Dans ce billet du 2 mai, Paul Craig Roberts avait prévenu : Washington est en train d’opérer un changement de régime au Venezuela

Selon le président Obama, la seule superpuissance mondiale, le pouvoir unique, le « pays exceptionnel » est menacé par le petit Venezuela d’Amérique Latine.

Dans un décret présidentiel de l’an dernier renouvelé cette année, le président Obama a déclaré que le Venezuela constituait « une menace anormale et extraordinaire »  pour la sécurité nationale des États-Unis et décrété un « état d’urgence » national pour faire face à la « menace vénézuélienne » (http://latino.foxnews.com/latino/politics/2016/03/03/obam… ).

Cette « menace extraordinaire » fabriquée de toutes pièces sert d’excuse au régime d’Obama pour renverser le président Maduro du Venezuela. C’est une tradition, à Washington, de renverser des gouvernements élus d’Amérique Latine ; il suffit pour cela qu’ils essaient de représenter les intérêts de leur peuple et non ceux des « corporates » et des banques US.

J’ai écrit sur l’attaque des réformateurs latinoaméricains par Washington le 11 avril(http://www.paulcraigroberts.org/2016/04/11/washington-con…) et le 22 avril.

Il y a des décennies, le général des marines Smedley Butler a avoué qu’il était « un gangster au service du capitalisme » chargé d’imposer la volonté des banques de New York et de la United Fruit Company aux pays latinoaméricains par la force des armes.

Dans son livre Les confessions d’un assassin financier, John Perkins révèle les assassinats, en 1981, du président du Panama Omar Torrijos et du président de l’Équateur Jaime Roldos, qui se sont trouvés, malheureusement pour eux, dans le chemin des intérêts des groupes « corporates » US.

Après avoir été dûment diabolisé par les médias US en 2009, le président du Honduras, Manuel Zelaya, qui croyait que le Honduras devait appartenir aux Honduriens et non à l’United Fruit Company, a été renversé par un coup d’État militaire organisé par le président Obama et par la secrétaire d’État Hillary Clinton. Le président qu’avait choisi le peuple a été remplacé par Roberto Micheletti, un instrumenbt des « corporates » US choisi par Washington.

Washington livre depuis tout un temps une guerre économique au Venezuela, dans le but de saper le soutien populaire au président Maduro. Les médias du pays, contrôlés par l’« élite », rendent Maduro responsable des problèmes économiques provoqués par Washington.

Washington a déjà réussi à faire reprendre le contrôle de l’Assemblée Nationale du Venezuela par ses agents de l’« élite » en question. Une tentative de destitution est en cours contre Maduro. Il est hélas possible que les Vénézuéliens, déboussolés par toutes ces manœuvres, se tranchent à eux-mêmes la gorge en rendant le pouvoir à cette clique mortifère qui n’a jamais cessé de les opprimer.

En 2009, Washington a essayé de déstabiliser l’Iran avec la « Révolution verte » financée par ses soins, mais cela n’a pas marché. La Russie et la Chine s’offrent à la déstabilisation en accueillant sur leur sol des Organisations Non Gouvernementales (ONGs) à la solde de Washington, en étant membres d’institutions économiques occidentales et en autorisant les investissements étrangers.

Washington a réussi à empêtrer la Russie et la Chine dans des institutions économiques occidentales et des manières occidentales de penser l’économie qui mettent ces deux pays en grand danger.

Compte tenu du caractère obsédé-du-contrôle de Washington, le président russe Vladimir Poutine devrait se tenir sur ses gardes s’il veut éviter d’être assassiné. Dans la dynamique néoconservatrice, dont le but est l’hégémonie absolue des USA sur le monde, aucun moyen n’est à écarter.

Paul Craig Roberts – 2 mai 2016

Article original : http://www.paulcraigroberts.org/2016/05/02/washington-bri…

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

Source: http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/

Imprimer