagné les différentes phases de l’élection du 30 juillet sont tous actifs dans leur pays dans des partis conservateurs ou libéraux, en aucun cas de gauche», souligne Walter Suter, qui s’insurge contre  l’absence  de  mention  de  ce rapport officiel dans la plupart des médias occidentaux. «La malhonnêteté intellectuelle des médias au sujet des  processus  au  Venezuela  est incroyable. Il y a une campagne mondiale de diffamation, de déstabilisation et de destruction», estime-t-il. Le  30  juillet,  537  membres  ont finalement été élus, auxquels s’ajoutent 8 représentants des peuples indigènes. Les 537 députés sont composés d’un élu par commune – respectivement de deux pour les capitales des provinces et de 7 pour Caracas et de 173 représentants sectoriels. «Le but est que l’assemblée ne soit pas composée  uniquement  de  politiciens, mais qu’elle inclue largement la population.  C’est  pourquoi,  en  plus  des représentants des communes, ont été élus aussi des représentants des travailleurs, des paysans, des handicapés, des entrepreneurs, des retraités, des étudiants et des LGBT», explique Walter Suter. En plus de voter pour le représentant de sa commune, chacun pouvait choisir un représentant du secteur auquel il se sentait appartenir. Les  partis  de  droite  n’ont  déposé aucune candidature et ont boycotté le scrutin.  «L’élection  a  été  fortement perturbée le 30 juillet», souligne Walter Suter, qui était sur place en tant qu’accompagnateur.  «De  nombreux locaux électoraux ont été bloqués et des personnes qui souhaitaient voter ont été agressées. Pourtant, 41.5% des personnes, soit 8 millions de votants ayant le droit de vote, ont participé, un chiffre que ni les chavistes ni l’opposition n’avaient pu atteindre dans le passé. C’était un vote pour la paix et contre la violence.»

En finir avec l’impunité

Si la situation dans la rue s’est améliorée depuis le 30 juillet, elle reste compliquée. «Beaucoup dépend maintenant du travail de l’assemblée constituante»,  souligne  Walter  Suter.  La question des excès de violence des derniers mois est urgente selon lui: «Il faut en finir avec l’impunité et toute personne qui a appelé à la violence devra rendre des comptes.» La responsabilité de la violence dans les rues repose clairement, selon l’ancien ambassadeur,sur les manifestations dites pacifiques, dans lesquelles des éléments violents se sont embrigadés. «Bien entendu, ce ne sont pas les auteurs intellectuels qui ont exercé cette violence, mais ils ont recruté des gens pauvres, du lumpenprolétariat, parfois même des enfants, et les ont armés avec des masques à gaz, des armes, de la drogue et de l’argent. Ce n’étaient pas des manifestants mais des « employés » dont la tâche était d’exercer de la violence et d’en provo-quer.» Walter Suter rappelle que plus de 20 personnes ont été brûlées vives et que certaines ont succombé de leurs graves  blessures.  «Bien  entendu, Amnesty International n’a rien écrit à ce sujet.» En plus du traitement de ces faits,dont s’occupera une commission pour la vérité, la justice et la réparation, de nombreux  points  sont  à  l’ordre  du jour de la nouvelle assemblée: «les élus devront s’attaquer à la problématique économique, à la situation toujours aussi compliquée de l’approvisionne-ment, au système d’importation et de distribution.  Et  bien  entendu,  aux questions de la diversification de l’économie et de la production nationale. D’autres défis seront de donner une base constitutionnelle aux réalisations sociales et de continuer à développer l’État de droit, en particulier en ce qui concerne la lutte contre la corruption et l’incitation à la haine. Enfin, l’assemblée  constituante  planchera  sur  la construction de la démocratie participative  et  tentera  d’inscrire  dans  la Constitution les nouvelles formes de participation  apparues  au  cours  des dernières années, comme les conseils ouvriers.» Selon  Walter  Suter,  l’assemblée constituante a deux ans pour faire ses preuves  et  soumettre  une  nouvelle Constitution à référendum. Même si cet organe se situe au-dessus des autres pouvoirs et a repris certaines compétences parlementaires, les institutions démocratiques continuent à fonctionner.  En  octobre  2017  par  exemple auront lieu les élections des gouverneurs  et  une  partie  de  l’opposition comme Acción Democrática de Henri Ramos Allup et 17 autres partis ont déjà décidé d’y participer. Le présidentMaduro s’est réjoui de cette décision.

Martin Schwander

Publié dans Gauchehebdo n° 35 du 1er septembre 2017 *

* Gauchebdo est un hebdomadaire politique suisse romand édité à Genève. Il est le successeur de la Voix Ouvrière, fondée en 1944 par Léon Nicole.

Source: http://b-tornare.overblog.com/2017/08/venezuela-un-vote-contre-la-violence.html

Imprimer