Les Américains vont bientôt élire leur nouveau Président, librement et démocratiquement, bien sûr. Le reste du monde, faisant traditionnellement preuve de bonnes manières et de politesse, va simplement regarder la course présidentielle aux États-Unis avec une curiosité et un intérêt véritables.

Comme la plupart des gens de ce côté de l’Atlantique, à l’heure actuelle, je ne vois aucun des candidats à la présidentielle comme un gagnant à coup sûr de la fascinante campagne de cette année. Mais à l’écoute de Donald Trump et d’Hillary Clinton, les deux candidats les plus probables, j’en reviens continuellement à la même question comme par le passé : pour l’amour du ciel, l’Amérique est une grande nation et a des millions de gens talentueux, intelligents, instruits et sages, mais où sont-ils donc passés ? Pourquoi ne vont-ils pas postuler à la Présidence de leur fière nation ?

Où sont les diplômés universitaires de la classe moyenne qui travaillent dur et possèdent le sens commun, les mains propres, la conscience claire, et un penchant marqué pour les actions qui leur fait gagner le respect universel dans leurs communautés ? Et où est passé cet homme honnête, Ron Paul ? Pourquoi les gens d’une intégrité morale similaire et d’une réputation impeccable n’osent-ils pas concourir à la présidentielle et se faire élire ? Je ne sais pas. Mais je ne suis pas Américain, alors comment pourrais-je avoir une réponse ?

Quoi qu’il en soit, il y a au moins une chose positive en ce qui concerne les élections présidentielles américaines. Aucun milliardaire étranger fou, vivant à l’étranger, aucune nation étrangère ni ses dirigeants, ni l’agence de renseignement d’un quelconque État étranger, ne va intervenir. Personne ne va être assez idiot et intrusif pour envoyer des milliards de dollars pour influencer la campagne présidentielle américaine, d’une manière ou d’une autre. Et si vous pensez que cela est naturel et juste et que cela devrait être la norme partout ailleurs dans le monde, alors vous avez tort. Ce n’est malheureusement pas le cas.

Imaginez comment se sentiraient les Américains si une super-puissance étrangère, disons, avec une population de deux milliards d’habitants et un budget de la défense dix fois supérieur à celui de l’Amérique, interférait dans la course présidentielle américaine dans le but de soutenir sa marionnette ? Ou que cette super-puissance étrangère travaillait dur pour aider à renverser un Président américain élu démocratiquement au milieu de son mandat, simplement parce qu’il ou elle n’a pas été apprécié(e) dans la capitale de cette super-puissance. Rien de cela ne se produira jamais. Sans même le savoir, les électeurs américains sont donc très chanceux. En fin de compte ils n’auront seulement qu’eux-mêmes à blâmer s’ils finissent par détester leur prochain Président.

Michael Zoldy

Michael Zoldy est un journaliste slovaque, traducteur et interprète résidant à Bratislava

Article original de Michael Krieger, publié le 3 Mars 2016 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr 

 

Source: http://versouvaton.blogspot.fr

Imprimer