Les accords de Minsk se sont « érodés » et l’UE était réticente à discuter avec Moscou, a déclaré l’ancienne chancelière allemande à Der Spiegel.

L’ancienne chancelière allemande Angela Merkel affirme qu’elle n’a pas été surprise lorsque le conflit entre la Russie et l’Ukraine a éclaté fin février, a-t-elle déclaré à Der Spiegel dans une longue interview publiée jeudi.

« Cela n’a pas été une surprise », a déclaré Mme Merkel au journal. À ce moment-là, « les accords de Minsk étaient érodés », a déclaré l’ancienne chancelière, en référence à l’accord de cessez-le-feu de 2014 négocié par l’Allemagne et la France, qui visait à donner aux régions orientales un statut spécial au sein de l’Ukraine.

Elle a également déclaré que ses efforts pour mettre en place une autre plateforme de dialogue entre la Russie et l’UE en 2021 n’avaient pas abouti.

« Je voulais, avec [le président français] Emmanuel Macron, créer un format de discussion européen indépendant avec Poutine par le biais du Conseil européen », a déclaré Mme Merkel, expliquant qu’elle s’était heurtée à l’opposition d’autres membres de l’organe suprême de l’UE.

« Je n’avais plus la force de m’affirmer », a-t-elle noté, alors que tout le monde savait qu’elle était sur le point de se retirer. Elle a été confrontée au même problème lors de sa visite d’adieu à Moscou, sentant qu’elle n’avait plus la capacité d’influencer Poutine, pour qui, selon elle, « seul le pouvoir compte. »

L’ancienne dirigeante allemande a déclaré qu’elle « souhaitait une période plus paisible » après son départ et qu’elle aurait « poussé [son initiative] plus loin » si elle avait décidé de mener son parti aux élections législatives de 2021 et qu’elle les avait remportées.

L’ancienne chancelière a également reconnu qu’elle n’avait pas avancé « d’un millimètre » dans la résolution non seulement de la crise ukrainienne, mais aussi des tensions entre « la Transnistrie et la Moldavie, la Géorgie et l’Abkhazie », ainsi que des crises en Syrie et en Libye. « Il était temps d’adopter une nouvelle approche », a-t-elle déclaré.

Mme Merkel a toutefois défendu son opposition à l’admission de la Géorgie et de l’Ukraine au sein de l’OTAN, arguant qu’elle avait « gagné du temps » pour que Kiev puisse mieux se préparer à l’offensive russe.

Toutefois, Mme Merkel reste convaincue que Berlin ne doit pas être « la première nation à envoyer des chars ultramodernes » à Kiev, prévenant que cela ne ferait que nuire aux relations de Berlin avec Moscou. « La Russie ne serait alors que davantage dressée contre l’Allemagne », a-t-elle déclaré.

Mme Merkel a fait l’objet de critiques dans son pays au cours du conflit pour avoir prétendument rendu l’économie allemande trop dépendante du gaz russe. L’ex-chancelière a défendu ses décisions, affirmant que l’achat de gaz à Moscou était le meilleur moyen d’assurer un avenir écologique et de s’éloigner du charbon.

25 Novembre, 2022

Source: https://www.rt.com/news/567189-merkel-ukraine-russia-conflict-surprise/

Imprimer