Par Alastair Crooke, 12 juin 2022

Berlusconi a écrit cette semaine dans Il Giornale que l’Occident est isolé, en raison de sa monomanie ukrainienne :

« La réponse de l’Occident [à l’Ukraine] a été unanime – mais qu’entendons-nous par Occident ? Les États-Unis, l’Europe et certains pays de la région Pacifique qui ont des liens traditionnels avec les États-Unis, dont l’Australie et le Japon. Et les autres pays du monde ? Presque rien« .

C’est précisément cela. L’Ukraine est une lutte intra-européenne pour l’identité qui remonte à la chute de Rome.

Il est compréhensible que les États du Moyen-Orient restent à l’écart, en tant que « spectateurs », mais cela ne signifie pas qu’ils éviteront de devenir des « victimes » dans cette catastrophe européenne. Ils le seront.

En substance, dans sa rage de nuire à la Russie, l’establishment occidental a fait chavirer les équilibres délicats qui sous-tendent la structure financière mondiale. De manière impulsive et irréfléchie, ils ont « libéré » les produits de base – de la nourriture à l’énergie en passant par les éléments rares – pour qu’ils s’envolent en valeur, en tant que « choses » à nouveau considérées comme possédant une valeur inhérente propre.

Au lieu d’être la base collatérale supprimée d’une pyramide d’ « actifs » en monnaie fiduciaire que l’inflation dévore chaque année, les produits de base, et non les dollars ou les euros fiduciaires, deviennent la monnaie vers laquelle le « monde des spectateurs » est attiré, comme une voie alternative au commerce.

Bien sûr, ce n’est pas seulement l’Ukraine qui est à l’origine de cette situation. Deux autres facteurs clés jouent un rôle : Premièrement, la notion d' »économie Krugman » selon laquelle les gouvernements doivent « imprimer pour dépenser ». L’augmentation des dépenses publiques a déjà déclenché l’inflation (avant l’Ukraine) et ébranle actuellement la confiance dans les monnaies fiduciaires qui se déprécient et n’ont plus aucune valeur.

La seconde est l’adhésion de l’élite occidentale à une « transition mondiale » (c’est-à-dire une fuite en avant) des combustibles fossiles. Pourquoi ? Parce qu’en entendant des déclarations qui sont inlassablement absolues, telles que : « la science est établie », on prend conscience que l’on a affaire à une secte et non à la science. Encadré en termes absolus, il n’accepte aucune autre science ou perspective plus large qui pourrait nuancer la méta-narration.

L’Europe était déjà en train de bousculer ses barrières sur la « transition ». Il est clair que l’Ukraine « sert » davantage d’accélérateur, en « sevrant » (notez le langage chargé) l’Europe de la dépendance énergétique russe.

Mais, comme si cela ne suffisait pas à enflammer les prix des matières premières, l’Europe s’est surpassée en préconisant l’interdiction des achats d’énergie russe – ce qui a encore augmenté la flamme et fait littéralement déborder les pots. Les prix ont grimpé en flèche, car les Européens paieront davantage pour des approvisionnements énergétiques de substitution, même si une interdiction plus complète s’est avérée impossible à mettre en œuvre.

D’accord – c’est une chose pour l’Europe et les États-Unis de dire que l’inflation qui s’ensuivra, la contraction industrielle qui en résultera, l’urgence alimentaire qui sera aggravée et les douleurs de la faim qui s’étendront à toute la société, en valent la peine.

Que « réaffirmer l’ordre libéral en sauvant l’Ukraine » – même si c’est en risquant l’effondrement économique de l’Europe – est pleinement validé par l’humiliation de Poutine à tout prix. Mais pourquoi les États du Moyen-Orient qui ne sont pas des producteurs de matières premières devraient-ils eux aussi payer le prix extrême de la vanité de l’Europe ?

Comme l’a laissé entendre M. Berlusconi, ces États ne considèrent pas nécessairement Poutine ou la Russie comme leur ennemi. Nombreux sont ceux qui voient plutôt en la Russie un allié potentiel, mais il est certain que le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Amérique latine sont tout sauf attachés à l' »ordre » fondé sur les règles imposées par les États-Unis. Ils n’ont pas de peau dans ce combat de chats intra-européen.

Pourtant, ce qui attend leurs sociétés est là comme « écrit sur le mur » – au Sri Lanka et au Pakistan. Le Pakistan doit rembourser plus de 21 milliards de dollars de dette extérieure au cours de la prochaine année fiscale. Il est également confronté à une forte inflation alimentaire et à des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, le gouvernement cherchant à importer au moins 3 millions de tonnes de blé et 4 millions de tonnes d’huile de cuisson pour pallier les pénuries.

Dans le même temps, quelque 40 000 usines de Karachi risquent de fermer en raison de la hausse des coûts de l’électricité, ce qui rend leur fonctionnement quasiment impossible. Les élites, obnubilées par leur programme de « transition », semblent avoir perdu de vue le truisme selon lequel l’énergie – ressources humaines et fossiles, alimentaires et matérielles – constitue effectivement l’économie. Une composante voit plutôt la crise comme une opportunité – bien que douloureuse – d’accélérer la transition.

Aujourd’hui, un establishment occidental désespéré semble vouloir poursuivre une « longue guerre d’usure » militarisée par procuration pour affaiblir la Russie. Malheureusement, cette stratégie entraînera probablement la mort de nombreuses personnes par la faim. Le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial a averti que 49 millions de personnes dans 43 pays seront bientôt confrontées à la famine.

L’urgence alimentaire, comme l’inflation, n’est pas causée par l’Ukraine, même si la situation d’un grand producteur de blé pris dans un conflit militaire l’aggrave évidemment. La crise alimentaire est plus directement liée à des facteurs de « transition » (l’écologisation de la production alimentaire), ainsi qu’aux changements structurels dans les économies néolibérales (où la production alimentaire a été délocalisée).

La perversité de tout ce mal qui s’annonce réside dans sa brutale insouciance : L’Europe n’a pas réfléchi à sa stratégie de sanctions à l’encontre de la Russie avant de la déclencher, tant elle était convaincue que la Russie s’effondrerait presque immédiatement. Les ministères des affaires étrangères qui ont élaboré les plans n’ont même pas envisagé un seul instant la possibilité que la Russie ne subisse pas d’effondrement économique, et encore moins que son économie se stabilise (comme elle l’a fait).

Et les planificateurs n’ont pas réfléchi à l’effet de leur guerre militaire par procuration sur l’opinion publique russe. Ils ont présumé, sans y réfléchir, que les forces militaires russes étaient si maladroites qu’elles devaient inévitablement perdre. Ils n’ont jamais envisagé la possibilité d’un durcissement de l’opinion russe à mesure que l’opération militaire progressait. Ils ont plutôt tenu pour acquis que l’opinion publique russe se retournerait contre Poutine à mesure que le vent tournerait contre les forces russes, et qu’il serait chassé du pouvoir. L’idée que la Russie puisse gagner en Ukraine était considérée comme un signe de déloyauté en Occident, voire de trahison.

En fin de compte, les dirigeants de l’UE doivent faire face à leurs propres électeurs pour ces graves erreurs de jugement, amplifiées par une propagande triomphaliste dont on verra qu’elle a trompé les électeurs, et pour laquelle ils seront en colère. Mais l’essentiel – malheureusement – est que ces divers maux du système économique occidental sont structurels. Un nouvel ensemble de dirigeants n’aura pas de « solution miracle » pour y mettre fin rapidement.

Alastair Crooke

Source : Al Mayadeen

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer