Des camions d’aide arrivent du côté palestinien du poste frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 février 2024. (Abed Rahim Khatib)

« Biden et Netanyahu en désaccord sur Gaza » titre le New York Times. Biden ne doute pas que « Netanyahu a le droit de défendre Israël », mais dit qu’il « doit prêter une plus grande attention aux vies innocentes perdues comme conséquence des actions entreprises ». Netanyahu répond que ses « positions ont le soutien de la très grande majorité des Israéliens, laquelle ne veut pas d’un État palestinien ». Ainsi se poursuit -avec le soutien total politique et militaire des USA, de l’OTAN et de l’UE- la guerre par laquelle Israël est en train d’effacer les Territoires appartenant à l’État de Palestine, dans l’intention d’effacer la nation palestinienne même.

À la base de cette action de génocide se trouve la pensée clairement exprimée du rabbin Eliyahu Mali, dont l’école hébraïque pour l’étude de la Torah est sponsorisée et financée par le gouvernement Netanyahu : « La règle de base que nous avons quand nous nous battons dans la Guerre Sainte, dans ce cas à Gaza, est celle de n’épargner aucune âme. Si vous ne les tuez pas, eux chercheront à vous tuer, vous. Les saboteurs d’aujourd’hui sont les fils de la guerre précédente que nous avons gardés en vie. Et en réalité ce sont les femmes qui créent les terroristes ». À la question si les enfants aussi doivent être tués, le rabbin répond : « La même chose. Et cela parce qu’il ne faut pas ruser avec la Torah. Quand la Torah dit : “n’épargner aucune âme”, alors on ne doit épargner aucune âme. Aujourd’hui c’est un enfant, aujourd’hui c’est un adolescent et demain un combattant. Les combattants, c’est-à-dire les saboteurs, qui aujourd’hui ont 18 ans, en avaient 8 dans la guerre précédente. Pour cela vous ne devez pas arrêter de les tuer ». Même s’il y a des juifs orthodoxes y compris des rabbins, qui refusent cette vision en tant qu’expression du sionisme et dénoncent le massacre des Palestiniens, les faits démontrent que l’idéologie du génocide a profondément pénétré aussi dans les esprits des jeunes soldats envoyés massacrer des civils à Gaza.

C’est dans ce scénario qu’arrivent les “bons” au secours de la population palestinienne. Un navire, parti de Chypre, est en train d’arriver à Gaza, avec 200 tonnes d’aliments de la World Central Kitchen, un groupe caritatif étasunien. Le navire, fourni par l’ONG espagnole Open Arms, fait partie de la mission que soutient Ursula von der Leyen, présidente du bras exécutif de l’Union Européenne. L’ONG étasunienne World Central Kitchen, débarquée à Gaza avec de grandes cuisines pour préparer des repas chauds, est soutenue par le Trésor USA, par la Banque Mondiale, et des groupes internationaux comme Cargill. Ensuite arrivera l’Armée US avec un grand bateau qui construira un port flottant pour le débarquement d’autres aides.

Manlio Dinucci


Résumé de la revue de presse internationale “Grandangolo”, le 15 mars 2024 sur la chaîne tv italienne Byoblu (Traduction M-A Patrizio)