Un article paru récemment dans Foreign Affairs révèle que Kiev et Moscou auraient pu conclure un accord provisoire pour mettre fin à la guerre en avril dernier.

Par Connor Echols

Publié le 2 SEPTEMBRE 2022 sur Responsible Statecraft sous le titre Diplomacy Watch: Did Boris Johnson help stop a peace deal in Ukraine?

La Russie et l’Ukraine pourraient s’être entendues sur un accord provisoire pour mettre fin à la guerre en avril, selon un récent article de Foreign Affairs.

« Les négociateurs russes et ukrainiens semblent s’être mis d’accord provisoirement sur les grandes lignes d’un règlement intérimaire négocié », ont écrit Fiona Hill et Angela Stent. « La Russie se retirerait sur sa position du 23 février, lorsqu’elle contrôlait une partie de la région de Donbass et toute la Crimée, et en échange, l’Ukraine promettrait de ne pas chercher à adhérer à l’OTAN et de recevoir à la place des garanties de sécurité de la part d’un certain nombre de pays. »

La nouvelle souligne l’impact des efforts de l’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson pour mettre fin aux négociations, comme l’a noté le journaliste Branko Marcetic sur Twitter. La décision de saborder l’accord a coïncidé avec la visite de Johnson à Kiev en avril, au cours de laquelle il aurait exhorté le président ukrainien Volodymyr Zelensky à rompre les pourparlers avec la Russie pour deux raisons essentielles : On ne peut négocier avec Poutine et l’Occident n’est pas prêt à voir la guerre se terminer.

Cette révélation apparente soulève quelques questions essentielles : Pourquoi les dirigeants occidentaux veulent-ils empêcher Kiev de signer un accord apparemment favorable avec Moscou ? Considèrent-ils le conflit comme une guerre par procuration avec la Russie ? Et, surtout, que faudrait-il faire pour revenir à un accord ?

Pour l’instant, nous ne pouvons que spéculer sur les réponses aux deux premières questions. La troisième n’est peut-être pas moins difficile, d’autant que l’Ukraine et la Russie ont toutes deux (du moins publiquement) considérablement durci leurs positions de négociation au cours des derniers mois. Mais il existe certains indices qui pourraient nous aider à y répondre.

L’une des voies possibles pour revenir à un accord de paix consiste à s’appuyer sur l’accord céréalier de juillet, dans lequel Kiev et Moscou ont convenu de relancer les exportations de blé depuis les ports ukrainiens de la mer Noire. Cet accord a tenu bon malgré la poursuite des hostilités, permettant à plus d’un million de tonnes de céréales d’entrer sur le marché mondial jusqu’à présent. Cet accord montre que chaque partie est au moins intéressée à réduire l’impact mondial de la guerre.

L’autre option est plus complexe mais non moins importante. Pas plus tard qu’hier, une équipe d’inspecteurs internationaux est arrivée à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, tenue par les Russes, qui a été menacée par des bombardements à proximité ces dernières semaines. Cette visite, qui permettra aux experts de s’assurer que la centrale reste dans un état sûr, est le résultat de pourparlers intensifs, soutenus par la pression de la communauté internationale. Dans ce cas, la Russie et l’Ukraine signalent toutes deux leur volonté d’éviter une catastrophe nucléaire.

En d’autres termes, Kiev et Moscou ont tous deux montré qu’ils souhaitaient atténuer les effets secondaires du conflit et qu’ils étaient prêts à négocier avec l’ennemi pour y parvenir. Mais tant que cette guerre s’éternisera, les populations du monde entier continueront à souffrir et le spectre d’un événement catastrophique – qu’il s’agisse d’une frappe errante sur une centrale électrique ou d’une escalade incontrôlée vers une guerre nucléaire – continuera à planer. Il est temps pour la Russie, l’Ukraine et l’Occident de reconnaître qu’il n’y a qu’une seule façon de mettre fin à ces risques : Déposer les armes et venir à la table des négociations.

Dans d’autres nouvelles diplomatiques liées à la guerre en Ukraine :

– L’Union européenne devrait suspendre un accord sur les visas avec la Russie, ce qui rendra plus difficile (et plus cher) pour les touristes russes de visiter les pays de l’Union, selon Reuters. Cette décision est un compromis entre les membres de l’UE qui veulent interdire à tous les voyageurs russes d’entrer dans l’espace Schengen et d’autres qui considèrent qu’une telle mesure est contre-productive. Dans une déclaration commune, la France et l’Allemagne ont expliqué leur opposition à une interdiction totale : « Nous mettons en garde contre des restrictions de grande ampleur de notre politique de visas, afin d’éviter de nourrir le récit russe et de déclencher des effets involontaires de ralliement autour du drapeau et/ou d’éloigner les générations futures. »

– Selon le Guardian, la Russie a bloqué un accord de l’ONU visant à renforcer le traité de non-prolifération nucléaire (TNP), invoquant des inquiétudes quant aux clauses liées à la situation de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia. Cette décision souligne l’effet négatif que l’invasion de la Russie a eu sur les efforts de non-prolifération ces derniers mois. Mais, comme l’a affirmé Shannon Bugos dans Responsible Statecraft, Washington devrait tout de même faire tout ce qui est en son pouvoir pour travailler avec Moscou afin de réduire les stocks nucléaires de chaque pays. « Le cadre d’un accord américano-russe sur le contrôle des armements n’est pas parfait et nécessitera des concessions de la part de Washington et de Moscou », écrit Shannon Bugos. « [M]ais cela fait partie du marché de la maîtrise des armements, et les avantages, comme la non-utilisation des armes nucléaires dans les guerres depuis 1945, ont toujours été supérieurs aux coûts perçus. »

– Jeudi, le président français Emmanuel Macron a exposé en détail sa position à l’égard de la guerre en Ukraine, selon AP. M. Macron a affirmé que l’Europe « doit se préparer à une longue guerre » afin de mettre l’Ukraine dans la meilleure position possible pour les négociations. Il a également défendu sa décision de continuer à discuter avec Poutine, affirmant que « nous devons tout faire pour rendre possible une paix négociée. »

Nouvelles du département d’État américain :

Lors d’un point de presse mardi, le porte-parole Vedant Patel a répondu aux préoccupations selon lesquelles les transferts d’armes américaines vers l’Ukraine ont fait  chuter les stocks d’armes du Pentagone à des niveaux « inconfortablement bas ». « Les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple ukrainien depuis 31 ans, et nous continuerons à nous tenir fermement à ses côtés alors qu’il défend sa liberté et son indépendance », a déclaré Patel. « Nous allons continuer à nous tenir aux côtés de l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra ».

Source: Responsible Statecraft 

Traduction : Arrêt sur info

Voir aussi:

West killed peace proposal to end Ukraine war, Russia supported negotiated settlement, 4 sept. 2022.

Source: Multipolarista

 

https://youtu.be/LpJMqs1yG1A

Imprimer