Aux yeux de la Russie, c’est Israël et non l’Iran qui déstabilise le Moyen-Orient

Anatoly Viktorov, ambassadeur russe à Tel-Aviv (Photo: File)


« C’est Israël qui attaque le Hezbollah, le Hezbollah n’attaque pas Israël »

Source : Times of Israel & Jerusalem Post, 8 décembre 2020

Anatoly Viktorov, ambassadeur russe à Tel-Aviv, affirme également qu’Israël est l’agresseur en ce qui concerne les livraisons d’armes alléguées au Hezbollah, et qu’il n’existe « aucune preuve » que le parti libanais ait creusé les tunnels découverts sous la frontière nord.

L’envoyé de la Russie en Israël a déclaré mardi que c’était le conflit de l’Etat juif avec les Palestiniens et d’autres pays arabes qui déstabilisait le Moyen-Orient, et non l’Iran.

L’ambassadeur Anatoly Viktorov a également accusé Israël d’être l’agresseur pour avoir attaqué des convois de livraisons d’armes au groupe Hezbollah soutenu par l’Iran, et s’est demandé si des tunnels trouvés sous la frontière israélo-libanaise avaient été creusés par l’organisation libanaise.

« Le problème dans la région ne réside pas dans les activités iraniennes », a déclaré Viktorov au Jerusalem Post. « Il réside dans le manque de compréhension entre les pays et le non-respect [par Israël] des résolutions de l’ONU dans le conflit israélo-arabe et israélo-palestinien. »

Evocant les frappes aériennes en Syrie, attribuées à Israël, qui ont visé des positions militaires iraniennes et des convois d’armes à destination du Hezbollah, Viktorov a déclaré qu’Israël était à l’origine de la violence.

« C’est Israël qui attaque le Hezbollah, le Hezbollah n’attaque pas Israël », a-t-il déclaré, ajoutant qu’Israël ne devrait pas attaquer « les territoires des membres souverains de l’ONU ».

Viktorov a également rejeté l’idée qu’Israël coordonnerait de telles attaques avec la Russie, affirmant que tout avertissement que Jérusalem donne à Moscou sur de telles attaques concerne la sécurité des forces russes en Syrie, qui sont présentes pour soutenir le régime face à une guerre persistante.

« Il n’y a aucun moyen pour nous d’approuver des frappes israéliennes sur la Syrie, jamais dans le passé et jamais dans le futur », a-t-il souligné.

Israël a un canal de communication avec la Russie pour empêcher les armées des deux pays de s’affronter dans l’arène syrienne. Cependant, en 2018, la Russie a blâmé Israël lorsque les défenses aériennes syriennes ont accidentellement abattu un avion russe lors d’une frappe aérienne israélienne, tuant les 15 membres d’équipage.

Israël, qui admet rarement avoir mené les frappes, a poursuivi une campagne déterminée visant officiellement à empêcher les combattants soutenus par l’Iran de prendre pied en Syrie.

La campagne a inclus des milliers de frappes aériennes sur des cibles liées à l’Iran et à des convois d’armes présumés, selon des rapports et des comptes rendus de responsables s’exprimant anonymement.

En ce qui concerne l’opération ‘Bouclier du Nord’ et les tunnels découverts par les Forces de défense israéliennes l’année dernière sous la frontière libano-israélienne, et qui, selon Tsahal, ont été creusés par le Hezbollah en vue d’un futur assaut majeur contre le pays, Viktorov a déclaré qu’il n’y avait « aucune preuve que le Hezbollah a créé les tunnels ».

Viktorov a également blâmé les États-Unis pour le démantèlement de l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales, qui avait levé les sanctions contre l’Iran en échange d’un contrôle de son programme nucléaire.

L’accord, toujours soutenu par les autres signataires, dont la Russie, est en train de s’effondrer, alors que l’administration Trump a réimposé des sanctions sévères et que l’Iran a augmenté son enrichissement d’uranium.

Viktorov a déclaré qu’il était « malheureux » que les États-Unis aient abandonné le soi-disant plan d’action global conjoint (JCPOA, ou accord sur le nuclaire iranien), et a ajouté que c’était ce qui avait conduit l’Iran à commencer à abandonner ses propres engagements envers l’accord. Cela, a-t-il dit, était également « malheureux ».

Bien que Viktorov n’ait désigné Joe Biden que comme « le Président éventuellement élu » des États-Unis, soulignant qu’il n’a été que « nommé par la presse » et n’a pas encore été officiellement déclaré vainqueur [cet interview a eu lieu avant le 15 décembre, date à laquelle le Collège électoral a confirmé l’élection de Joe Biden, après quoi la Russie l’a officiellement félicité de sa victoire], il a déclaré que la Russie « avait pris note de certaines déclarations » selon lesquelles Biden chercherait à rejoindre le JCPOA.

Si les États-Unis reviennent à l’accord, « cela simplifiera beaucoup de choses », a-t-il déclaré. « Il sera utile de réduire les inquiétudes et de permettre aux Iraniens de développer un programme pacifique d’énergie atomique et de permettre [à l’AIEA] de regarder ce qui se passe dans le domaine militaire. »

« Peut-être que certaines dispositions pourraient être modifiées », a-t-il dit, en référence aux déclarations de Biden selon lesquelles il renforcera le JCPOA, « mais c’est une question qui doit être négociée avec les parties intéressées, les autorités iraniennes. »

Quant à savoir si la Russie vendrait des armes à l’Iran après la levée de l’embargo de l’ONU sur les armes plus tôt cette année, il a déclaré : « L’Iran est un État souverain, pourquoi pas ? Je ne connais pas les plans spécifiques ; c’est une question de négociations. »

Sur une note plus positive, il a déclaré que la Russie soutenait les récents accords de normalisation négociés par les États-Unis entre Israël et les Émirats arabes unis et le Bahreïn, ainsi que les progrès vers un accord similaire avec le Soudan.

Mais il a dit que le conflit israélo-palestinien doit encore être abordé dans le but de parvenir à une solution à deux États.

« Nous sommes fermement convaincus que la question palestinienne ne doit pas être mise de côté », a-t-il déclaré. « La normalisation ne doit pas remplacer un accord israélo-palestinien, car ce problème perdurera et continuera de mettre en danger non seulement les pays et les peuples de la région, mais aussi de nombreux autres dans le monde », a-t-il déclaré.

Viktorov a réitéré l’offre de la Russie d’accueillir des pourparlers israélo-palestiniens à Moscou, et de tenir une conférence internationale consacrée à la question.

Viktorov a également évoqué les efforts de son pays pour lutter contre le COVID-19, affirmant que la vaccination massive a commencé cette semaine dans la région de Moscou et sera distribuée dans toutes les régions de la Fédération de Russie.

« Nous sommes sûrs que notre vaccin n’est pas le pire au monde », a-t-il déclaré à propos des doutes sur le vaccin russe.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou et le président russe Vladimir Poutine ont discuté de la question lors d’un appel téléphonique le 16 novembre, et depuis lors, les autorités israéliennes et russes ont été en contact pour coordonner la livraison de 1,5 million de doses à Israël, a-t-il déclaré.

« Nous pensons que l’intention de nos collègues israéliens de diversifier l’utilisation des vaccins en Israël est une bonne approche », a déclaré Viktorov.


Traduction : lecridespeuples.fr

Imprimer
Etats-Unis Ingérence Iran Israël Palestine Russie Syrie
Document sans titre

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact