Déclaration du représentant permanent Vassily Nebenzia lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la situation en Afghanistan, 29 août 2022

Source: Mission permanente de la Russie au Conseil de sécurité des Nations unies

Monsieur le Président,

Nous remercions Martin Griffiths, chef de l’OCHA, pour son évaluation de la situation en Afghanistan. Nous avons écouté attentivement Markus Potzel, chef adjoint de la MANUA, et le Dr Lucy Morgan Edwards, qui a travaillé dans le pays pendant de nombreuses années dans divers domaines et y est resté pendant les années d’intervention des États-Unis et de l’OTAN.

Demain, cela fera exactement un an que les troupes étrangères se sont retirées d’Afghanistan. Le 30 août 2021, les gens du monde entier ont vu les photos d’un Boeing américain quittant Kaboul, avec de simples Afghans s’accrochant à ses roues dans la panique. Nous nous souvenons tous très bien que cet événement a été précédé de changements politiques de grande ampleur dans le pays, qui ont marqué le début d’une nouvelle étape. Après 20 ans de guerre sanglante, l’ancien président Ghani a honteusement fui Kaboul, suivi par de nombreux autres hommes politiques afghans. Le fait que le mouvement taliban ait à nouveau pris le pouvoir dans le pays a été une surprise totale pour tout le monde, y compris pour ceux qui avaient récemment fait l’éloge des forces de sécurité afghanes, qui ont reçu une formation intensive au fil des ans, pour leur grande efficacité au combat.

La réunion d’aujourd’hui pourrait être une bonne occasion de discuter des résultats et des conséquences de cette campagne peu glorieuse de 20 ans en Afghanistan, qui a coûté la vie à plus d’un millier d’Afghans ordinaires et de soldats américains, avec des centaines de milliers de personnes mutilées, en plus des 2 000 milliards de dollars américains qui auraient pu être dépensés pour de bonnes causes. Cependant, nous ne nous faisons pas d’illusions particulières à ce sujet. Au cours des 12 derniers mois, nous avons tous vu comment Washington a hypocritement tenté de rejeter sur les nouvelles autorités la responsabilité de l’échec de sa guerre de 20 ans et de la détérioration actuelle de la situation. En même temps, on s’en souvient, dans un effort pour présenter les États-Unis sous un jour favorable, le président George Biden a annoncé que “toutes les tâches fixées dans le pays ont été réalisées.”

Permettez-moi de vous rappeler que les États-Unis sont venus en Afghanistan avec une mission spéciale – lutter contre le terrorisme. En réalité, leur arrivée dans le pays n’a fait que renforcer son statut de foyer de terrorisme et de centre de production et de distribution de drogues. Parallèlement à la présence d’Al-Qaïda et de ses groupes affiliés, ISIS est arrivé en Afghanistan et a fermement renforcé son influence dans le pays, qui était effectivement contrôlé par les États-Unis et leurs alliés occidentaux. Nous en parlons depuis 2017, mais nos partenaires occidentaux ne l’ont reconnu que récemment. En outre, pendant tout ce temps, les capacités d’ISIS n’ont cessé d’augmenter, notamment grâce au soutien financier de l’étranger et à l’afflux de militants terroristes étrangers qui ont reçu une expérience du combat dans d’autres zones de crise du monde.

Nous avons également assisté à une augmentation sans précédent de la production de drogue au fil des ans. Littéralement sous nos yeux, le pays s’est transformé en un foyer de terrorisme et de drogue, et comme l’ont fait valoir nos collègues occidentaux, la présence à long terme des États-Unis et de l’OTAN visait précisément à lutter efficacement contre ces crimes.

Tous nos appels à nous concentrer sur la menace croissante d’ISIS en Afghanistan se sont heurtés aux tentatives frénétiques de nos collègues occidentaux de minimiser son ampleur ou de balayer complètement ce sujet sous le tapis. Dans le même temps, les États-Unis disposaient de nombreuses possibilités, notamment de capacités matérielles, militaires et techniques, ainsi que de temps pour éliminer les terroristes en Afghanistan. Les contingents militaires étrangers présents dans le pays continuaient hypocritement à prétendre que le problème de la drogue n’existait pas du tout, alors qu’à cette époque, l’héroïne en provenance d’Afghanistan avait déjà atteint de nombreux pays d’Europe occidentale. Au fil des ans, les questions posées à plusieurs reprises dans la salle du Conseil au sujet d’hélicoptères non identifiés transportant des combattants d’ISIS et des armes pour eux vers différentes régions du pays, y compris vers le nord, ce qui se produisait alors qu’on nous disait que la situation était entièrement sous le contrôle des forces de la coalition, sont également restées sans réponse.

Au contraire, pendant toutes ces années, nos collègues occidentaux n’ont cessé de nous parler des efforts déployés pour renforcer la capacité de combat des forces de sécurité nationales afghanes, de l’efficacité de leur formation et du contrôle de la situation sécuritaire.

Dans ce contexte, la situation socio-économique du pays est restée déplorable. À propos, pendant les années soviétiques, plus de 140 entreprises ont été construites dans le pays, dont un complexe industriel. Elles sont devenues l’épine dorsale de l’économie et ont jeté des bases solides pour le développement durable indépendant du pays. En outre, de nouvelles écoles, des échanges d’étudiants et des programmes de formation ont été mis en place. Combien d’entreprises ont été construites ou restaurées pendant les 20 ans de présence de l’OTAN dans le pays ? La réponse est évidente : aucune.

Au contraire, des investissements de plusieurs milliards de dollars ont fini dans les poches de marionnettes américaines corrompues. En conséquence, le pays est devenu entièrement dépendant de l’aide internationale sans aucune perspective de développement indépendant.

Nous devrions mentionner séparément la question de la protection de la population civile. Nous aimerions rappeler à nos collègues occidentaux, qui ont dernièrement préféré réduire toute discussion sur l’Afghanistan au sujet des violations des droits de l’homme, les actions irresponsables des militaires américains et de l’OTAN, qui ont régulièrement pris pour cible, sans discrimination, les Afghans ordinaires. Sans parler des raids de nuit et des exécutions extrajudiciaires de civils, y compris de femmes et d’enfants. Malheureusement, les rapports de diverses organisations non gouvernementales indépendantes sur ces crimes de guerre odieux, dans le but de rendre justice et de faire en sorte que les auteurs répondent de leurs actes, n’ont jamais été suivis d’enquêtes en raison du chantage flagrant exercé par Washington. Les États-Unis ont impitoyablement contrecarré toutes les tentatives pertinentes de la CPI en menaçant la Cour de sanctions. Cependant, personne n’a été surpris par ces actions cyniques. Les collègues américains ont agi de manière similaire en ce qui concerne les crimes de guerre commis par les États-Unis en Irak.

Alors que les États-Unis ont continué à parrainer le régime corrompu d’A. Ghani, ils ont parallèlement mené des négociations distinctes avec les talibans dans le dos des Afghans, qui ont abouti à la signature d’un accord sur le retrait des troupes du pays. En conséquence, le peuple afghan, que, comme nos collègues américains nous l’ont répété à plusieurs reprises, “ils ont défendu”, a été abandonné par les États-Unis à son sort, laissé face à la dévastation, la pauvreté, le terrorisme, la faim et d’autres défis.

M. le Président,

L’une des conséquences les plus horribles de cette intervention militaire est la crise humanitaire et économique de grande ampleur qui a éclaté dans le pays. Selon de nombreux experts, le désastre humanitaire actuel en Afghanistan pourrait faire plus de morts que 20 ans de guerre. Cependant, au lieu d’admettre leurs propres erreurs, d’aider à la reconstruction du pays détruit et de payer des réparations, les États-Unis et leurs alliés tentent de résoudre le problème afghan en utilisant leurs méthodes habituelles. Ils ont tout simplement, en termes politiquement corrects, bloqué les ressources financières nationales afghanes et coupé le système bancaire de SWIFT, mettant les pauvres Afghans au bord de la survie et forçant nombre d’entre eux à vendre leurs organes et leurs enfants afin de joindre tant bien que mal les deux bouts.

Malgré les appels des agences humanitaires des Nations unies, des organisations de défense des droits de l’homme et des Afghans eux-mêmes, les États-Unis continuent de retenir illégalement les avoirs étrangers du pays sous divers prétextes de violations des droits de l’homme et de la nécessité de payer les factures des attentats du 11 septembre, auxquels les Afghans n’ont rien à voir. Un tel comportement et une telle attitude irresponsables de la coalition occidentale à l’égard de ce qui se passe en Afghanistan ne sont pas surprenants, étant donné que l’ancienne mission militaire de l’OTAN, la Force internationale d’assistance à la sécurité, qui a ensuite été remplacée par la mission de formation Resolute Support, a fait rapport au Conseil de sécurité comme s’il s’agissait d’une simple formalité.

Dans ce contexte, il est hypocrite de la part de nos collègues occidentaux de vouloir continuer à dialoguer avec les autorités de facto dans le langage des ultimatums et en utilisant le “bâton” des sanctions et en menaçant d’utiliser d’autres méthodes de pression, notamment en limitant les possibilités de résolution effective des questions urgentes de paix et de stabilité avec la participation des parties régionales. Nous assistons également à des tentatives de manipulation de l’aide et de l’assistance humanitaires, en exigeant que les nouvelles autorités afghanes commencent par normaliser la situation politique interne et mettent fin à leurs difficultés. Les déclarations bruyantes sur l’importance de résoudre la question des droits de l’homme comme condition préalable à tout le reste ne résistent pas à l’examen. Nous aimerions vous demander, chers collègues : n’est-ce pas une violation des droits de l’homme qu’en raison de la situation que vous avez créée et de votre inaction, des femmes et des enfants meurent ?

Monsieur le Président,

M. le Président,

Nous avons déclaré à plusieurs reprises que la stabilité en Afghanistan est essentielle à la paix et à la stabilité dans la région et au-delà. La Russie a mené et continue de mener une politique visant à accélérer le règlement politique et la réconciliation nationale dans le pays. Dans le même temps, nous partons toujours du principe que les Afghans eux-mêmes doivent résoudre ces questions. Pour nous, la restauration, le développement et la prospérité d’un Afghanistan indépendant, libéré des menaces terroristes et de la drogue, sont extrêmement importants. Nous accordons une attention particulière à la question de l’inclusion politique et du respect des droits de l’homme, notamment des femmes et des filles. Nos efforts visent à atteindre tous ces objectifs à la fois dans le cadre de contacts bilatéraux avec les autorités de facto et les autres Afghans, et dans le cadre du format de Moscou, des réunions des voisins régionaux, ainsi que par l’intermédiaire des organisations régionales de l’OTSC et de l’OCS. Nous apportons également une aide humanitaire active au peuple afghan frère.

M. le Président,

Nous sommes bien conscients de la nouvelle réalité d’aujourd’hui en Afghanistan. Nous tenons à souligner que nous continuons à partir de la nécessité d’un engagement constructif entre la communauté internationale et les Talibans. Nous pensons qu’un tel dialogue permettra de trouver une solution efficace aux problèmes dans le domaine de l’inclusion politique, de la lutte contre le terrorisme et la drogue, ainsi que de garantir les droits de l’homme, y compris pour les femmes et les filles. Cependant, nous ne sommes pas prêts à supporter les tentatives de nos collègues occidentaux de tourner simplement la page de l’histoire de l’Afghanistan, en rejetant toute la responsabilité sur les talibans et en recommençant à zéro, comme si ces vingt années n’avaient pas existé.

Merci.

 

Droit de réponse :

M. le Président,

Quelque part dans les longs arguments de nos collègues américains, on pourrait entendre un appel à la Russie et à la Chine pour qu’elles mettent la main au porte-monnaie et paient pour la reconstruction de l’Afghanistan. Ils disent que seuls les États-Unis et leurs alliés paient pour tout, tandis que la Russie et la Chine ne font que brasser de l’air. Le cynisme de telles déclarations est tout simplement stupéfiant : nous sommes appelés à participer à la restauration du pays, dont l’économie a été en fait détruite par vingt ans d’occupation américaine et de l’OTAN. Cela signifie qu’au lieu d’admettre nos erreurs et d’essayer de les corriger, on nous reproche maintenant de ne pas vouloir payer les factures des autres. C’est une proposition originale.

Cependant, à un moment donné, nous avons cessé d’être surpris par quoi que ce soit. Non, messieurs, nos anciens partenaires occidentaux, vous devez payer pour vos erreurs. Et pour commencer, rendre au peuple afghan l’argent qui lui a été volé.

Nous avons aidé et continuerons d’aider l’Afghanistan, et nous vous recommandons de vous concentrer sur l’indemnisation des Afghans pour les 20 années d’occupation insensée qui ont détruit l’Afghanistan et mis son peuple au bord de la survie. Tout ne se mesure pas en argent. Les vies de ceux qui ont été tués alors que vous tentiez d’implanter la démocratie en Afghanistan et qui ont été mutilés au cours des hostilités ne peuvent se mesurer en argent, pas plus qu’elles ne peuvent acheter la loyauté du peuple afghan, que les États-Unis semblent avoir complètement perdue.

Merci.

Source: Mission permanente de la Russie Conseil de sécurité des Nations unies

Traduction: Arretsurinfo.ch