Dans la situation actuelle, la Russie cherche à diversifier ses marchés pétroliers.

MARIA BUNINA – 25 MARS 2022

L’Europe représente près de la moitié des exportations de pétrole de la Russie. Si l’Europe impose des restrictions sur les importations de pétrole, la Russie devra rediriger une partie de ses approvisionnements vers l’Asie.

En 2021, la Russie a exporté près de 230 millions de tonnes de pétrole brut d’une valeur de 110,1 milliards de dollars vers 36 pays, selon le Service fédéral des douanes russe. La Chine a été le plus gros acheteur de pétrole russe au cours des cinq dernières années. L’année dernière, elle a acheté 70,1 millions de tonnes de pétrole à la Russie (30,6 % du total des exportations russes) pour la somme de 34,9 milliards de dollars.

Les Pays-Bas occupent la deuxième place en termes d’achats (37,4 millions de tonnes pour 17,3 milliards de dollars), car ils constituent une importante plate-forme commerciale, d’où les matières premières en provenance de Russie sont redistribuées aux pays consommateurs finaux.

L’Allemagne arrive en troisième position – elle a acheté 19,2 millions de tonnes pour 9,3 milliards de dollars. Dans l’ensemble, les pays de l’UE ont représenté 47 % des approvisionnements en 2021 – 108,1 millions de tonnes pour une valeur de 50,9 milliards de dollars.

Les dix pays importateurs de pétrole russe en 2021 (en volume) :

Chine – 70,1 millions de tonnes

Pays-Bas – 37,4 millions de tonnes

Allemagne – 19,2 millions de tonnes

Biélorussie – 14,9 millions de tonnes

République de Corée – 13,5 millions de tonnes

Pologne – 11,2 millions de tonnes

Italie – 8,9 millions de tonnes

Etats-Unis – 7,4 millions de tonnes

Finlande – 6,3 millions de tonnes

Slovaquie – 5,3 millions de tonnes

Ce qui a changé depuis le début de l’opération spéciale

Le premier pays à annoncer son refus du pétrole russe dans le cadre de l’opération militaire en Ukraine a été le Canada. C’est l’un des plus grands importateurs de pétrole au monde, mais depuis fin 2019, le Canada n’importe plus de pétrole russe, seulement des produits pétroliers. Et la part de ces importations pour le Canada était inférieure à 1 %, soit 132 millions de dollars en 2020 et 277 millions de dollars en 2021, selon Statistique Canada. Pour la Russie, la décision n’était pas non plus douloureuse, il s’agissait donc plutôt d’une posture politique.

Début mars 2022, les États-Unis ont également annoncé une interdiction des importations de pétrole en provenance de Russie. Les États-Unis représentaient 4,3 % des exportations russes de pétrole brut et 8,8 % des produits pétroliers. En tant que part des importations américaines, ce sont des chiffres similaires – 3 % et 8 %, respectivement.

Le Royaume-Uni a également déclaré que, d’ici à la fin de 2022, il prévoyait de cesser d’importer du pétrole et des produits pétroliers russes, ce qui représente 8 % de ses importations. Pour la Russie, cela représente moins de 3 % de ses exportations.

D’autres sanctions énergétiques sont en discussion au sein de l’UE, mais un consensus est nécessaire pour cette décision. Jusqu’à présent, les États baltes et la Pologne sont favorables à un embargo plus strict, tandis que l’Allemagne et les Pays-Bas s’y opposent. Plus d’un quart du pétrole importé dans l’UE est d’origine russe, une telle décision serait donc douloureuse pour les consommateurs européens.

« Le gouvernement, comme auparavant, est convaincu qu’il ne peut pas renoncer aux exportations de pétrole [russe] », a déclaré Steffen Hebestreit, principal porte-parole du gouvernement allemand.

Néanmoins, dans le cadre d’un éventuel embargo pétrolier de l’Europe, la Russie étudie la possibilité de réorienter ses matières premières vers l’Asie.

L’Asie remplacera-t-elle les marchés pétroliers américain et européen pour la Russie ? 

Si l’Arabie saoudite reste le premier exportateur de pétrole vers la Chine, pour la Russie, la Chine (30,6 %) reste le principal pays importateur de pétrole et cette part devrait augmenter. Début 2022, la Russie et la Chine ont signé un contrat à long terme pour la fourniture annuelle de près de 100 millions de tonnes de pétrole (plus de 700 millions de barils).

L’Inde est une autre zone possible d’augmentation des approvisionnements. En 2021, les achats à la Russie ne représentaient que 2 % des importations de pétrole de l’Inde, en raison des coûts de transport élevés. L’Inde achète des cargaisons de pétrole déjà expédiées de Russie, qui ne trouvent pas d’acheteurs en Europe. En mars 2022, l’Inde a quadruplé ses importations de pétrole russe – achetant 360 000 barils par jour.

« Les exportations russes de pétrole et de produits pétroliers vers l’Inde ont approché le milliard de dollars, il y a de bonnes opportunités pour augmenter ce chiffre », a déclaré le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak.

Existe-t-il un substitut au pétrole russe ?

Selon les experts russes, il sera difficile pour l’Europe de renoncer d’un coup au pétrole russe, mais il est possible de réduire la dépendance et de remplacer certains approvisionnements.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) affirme que seuls l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis disposent de capacités de production inutilisées capables de compenser le déclin de la production pétrolière russe. Les analystes estiment que si les sanctions sont levées à l’encontre de l’Iran, les exportations de pétrole du pays pourraient augmenter d’un million de barils par jour en six mois.

« Même l’Iran ne sera pas en mesure de les remplacer [les approvisionnements en pétrole russe] rapidement, s’il est levé des sanctions demain. L’OPEP+ n’est pas encore pressé d’aider l’Occident en augmentant fortement sa production », explique le politologue Georgy Bovt.

Outre les participants à l’accord de l’OPEP+, les États-Unis, le Canada (dont la plupart des gisements sont constitués de sables bitumineux, des sources difficiles à récupérer), le Brésil et la Guyane (qui, selon les experts, pourraient figurer dans quelques années parmi les vingt plus grands exportateurs de pétrole) pourraient augmenter leur offre de pétrole.

Le Venezuela (dont les exportations de pétrole sont actuellement limitées par les sanctions américaines) est considéré comme un autre remplaçant possible de la Russie, car son pétrole à haute teneur en soufre est similaire à celui de la Russie. Mais, même si l’Iran et le Venezuela recommencent à exporter du pétrole, leur approvisionnement total, selon les experts, ne remplacerait que 50 % du pétrole russe.

Conséquences de l’embargo sur les exportations de pétrole russe

La situation actuelle a déjà entraîné une augmentation des prix du pétrole (le prix des contrats à terme de mai sur le pétrole Brent a atteint 130 dollars par baril le 9 mars 2022, ce qui est l’un des plus hauts historiques) et une augmentation du prix moyen de l’essence en Amérique et en Europe de 1,5 à 2 fois, par rapport à l’année précédente.

Selon les calculs de JPMorgan Chase & Co, les exportations d’environ 4 millions de barils de pétrole russe par jour ont déjà été évincées du marché mondial. Dans ces conditions, les analystes de la société prévoient des prix mondiaux d’environ 185 dollars le baril à la fin de 2022.

Selon le vice-Premier ministre Alexandre Novak, si l’Occident rejette complètement le pétrole russe, « la flambée des prix sera imprévisible – plus de 300 dollars le baril, voire plus ».

« Dans le même temps, il est impossible de remplacer rapidement le volume de pétrole russe sur le marché européen ; cela prendra plus d’un an et ce sera beaucoup plus cher pour les consommateurs européens. Dans ce scénario, ils seront les principales victimes… Les prix des stations-service, de l’électricité et du chauffage s’envoleront. Cela affectera d’autres marchés, y compris les États-Unis », ajoute-t-il.

Source: https://www.rbth.com/business/334882-which-countries-does-russia-sell-oil

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer