L’actrice Maria Schneider n’avait pas été prévenue de la « scène de viol » @ capture d’écran


Hier, entendre les commentateurs qualifier Bernardo Bertolucci de « dernier représentant de l’âge d’or du cinéma italien » m’a été pénible.

Comment pouvait-on tresser tant d’éloges à un homme qui avait anéanti la vie de l’actrice Maria Schneider ?

Le Dernier tango à Paris, vu en 1972, m’avait profondément indignée. Indignée aussi les commentaires de ceux qui eux avaient « adoré » ce film.

«J’ai eu l’impression d’être violée à la fois par Bertolucci et Brando. Marlon ne s’est pas excusé après la scène. Heureusement il n’y a eu qu’une seule scène !» dira en 2007 Maria Schneider qui ne s’en est jamais remise.

La scène du beurre est une idée que j’ai eue avec Brando le matin du tournage”, précisait sans honte ni regret, en 2013, Bertolucci. Et de préciser qu’il n’a pas prévenu Maria Schneider (19 ans), parce qu’il souhaitait qu’elle réagisse « comme une fille, et pas comme une actrice. […] Ensuite, elle m’a haï toute sa vie. » 

En 2013 Bertolucci admet avoir planifié cette scène à l’insu de la comédienne

 

Vanessa Schneider raconte le destin brisé de sa cousine l’actrice Maria Schneider

 

Patti Smith a dédié une chanson à « Maria »

 

Source: Arrêt sur info.ch

Imprimer