M. Sergueï Lavrov a quitté ce mardi Bali. Cédant la place au ministre russe des Finances, Anton Silouanov.

Selon l’agence de presse russe RIA Novosti il était «prévu que Sergueï Lavrov quitte le G20 à l’issue du premier jour du sommet ».  Réd.

 

Sergey Lavrov © Sputnik / Russian Foreign Ministry


Le conflit en Ukraine est une guerre hybride – Lavrov

RT : 15 Nov, 2022

Les nations occidentales y participent depuis longtemps et sont celles qui l’ont déclenché, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Le conflit en Ukraine est une guerre hybride, dans laquelle la Russie est essentiellement confrontée aux nations occidentales, qui ont déclenché la crise en premier lieu, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov. Il a donné cette appréciation mardi en marge du sommet des dirigeants du G20 en Indonésie.

Le ministre, qui dirige la délégation russe, a déclaré que les États-Unis et leurs alliés faisaient pression pour inclure la question de l’Ukraine dans la déclaration finale, que les participants doivent signer mercredi.

« Ils voulaient ajouter un libellé qui aurait condamné les actions de la Russie au nom de l’ensemble du club du G20, y compris la Russie elle-même », a déclaré M. Lavrov. La délégation de Moscou estime que la question n’est pas pertinente pour l’ordre du jour du rassemblement, mais a suggéré de refléter la différence d’opinion à ce sujet, a-t-il ajouté.

« Bien sûr, il y a une guerre en cours en Ukraine. Une guerre hybride qui a été déclenchée par l’Occident et qu’il a préparée pendant de nombreuses années, à commencer par le moment où il a soutenu le coup d’État armé [de 2014] en Ukraine et l’autonomisation de pouvoirs ouvertement racistes et néonazis » dans ce pays, a ajouté le diplomate.

Le lancement cette semaine d’une mission de l’UE, qui vise à former 15 000 soldats ukrainiens sur deux ans, est le dernier exemple en date de la manière dont les nations occidentales prennent part à la « guerre hybride », a déclaré M. Lavrov aux journalistes. L’armement et le financement des troupes ukrainiennes, la fourniture de renseignements et l’assistance dans le choix des cibles d’une action militaire, que les nations occidentales font, font d’elles des participants, a-t-il expliqué.

M. Lavrov a noté que les nations occidentales ressemblaient à l’URSS dans leur façon de défendre la cause ukrainienne dans des forums sans rapport avec celle-ci. Lors d’une réunion du parti communiste dans une usine soviétique, qui était censée porter sur des questions de fabrication, « il était considéré comme correct d’entamer une discussion par la condamnation obligatoire de l’impérialisme américain ». Les nations occidentales ont utilisé une approche similaire lors du G20« , a-t-il noté.

[…]

Source: https://www.rt.com/russia/566554-lavrov-ukraine-hybrid-war/

*****

Vladimir Poutine est absent du sommet du G20 de cette semaine : Qu’est-ce que cela signifie pour le président russe et l’événement lui-même ?

14 Novembre 2022 à 15h 25 – Mis à jour le 14.11.2022 à 18.45

Le sommet du G20 de cette semaine, en Indonésie, ne sera probablement pas un événement agréable pour la Russie. Des informations suggèrent que de nombreux participants à l’événement ont l’intention de refuser de prendre part à des séances de photos avec des représentants de la Russie, et tenteront même de les isoler.

Si ces spéculations s’avèrent exactes, c’est le ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, qui en fera les frais, puisqu’il sera à la tête de la délégation. Selon le Kremlin, Vladimir Poutine a personnellement décidé de ne pas participer au sommet en raison de son emploi du temps chargé et de la nécessité pour lui de rester en Russie.

Les participants au sommet du G20 sont déjà arrivés à Bali, et il semble que certains souhaiteraient que Poutine soit présent.

Le président français Emmanuel Macron a affirmé la nécessité de poursuivre le dialogue avec le président russe, le chancelier allemand Olaf Scholz a admis que « ce serait bien si Poutine y allait », et le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan estime que la participation de son homologue russe serait appropriée.

Tout cela avec en toile de fond le soutien de la Chine. Le Washington Post a écrit que les pays occidentaux sont alarmés par le partenariat entre Poutine et Xi. Les sources du journal ne pensent pas que Pékin refusera de soutenir la Russie lors du sommet, même après la rencontre entre M. Biden et le chef d’État chinois.

Lavrov est en mission

Bien que plusieurs jours se soient écoulés depuis l’annonce du voyage de Sergey Lavrov, on ignore encore si des rencontres bilatérales sont prévues pour le ministre russe. En particulier, Moscou n’a pas encore évoqué une éventuelle rencontre avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov. © OZAN KOSE

Jusqu’à présent, les principales informations concernant M. Lavrov à Bali ont été diffusées lundi par l’agence AP et d’autres médias occidentaux, qui ont rapporté qu’il avait été hospitalisé pour des problèmes cardiaques peu après son arrivée.

La porte-parole du ministère des affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que ces informations étaient des « fake news de haut niveau ». La diplomate, qui se trouve également à Bali, a déclaré qu’elle lisait les nouvelles avec le ministre des affaires étrangères et qu’ils ne pouvaient « pas en croire leurs yeux ».

Plus tôt, elle a annoncé que Lavrov prévoit de parler au sommet des initiatives de la Russie pour fournir de la nourriture et de l’énergie aux marchés étrangers. En outre, l’ordre du jour de Moscou prévoit de présenter son projet de renforcement de la coopération gazière avec la Turquie.

En général, cela s’inscrit dans l’agenda officiel du G20. Selon des informations préliminaires, les participants au sommet prévoient de discuter des questions de santé, de la transition vers une énergie durable et de la transformation numérique.

Cependant, on ne sait pas si le sommet de Bali 2022 sera utile pour aider le monde à faire un pas en avant dans la résolution de la crise ukrainienne, comme certains l’attendent. Jusqu’à présent, toutes les déclarations des dirigeants occidentaux ont indiqué le contraire.

Les pays occidentaux font pression sur l’hôte du sommet pour exclure la Fédération de Russie de l’événement depuis que Vladimir Poutine a annoncé l’opération militaire en Ukraine en février dernier. Par exemple, le conseiller à la sécurité nationale du président américain, Jake Sullivan, a déclaré que la Russie ne pouvait plus prendre part aux affaires de la communauté internationale « comme d’habitude », tandis que le ministre polonais des affaires étrangères, Zbigniew Rau, a même suggéré que son pays prenne la place de Moscou dans le club du G20.

L’Indonésie a néanmoins envoyé une invitation au président Poutine, malgré les pressions.

Le président ukrainien Vladimir Zelensky a également été invité à participer à la réunion, bien que son pays ne soit pas membre du G20 et qu’il soit loin de répondre aux critères.

Toutefois, les dirigeants des deux pays ne se seraient de toute façon pas rencontrés en personne. M. Zelensky a également refusé de se rendre à Bali, mais il devrait participer au sommet sous une forme en ligne.

Attentes et réalité

Oleg Barabanov, directeur de programme du Valdai International Discussion Club de Moscou, estime qu’il est préférable de séparer les questions classiques à l’ordre du jour du G20 des attentes concernant d’éventuels accords sur l’Ukraine qui auraient pu être conclus en marge du sommet avec la participation de Vladimir Poutine.

« L’agenda annuel du G20 prévoit de discuter de l’économie verte, ainsi que de la lutte contre la pauvreté et les inégalités. L’une des principales questions qui seront abordées en Indonésie cette année est le redressement après la pandémie de Covid-19. Bien qu’il soit dommage que Poutine n’y prenne pas part, ces questions seront néanmoins examinées avec la participation de Lavrov », a déclaré Barabanov à RT.

D’autre part, il affirme que diverses discussions en coulisses, réunions et recherches de compromis sur la crise auraient vraiment pu avoir lieu à Bali. « De toute évidence, il ne se passera rien maintenant. Et les attentes selon lesquelles le sommet du G20 pourrait conduire à une percée dans le règlement du conflit ukrainien n’étaient pas justifiées », a déploré l’expert.

Le directeur académique du Centre for Comprehensive European and International Studies (CCEIS) de la Higher School of Economics, Timofey Bordachev, met à son tour en garde contre l’exagération de l’impact de l’absence de Poutine au sommet de Bali.

« Dans l’ensemble, rien ne sera perdu du fait que Poutine ne se rendra pas au G20. Je ne pense pas que les Chinois en seront très heureux. Ils veulent que des formats comme celui-ci se poursuivent, car le rôle de leader va progressivement passer de l’Occident à la Chine. Ce sera également un peu désagréable pour les pays occidentaux qui voulaient se donner en spectacle devant le président russe. Désormais, le spectacle se déroulera devant Lavrov. La Russie ne perdra rien du tout, car elle n’est confrontée à aucun problème dépendant de la coopération du G20. Je ne pense pas que les Indonésiens seront trop offensés non plus. Ils ont repoussé toutes les tentatives des Etats-Unis d’exclure la Russie, mais ils l’ont fait pour leur propre bien, pour montrer que l’Indonésie n’est pas redevable aux Etats-Unis », a déclaré Bordachev à RT.

« Cela n’a pas beaucoup de sens pour la Russie d’aller au G20 maintenant. Pour que Poutine y apparaisse, il fallait que la Russie ait un avantage quelconque, qu’il soit militaire, économique ou politique. Par exemple, l’avancée dans le Donbass, mais certainement pas l’évacuation de Kherson. En outre, il est nécessaire d’avoir un soutien international – ici, la Russie a au moins des contacts avec la Chine et l’Inde. Il faut aussi proposer ses propres initiatives, apporter une mallette avec soi. La Russie n’a pas réussi à le faire aujourd’hui, ce qui signifie qu’il est, en fait, inutile d’y aller. C’est une chose si vous avez beaucoup d’autorité, et une autre quand vous avez des problèmes », a déclaré M. Suzdaltsev.

L’Occident a paralysé le G20 en poursuivant la confrontation avec la Russie et la Chine, mais l’organisation reste indispensable
Lire la suite L’Occident a paralysé le G20 en cherchant la confrontation avec la Russie et la Chine, mais l’organisation reste indispensable.
Vladimir Zharikhin, directeur adjoint de l’Institut des pays de la CEI, pense qu’il peut être utile de communiquer avec les dirigeants des pays non-G7 lors du G20.

« L’importance du G20 va quelque peu diminuer en raison de l’absence de Poutine. Peu importe le nombre de choses désagréables qu’ils lui lancent, il est l’un des principaux dirigeants du monde. Oui, Lavrov sera présent. Mais, comme le dit le proverbe, le sable ne remplace pas l’avoine. Avec tout le respect que je dois au ministre russe des affaires étrangères, cela constitue, bien sûr, une baisse du niveau de représentation et une diminution de l’importance du G20. Après tout, ils vont y discuter de problèmes mondiaux urgents, dont l’un est le vaste conflit entre la Russie et l’Occident. Il est beaucoup plus difficile d’en discuter sans la participation de Poutine », a expliqué M. Zharikhin.

Où va le G20 ?

Le format du G20 est né à la fin des années 1990, après la crise financière asiatique, lorsque les pays principalement occidentaux des « sept grands » (États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon et Canada) ont réalisé qu’un certain nombre de grandes économies ne participaient pas aux discussions sur les questions mondiales. Les nouveaux venus invités à la table sont l’Argentine, l’Australie, le Brésil, l’Inde, l’Indonésie, la Chine, le Mexique, la Russie, la Turquie, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite et l’Union européenne.

Toutefois, le format n’a pas atteint son statut actuel avant la prochaine crise financière mondiale, en 2008-2009. Auparavant, les réunions n’avaient rassemblé que les ministres des finances et les dirigeants des banques centrales. Toutefois, par la suite, les dirigeants mondiaux eux-mêmes se sont réunis lors de ces sommets annuels pour se consulter, avant tout, sur les questions financières et économiques. En 2013, le G20 s’est tenu à Saint-Pétersbourg.

L’objectif de ce format était de parvenir à une stabilité économique mondiale et de créer les conditions d’une croissance durable, tout en réduisant le risque de survenue de crises financières.

Les pays du G20 abritent les deux tiers de la population mondiale. Ils représentent également 85 % du PIB mondial et environ 75 % du commerce mondial.

Les experts russes se sont montrés sceptiques quant à l’efficacité du groupe ces dernières années.

« En général, le G20 et le G7 représentent tous deux tout ce qui est bon contre tout ce qui est mauvais. Année après année, ils publient de beaux communiqués appelant à toutes les bonnes choses. Mais il est difficile de dire quelle part de tout cela est réellement mise en œuvre dans la politique réelle. En outre, chaque année, un nouveau pays président fixe les tâches pour l’année, tout en ignorant ce que son prédécesseur avait inclus », souligne Barabanov.

Selon Bordachev, les dernières années ont trahi le manque d’efficacité du club pour résoudre les problèmes les plus importants de l’économie mondiale.

« Ces dernières années, il semble que chacun ait résolu ses problèmes individuellement. Le format existe, et personne ne veut l’abandonner car tout le monde veut une scène sur laquelle s’exprimer, mais chacun agit en réalité dans son propre intérêt. La Chine essaie de reconstruire progressivement ces institutions et ces organisations, que l’Occident a créées avec ses propres objectifs, selon sa propre vision. Et maintenant, il est important que les pays occidentaux fassent front commun pour montrer leur unité au monde. Mais, bien sûr, les erreurs et les problèmes qui ne peuvent être résolus ne seront pas reconnus dans le communiqué général », prévoit-il.

Zharikhin partage un point de vue similaire. Selon lui, toutes les réunions et tous les accords sont devenus dévalués parce que « l’ancien leader du monde, les États-Unis, construit sa politique comme dans un jeu sans règles. »

« Demain, ils diront qu’ils en ont décidé autrement – nous nous souvenons de la façon dont ils se sont retirés des traités et n’ont pas respecté leurs obligations ». Objectivement, toutes les organisations internationales, à commencer par l’ONU, perdent de leur influence. Mais l’intérêt d’y participer demeure, précisément pour communiquer avec les pays non occidentaux qui sont prêts à rechercher un compromis », estime-t-il.

M. Suzdaltsev convient qu’il n’y a pas beaucoup de vie dans les résolutions du G20, car elles contiennent surtout des orientations pour l’avenir.

« Mais il y a un élément de négociation dans les sommets de ce type, et le G20 offre un forum pour cela. C’est toujours mieux que d’avoir une guerre », dit-il.

Par Maxim Hvatkov, journaliste russe spécialisé dans la sécurité internationale, la politique de la Chine et les outils de soft power.

Source: https://www.rt.com/news/566439-g20-summit-without-putin –  Traduit de l’anglais :Arrêt sur inforetsurinfo.ch/

Imprimer