Uzi Arad (Wikimedia Commons)


Uzi Arad, ancien agent de Mossad, stratège israélien et figure connue de la politique étrangère et de la sécurité en Israël, a répondu aux questions de Gil Hoffman un journaliste de JPost.


Résumé de l’entretien* de Gil Hoffman avec Uzi Arad  

Paru le 31 octobre 2021 sur le blog de Gil Hoffman sous le titre Security in Baku for us is as Important as The Security in Tel Aviv


Uzi Arad, tout en évoquant les souvenirs de son parcours en Azerbaïdjan avec deux missions différentes, a révélé pour la première fois les stratégies d’Israël dans le cadre de ses relations avec l’Azerbaïdjan; stratégies où il assumait respectivement le poste d’agent du Mossad et celui de conseiller de la sécurité nationale d’Israël.

Arad a affirmé qu’au cours des 24 dernières années, plus de 50 hauts gradés du commandement israélien, sous la supervision de l’OTAN et de la Turquie, ont collaboré pour reconstruire et organiser la structure militaire de l’Azerbaïdjan.

La vente d’armes militaires, la construction d’installations de production de drones, la tenue de 146 cours d’enseignement pour les commandants militaires azerbaïdjanais à Tel Aviv, l’organisation annuelle de plusieurs exercices militaires confidentiels dans la mer Caspienne, l’Azerbaïdjan du Sud et ses frontières avec l’Arménie, sont les axes de coopération entre Tel Aviv et Bakou.

Il a également révélé le déploiement des officiers du Mossad, de la CIA et du FBI dans l’une des bases de l’organisation de sécurité azerbaïdjanaise.

Relations entre Israël et l’Azerbaïdjan

Arad a annoncé qu’Israël a reconnu l’indépendance de la République d’Azerbaïdjan le 7 avril 1992, et depuis, les relations diplomatiques entre Tel Aviv et Bakou ont immédiatement commencé par les visites des responsables israéliens à Bakou. Arad a aussi déclaré qu’il avait accompagné Shimon Perez dans un voyage historique durant lequel ils avaient visité les plus anciennes tribus juives vivant en Azerbaïdjan.

En réponse à la manière dont le gouvernement israélien s’y est pris pour avoir une telle influence dans un pays majoritairement musulman, il a déclaré que malgré la présence de la Russie, de l’Iran et de l’Arménie dans la région, la plupart des habitants de l’Azerbaïdjan n’avaient pas de fanatisme religieux et d’esprit terroriste comme dans des pays musulmans du Moyen-Orient.

Arad a souligné que les ambassades américaine, britannique et Israélienne à Bakou ont formé une coalition pour des objectifs communs, il y a 20 ans. De plus, la conversion au judaïsme de Laya, fille du Président de la République d’Azerbaïdjan ne serait pas impossible, si le Clergé juif le permet.

À la fin de son entretien avec Gill Hoffman, a déclaré qu’il passait ses vacances sur la côte de Bakou depuis 2017, que la sécurité des citoyens israéliens était parfaitement assurée à Bakou  – tout comme s’ils étaient à Tel Aviv.


*Lire l’interview intégrale en anglais publiée sur le blog personnel Gil Hoffman

Imprimer