Je rediffuse ici l’introduction mise à jour de mon livre Beyond Tribal Loyalties (Au-delà des loyautés tribales).

Je l’ai déjà publiée en octobre de l’année dernière. Je tiens à attirer à nouveau l’attention sur ce texte.

Il contient un terrible avertissement sur les intentions réelles d’Israël à l’égard du peuple palestinien.

N’hésitez pas à diffuser ce texte à toutes les personnes qui sont encore “désorientées” et qui ont encore du mal à croire qu’Israël est aussi criminellement fou que ses actions le prouvent.

Avigail Abarbanel, 16 Janvier 2024


Beyond Tribal Loyalties: Personal Stories of Jewish Peace Activists – 2nd Edition

Introduction à l’édition du livre “Au-delà des loyautés tribales”

Beyond Tribal Loyalties est sorti en 2018, il y a déjà six ans. Cela me donne l’occasion d’écrire une introduction, plus actuelle. J’aimerais pouvoir dire que les choses vont mieux en Palestine qu’en 2012, lorsque l’édition de poche a été publiée pour la première fois. Malheureusement, non seulement les choses ne vont pas mieux, mais elles sont bien pires pour le peuple palestinien. La récente attaque israélienne brutale contre des manifestants palestiniens non armés et pacifiques à Gaza, les tirs ciblés sur vingt-neuf médecins, dont deux ont été tués, alors qu’ils soignaient des blessés sur le terrain, l’utilisation de tireurs d’élite pour abattre des manifestants, y compris des enfants, comme s’ils étaient en chasse, sont les derniers exemples de la façon dont le colonialisme traite même la résistance pacifique.

100 % des enfants de Gaza et probablement la plupart des adultes souffrent de stress post-traumatique. Près de deux millions de personnes sont piégées dans la plus grande prison à ciel ouvert de la planète, vivant dans des conditions infernales sans aucun espoir de libération, sous un siège israélien illégal. Bien qu’Israël se soit “retiré” de Gaza, il contrôle toujours, directement et indirectement, ce que fait chaque individu, ce qu’il mange et en quelle quantité, son accès à l’éducation et au travail, sa capacité à voyager, son accès aux soins médicaux et s’il dispose ou non de matériaux de construction, d’eau propre, d’installations sanitaires ou d’électricité.

Les injustices quotidiennes se poursuivent, l’incarcération sans procès, l’incarcération et la maltraitance des enfants palestiniens, y compris, mais sans s’y limiter, le maintien des enfants dans des prisons pour adultes et l’interdiction faite à leurs familles de les voir. Les crimes cruels et insensés contre les Palestiniens sont récurrents et ne peuvent être décrits que comme des actes psychopathiques.

Ils sont commis à la fois par des colonisateurs qui restent impunis et par les forces militaires israéliennes. Ces histoires font rarement l’objet d’une information grand public.

L’infiltration de la société palestinienne par des agents secrets israéliens est une pratique courante(1). Le travail de ces agents consiste à saboter les relations communautaires et à briser la société palestinienne de l’intérieur, tout cela dans le but d’affaiblir la résistance et, en fin de compte, d’éliminer un peuple. La politique du “tirer d’abord, poser les questions ensuite” et le racisme israélien montrent à quel point la vie des Palestiniens importe peu à Israël.

Israël continue de promulguer des lois et de mettre en œuvre des politiques qui marginalisent les Palestiniens petit à petit, ce qui facilitera un jour leur élimination complète, d’une manière ou d’une autre. Ilan Pappé qualifie de “génocide progressif” ce qu’Israël fait subir aux Palestiniens. Si nous prenons un peu de recul par rapport à l’image intentionnellement complexe qu’Israël tente de nous dépeindre, nous pouvons tous constater que c’est bien de cela qu’il s’agit.

Le colonialisme israélien en Palestine progresse largement sans être contesté par ceux qui ont le pouvoir de l’arrêter. Sans le travail persistant des associations locales, les Palestiniens auraient déjà été pratiquement oubliés. Bien que la situation sur le terrain dans une Palestine de plus en plus réduite soit pire qu’il y a six ans, le plus grand succès de la protestation populaire est de ne pas permettre que le sujet de la Palestine disparaisse de la conscience publique.

Le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), les médias alternatifs comme Mondoweiss, The Electronic Intifada, Middle East Monitor et d’autres, les journalistes indépendants comme Jonathan Cook, et les historiens dévoués comme Ilan Pappé, veillent tous à ce que la cause palestinienne reste à l’ordre du jour dans le monde entier. Les antisionistes et les partisans du BDS en Israël apportent une contribution inestimable. Bien qu’il s’agisse d’une petite minorité, ils prêtent leur voix de l’intérieur à la résistance palestinienne et au contexte plus large de l’opposition au colonialisme israélien.

Il arrive que les journaux grand public publient des articles favorables aux Palestiniens. Mais même les auteurs les plus sympathiques se laissent prendre à ce que j’appelle le “piège du langage” israélien. Ils continuent à utiliser des mots tels que “conflit”, “paix”, “guerre” ou “négociations”, impliquant une fausse symétrie entre Israël et les Palestiniens.

De nombreux rédacteurs des grands médias insistent encore sur l’ “équilibre” de leurs reportages et mettent un point d’honneur à présenter “les deux côtés de l’histoire”. Si, en principe, la neutralité et l’équilibre sont l’expression de la réflexion, de la raison et du calme, ils ne sont appropriés qu’en cas d’égalité de pouvoir. Lorsqu’elles sont appliquées dans des situations où il existe un déséquilibre inhérent au pouvoir, la neutralité et l’équilibre deviennent les instruments actifs d’un système abusif. Il est approprié et nécessaire de rester impartial lorsque l’on traite avec deux parties ayant un pouvoir égal, qu’il s’agisse d’un couple qui suit une thérapie relationnelle dans mon cabinet, ou de deux organisations ou pays qui ont un différend.

En cas de déséquilibre de pouvoir, le maintien d’une position “neutre” ou “équilibrée” est préjudiciable à la partie la moins puissante(2). Dans le domaine de la psychothérapie, nous ne nous engageons pas dans une thérapie relationnelle s’il existe un déséquilibre de pouvoir se manifestant, par exemple, par de la violence ou un contrôle coercitif exercé par une partie(3 )sur l’autre. Notre priorité est toujours de démanteler la structure de pouvoir et de protéger les victimes.

Une position “équilibrée” permet aux structures de pouvoir toxiques et abusives de perdurer. Non seulement elle abandonne et blesse les victimes, mais elle permet également aux auteurs de continuer à abuser. C’est précisément ce que fait une position “équilibrée” sur la Palestine.

Il n’y a pas d’ “autre côté de l’histoire” dans le colonialisme de peuplement, tout comme il n’y a pas d’ “autre côté” de l’histoire dans l’esclavage, le racisme, la discrimination ou la maltraitance des enfants. Il y a longtemps que nous avons cessé de débattre avec ceux qui s’opposent à l’égalité des femmes ou au droit de vote des femmes. Il serait absurde, voire criminel dans certains pays, de suggérer que les agresseurs d’enfants ont un point de vue valable, que l’esclavage est utile à notre économie ou que l’idéologie raciale génocidaire d’Hitler avait du mérite. Mais le colonialisme de peuplement en Palestine en est exempt.

Je n’ai pas encore vu un seul journal grand public prêt à appeler un chat un chat et à nommer le colonialisme de peuplement israélien pour ce qu’il est. Le colonialisme de peuplement est un crime contre l’humanité, et il doit être reconnu et nommé comme tel. Lorsqu’il s’agit d’un crime, nous devons nous concentrer sur le crime et non sur les identités. Les Israéliens juifs, auteurs du colonialisme de peuplement, ne méritent aucun traitement spécial ni aucune considération pour quelque raison que ce soit. Le peuple palestinien, victime du colonialisme israélien, ne mérite pas non plus d’être considéré comme une victime de moindre importance. Un crime est un crime.

Les colonisateurs et les colons-colonisateurs ont toujours présenté leurs victimes comme des “primitifs”, des “inférieurs”, des “terroristes”, des “meurtriers”, des “méchants”, voire des non-humains qui ne méritent la sympathie de personne et qui n’ont pas le droit d’exister. C’est utile si vous voulez obtenir le soutien des autres pour le crime que vous commettez et pour permettre à votre propre peuple d’obéir aux ordres sans les remettre en question.

L’un des outils les plus efficaces utilisés par Israël et ses partisans pour faire taire l’opposition et affaiblir le soutien aux Palestiniens consiste à assimiler la critique d’Israël à de l’antisémitisme. C’est un moyen efficace de faire taire les critiques, de paralyser les manifestants et de leur ôter tout pouvoir. Au cours de mes dix-sept années de militantisme, j’ai vu cette tactique israélienne cynique devenir de plus en plus efficace. Nous avons tous vu son impact sur le parti travailliste britannique ces derniers temps.

Avec plus ou moins de succès, Israël a tenté d’utiliser son influence politique pour manipuler les systèmes juridiques des démocraties occidentales afin de criminaliser la critique d’Israël et du BDS en vertu des lois existantes sur la diffamation raciale. L’antisémitisme en tant que forme de diffamation raciale est déjà criminalisé dans un certain nombre de pays.

Si l’on peut légalement assimiler la critique d’Israël à de l’antisémitisme, alors critiquer l’État d’Israël et soutenir le BDS deviennent automatiquement des crimes. Israël voudrait faire valoir que si vous n’êtes pas d’accord avec le droit d’Israël d’exister en tant qu’État exclusivement juif aux dépens des populations indigènes, vous appelez en fait à la destruction de toutes les populations juives, où qu’elles se trouvent. Israël tente de détourner l’attention de l’objection légitime au colonialisme de peuplement vers un racisme illégitime à l’encontre des Juifs.

Il s’agit de l’un des nombreux mécanismes utilisés par Israël pour tenter de mener à bien son projet de colonisation de la Palestine et d’élimination du peuple palestinien. Il est sans précédent que la critique des politiques d’un État soit considérée comme du racisme. Il faut s’y opposer non seulement parce que c’est faux. Il faut s’y opposer parce que cela constitue une ingérence dans le processus démocratique d’autres pays et dans le droit, le devoir et la liberté des citoyens des sociétés démocratiques de protester contre les violations des droits de l’homme et les crimes contre l’humanité commis par qui que ce soit.

Assimiler la critique d’Israël à de l’antisémitisme ne nuit pas seulement à la cause palestinienne, mais banalise également la signification du véritable antisémitisme, qui est une forme de racisme dirigé spécifiquement contre les Juifs. Mais Israël ne se soucie guère que le mot “antisémitisme” perde son sens. Du point de vue israélien, la fin justifie les moyens.

Aux yeux des Israéliens juifs, les Juifs sont les victimes ultimes et les victimes les plus importantes qui aient jamais existé dans l’histoire de l’humanité. La culture juive est fondée sur une identité de persécution et sur la conviction que les Juifs ne sont jamais en sécurité parmi les non-Juifs. La culture juive dominante partage la conviction que les Juifs ne peuvent être en sécurité qu’avec d’autres Juifs et qu’il est du devoir de tous les Juifs de faire tout ce qui est nécessaire pour préserver le peuple juif(5). En grandissant en Israël, j’ai appris que la seule chose qui s’interpose entre moi et l’anéantissement est l’État d’Israël. Il s’ensuit que si je veux survivre, je dois consacrer ma vie à la protection de l’État juif, quel qu’en soit le prix. J’ai été élevé dans l’idée que la survie de notre propre peuple est plus importante que tout, y compris les valeurs humaines universelles et notre sens de l’objectif personnel.

Malgré le déséquilibre flagrant des pouvoirs entre l’État israélien et le peuple palestinien, la plupart des Juifs israéliens continuent de croire qu’ils luttent simplement pour leur propre survie contre un dangereux anéantissement. Ce complexe de la victime a toujours été ancré dans la culture juive. J’ai grandi avec, et c’est assez logique lorsque vous êtes à l’intérieur et que vous n’avez été élevé qu’avec la version étroite et aveugle de l’histoire qu’Israël enseigne.

Ceux qui, en Israël, pourraient compatir à la souffrance des Palestiniens sont facilement dominés et réduits au silence, parce qu’ils croient eux aussi à ce récit de l’éternelle victimisation juive. La victimisation juive est le pilier central de l’identité juive à l’israélienne, et la remettre en question est un tabou social tacite(6).

L’approche unique d’Israël consistant à diaboliser le peuple indigène qu’il cherche à remplacer s’inscrit parfaitement dans le récit juif israélien traditionnel. Israël a réussi à présenter les Palestiniens non pas comme des victimes d’un État colonisateur qui luttent pour leur survie, mais comme des ennemis du peuple juif. Aux yeux des juifs israéliens, le peuple palestinien n’est que le dernier d’une longue liste de groupes qui se sont acharnés à anéantir le peuple juif pour leurs propres raisons(7). Tant que les gens n’auront pas compris cela, ils ne pourront pas comprendre correctement ce qui se passe en Palestine et ce qu’Israël y fait.

Ce n’est que lorsque l’on sort du brouillard du lavage de cerveau israélien et que l’on acquiert une perspective plus large que l’on commence à voir à quel point cette façon de penser est erronée et déconnectée de la réalité. J’assimile depuis longtemps la culture juive israélienne à une secte, précisément en raison de sa vision insulaire du monde et de l’obligation faite aux individus de renoncer à leur identité unique pour la remplacer par une identité de groupe.

Bien que la remise en question ou la critique de la mentalité et des politiques juives israéliennes ne soient pas formellement punissables en Israël – du moins pour les Juifs – il existe une forte pression informelle efficace sur les gens pour qu’ils se conforment et s’autocensurent(8).

En tant que psychothérapeute, j’ai travaillé avec de nombreux survivants de sectes au fil des ans. En tant que psychothérapeute, j’ai travaillé avec de nombreux survivants de sectes au fil des ans. Je vois de nombreuses similitudes entre le système de croyance sioniste et une secte. L’une des similitudes les plus évidentes réside dans le processus qui consiste à quitter ou à essayer de quitter le sionisme. Quitter une secte est toujours psychologiquement complexe et incroyablement difficile, et quitter le sionisme n’est pas différent. Les récits présentés dans ce livre portent en grande partie sur le processus de sortie de la secte sioniste, sur ce que cela représente et sur les défis et l’opposition auxquels vous êtes confronté lorsque vous essayez de partir.

Depuis la première publication de ce livre, de nombreuses personnes ont rejoint les rangs des “sortants de secte”, et il m’a été suggéré d’envisager de publier un deuxième volume d’histoires. Ayant rencontré tant de nouvelles personnes courageuses au cours des six dernières années qui ont fait ce voyage, je pourrais être tentée.

Le mécanisme du colonialisme sioniste israélien vise à remplacer toute la population palestinienne par des Juifs sur toute la terre de la Palestine historique. Israël est en passe de réaliser son plan grâce au soutien militaire, politique et financier considérable de pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et d’autres.

De nombreux pays soutiennent Israël dans l’esprit, ou du moins ne s’opposent pas de manière significative au colonialisme israélien, à l’exception d’une “condamnation” occasionnelle et édentée d’événements qui sont généralement perçus de manière isolée. La campagne populaire continue de mordre et d’agacer Israël, mais nous sommes encore loin d’un soutien officiel au BDS de la part de nos gouvernements.

Ce soutien universel à Israël est une approbation de facto du colonialisme de peuplement et constitue donc une collusion avec un crime contre l’humanité. Cela devrait être impossible dans un monde “post-colonial”. Les sanctions contre Israël devraient aller de soi dans des sociétés qui parlent régulièrement de démocratie, de liberté, d’égalité et de droits de l’homme.

Les leçons et les réflexions post-coloniales sont en effet courantes dans les cercles universitaires progressistes. Mais le monde est largement dirigé par des intérêts coloniaux et impérialistes, avec la conviction qu’il existe des êtres humains dignes et moins dignes.

L’impérialisme politique et économique actuel s’accompagne souvent d’une puissance militaire, comme en témoignent les politiques étrangères de pays tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, ainsi que la propagande qu’ils utilisent pour justifier leurs actions. Par exemple, les États-Unis ont présenté leur invasion de l’Irak comme un moyen de faire face aux risques liés aux armes de destruction massive.

Mais en réalité, l’invasion menée par les États-Unis, qui a provoqué la destruction d’un pays, la mort d’environ un demi-million de personnes et de plus de quatre mille soldats américains9 , était un moyen cynique d’accroître l’influence et le contrôle des intérêts énergétiques américains dans la région.

Pendant ce temps, qui va s’opposer à Israël ? Pour prendre Israël à partie, les pays impérialistes actuels devraient reconnaître et abandonner leurs ambitions et politiques impérialistes. Israël n’a jamais eu la vie aussi facile et aussi belle, et ce parce que le reste du monde, ou du moins les principales puissances mondiales, ne se comportent pas mieux. Le fait que les sanctions officielles ou toute tentative réelle d’arrêter la marche inexorable d’Israël vers l’achèvement de son projet de colonisation semblent si impossibles, expose notre climat mondial d’hypocrisie et de deux poids deux mesures. Cela met également en évidence l’écart flagrant entre les lois que nous avons au sein de nos sociétés et les règles que nous appliquons au niveau international.

L’équivalent interne le plus proche du colonialisme de peuplement serait probablement une invasion de domicile. Dans les sociétés occidentales, il ne fait aucun doute que la loi est du côté de qui elle protège. Nos lois ne toléreraient pas qu’une personne envahisse la maison d’une autre et tente de remplacer les habitants par sa propre famille, quelles que soient les raisons ou les justifications qu’elle invoquerait. En Palestine, non seulement nous le tolérons, mais nos propres gouvernements permettent activement cette invasion de domicile et tout ce qui l’accompagne.

Lorsque j’ai commencé à travailler sur la première édition de ce livre, l’idée que des Juifs puissent s’opposer à Israël, contester ses politiques et soutenir les Palestiniens était encore une nouveauté. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Plus que jamais, les Juifs remettent en question l’idée d’une obligation automatique de soutenir Israël “à tort ou à raison” et l’idée que leur identité même est liée au sort d’Israël. Cependant, malgré cette augmentation de l’activisme pro-palestinien dans les cercles juifs, le soutien juif à Israël reste important dans le monde entier.

Les Juifs israéliens et les partisans d’Israël me demandent souvent de me justifier pour mon activisme. Mais ce n’est pas moi, ni les gens comme moi qui doivent se justifier. Je pense que ce sont les juifs et les non-juifs qui soutiennent le colonialisme en Palestine qui ont le devoir d’expliquer pourquoi ils le soutiennent. On ne peut pas être une personne sympathique dans un domaine de sa vie, professer croire en la justice sociale, la paix et l’équité d’un côté, et en même temps soutenir l’idée qu’un groupe de personnes a plus de droit à l’existence ou à la survie qu’un autre. Ceux qui soutiennent Israël sont ceux qui doivent aux Palestiniens une explication et des excuses.

Les Juifs qui commencent à voir la réalité d’Israël pour ce qu’elle est doivent encore se débattre avec des questions d’identité, de peur de l’antisémitisme et d’appartenance tribale. J’ai toujours espéré que ce livre apporterait soutien et inspiration à ceux qui commencent à peine ce difficile voyage.

Si l’existence d’Israël a quelque chose de positif, c’est que son programme de colonisation, de plus en plus visible, est susceptible d’entraîner une crise de l’identité juive. Je ne doute pas qu’il y ait déjà les prémices d’une réévaluation et d’une remise en question de ce que signifie être juif. Voir son propre peuple comme un coupable, et non comme la plus grande victime de l’histoire, est un changement majeur, susceptible de conduire à une crise psychologique. Apprendre à ne pas vivre dans la peur de l’antisémitisme, ce monstre mythique, presque surnaturel, qui est un élément central de l’identité juive, exige de se remettre des éléments de traumatisme ancrés dans la judéité.

C’est un grand voyage qui prendra du temps, un temps que les Palestiniens n’ont pas ! Ce sur quoi nous devons tous nous concentrer de toute urgence, c’est sur la modification du déséquilibre des pouvoirs et sur le fait de ne pas favoriser le colonialisme israélien. Les juifs qui sont encore dans leur cheminement psychologique/spirituel pourront s’occuper de leur crise d’identité et de leurs problèmes psychologiques plus tard.

J’ai laissé toutes les histoires de ce livre telles qu’elles sont. Elles sont précieuses en tant que telles et font partie de l’histoire. Malheureusement, nous avons perdu Margot Salom en 2016. Mais sa voix puissante se poursuit à travers son histoire et ses autres écrits. Son courage et sa passion, ainsi que l’héritage de son militantisme pour la justice, perdurent.

Ce qui a changé en moi au cours des six dernières années, outre le fait de vieillir, c’est que je me considère plus que jamais comme un membre de l’espèce humaine, plutôt que comme un membre d’un groupe particulier. Nous devons tous dépasser nos loyautés tribales. Notre existence et notre survie en tant qu’espèce dépendent, aujourd’hui plus que jamais, de la coopération, et non de l’isolationnisme ou d’une mentalité de ghetto compétitif. Plus encore, si nous voulons plus pour nous-mêmes que la simple survie, si nous voulons nous développer et voir ce qui est possible pour nous, si nous voulons réaliser notre potentiel, nous ne pouvons pas continuer avec notre tribalisme à courte vue et à l’esprit étroit. Il ne fait que nous entraver et nous maintient dans un état de guerre permanent que nous nous infligeons nous-mêmes et qui est totalement inutile et évitable. Les récits et les témoignages contenus dans ce livre sont des exemples du processus personnel de passage d’une définition étroite de l’identité à une définition plus large et plus compatissante ; une identité humaine qui englobe l’ensemble de notre espèce.

Je n’ai pas de bonnes nouvelles. Nos hommes politiques et nos dirigeants élus n’ont ni le courage, ni la vision, ni la compassion nécessaires pour faire ce qu’il faut et réparer un monde qui souffre, même si la plupart de nos souffrances sont causées par l’homme et peuvent être évitées. C’est donc à chacun d’entre nous de continuer à coopérer, à faire preuve de leadership, de courage, d’un modèle d’activisme non contradictoire, de coopération, d’ouverture et de compassion. Nous devons insister pour être entendus.

Nous ne pouvons pas attendre que nos “mamans” et “papas” politiques sachent ce qui est le mieux pour nous et nous disent ce qu’il faut faire ou ce qu’il faut penser. Ils ne représentent pas nécessairement le meilleur de nous-mêmes et n’ont aucune idée de ce qu’ils font.

Nous ne sommes pas obligés d’aimer tout le monde, nous devons simplement réaliser que nous sommes tous membres de la même espèce et qu’il nous appartient de transformer ce monde si nous voulons prospérer plutôt que de simplement survivre et augmenter notre nombre.

La défaite du colonialisme israélien ne sera pas seulement libératrice pour les Palestiniens, elle symbolisera également notre refus d’accepter la loi de la jungle qui régit actuellement notre monde.

Avigail Abarbanel

Notes

(1)Je recommande vivement le film “Omar”. Il dépeint avec précision la manière dont Israël opère en Cisjordanie occupée et colonisée.

(2)Comme l’a dit Desmond Tutu : “Si vous restez neutre dans les situations d’injustice, vous avez choisi le camp de l’oppresseur. Si un éléphant a son pied sur la queue d’une souris et que vous dites que vous êtes neutre, la souris n’appréciera pas votre neutralité”.

(3)La violence et le contrôle coercitif dans les relations personnelles sont des infractions pénales au Royaume-Uni.

(4)Patrick Wolfe (2006) Settler colonialism and the elimination of the native, Journal of Genocide Research, 8:4, 387-409. Publié en ligne : 21 Dec 2006 (L’article complet est disponible en ligne).

(5)La définition de la judéité est un sujet complexe qui mérite une discussion séparée. Il est toutefois important de comprendre qu’Israël a adopté une définition raciale et sanguine de la judéité. L’idée de la judéité en tant que race a été adoptée par Hitler et les nazis et correspondait bien à leur (pseudo) science raciale. En Israël, toute personne est considérée comme juive si sa mère est juive, qu’elle pratique ou non la religion juive ou qu’elle s’identifie ou non comme juive. Si la mère est identifiée comme juive, c’est parce que sa mère était juive, et ainsi de suite. Les registres des populations religieuses juives qui évitaient traditionnellement de se marier sont devenus la base de l’identification du peuple juif, ce qui a été confondu avec une “race” juive. Cette définition raciale permet à Israël de “parler” au nom de personnes qui n’ont aucune affiliation avec l’État juif et qui ne sont pas d’accord avec le sionisme. Israël veut être un “foyer national” pour tous ceux qu’il considère comme juifs, indépendamment de l’endroit où ils vivent ou de la façon dont ils se perçoivent.

(6)Je ne parle pas ici de négationnisme. L’Holocauste a été une horrible tentative d’annihilation de tous les Juifs d’Europe au vingtième siècle, en utilisant les mécanismes d’un État moderne. Le régime nazi a assassiné, déplacé et marqué des millions de Juifs. L’impact dévastateur de l’Holocauste s’est répercuté sur plusieurs générations. Je parle de la perception selon laquelle les Juifs sont toujours des victimes. Les Juifs israéliens pensent que l’Holocauste n’est pas terminé et que, sans l’État d’Israël, ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un ne tente à nouveau d’anéantir le peuple juif. Malheureusement, les leçons qu’Israël tire de la persécution des Juifs et celles qu’il enseigne à ses citoyens sont tournées vers l’intérieur. Elles ne sont pas généralisées à l’ensemble des êtres humains. Les Juifs israéliens croient au “plus jamais ça pour nous”, pas nécessairement au “plus jamais ça pour personne”.

(7) Voir l’histoire de Peter Slezak pour un exemple de cela dans la liturgie de la Pâque juive.

(8) Voir mon article Pourquoi j’ai quitté Israël. Voir également le témoignage de Gideon Levy : http://mondoweiss.net/2018/03/gideon-question-crushed/

(9)Le nombre de morts causées par l’invasion de l’Irak fait toujours l’objet d’un débat, ce qui en soi devrait nous inquiéter. Comment pouvons-nous ne pas savoir combien de personnes sont mortes ou ont subi d’autres préjudices, à moins que nous ne nous en préoccupions pas vraiment ?

Article original en anglais:https://avigail.substack.com/p/the-2018-introduction-to-beyond-tribal

Traduction Arretsurinfo.ch