Houthi

L’USS Lewis B. Puller quitte la station navale de Norfolk en juillet 2017. / Photo de l’US Navy par Bill Mesta.


C’est une histoire douloureuse pour les familles de trois membres des forces spéciales de la Navy SEAL. Deux d’entre eux ont disparu en mer et un troisième a été grièvement blessé lors d’une mission effectuée le 11 janvier dans le golfe d’Aden, entre le Yémen et la Somalie. Cette mission n’aurait jamais dû être ordonnée et, lorsque tout a mal tourné, elle a été dissimulée par une série de mensonges.

Pourquoi parler de deux morts et d’un blessé alors qu’un président a entraîné indirectement l’Amérique dans des guerres en Ukraine, en Israël, au Yémen et ailleurs au Moyen-Orient ? En soixante ans de chasse aux histoires occultées, j’ai appris que c’est en fouillant dans les petits mensonges que l’on en apprend le plus sur les grands ! C’est ce qui s’est passé le mois dernier avec l’histoire des marins morts et blessés.

Leur cible était un navire de contrebande en bois, exploité par des Somaliens, soupçonné de livrer des missiles balistiques modernes ou des pièces détachées de missiles au nouvel ennemi de l’Amérique : les Houthis du Yémen. Depuis l’époque biblique, les Somaliens font passer des marchandises en contrebande dans la mer Rouge et l’océan Indien à bord de leurs voiliers en bois, appelés “boutres”. Peu d’entre eux sont équipés de moteurs ou de moyens de communication électronique, et les plus grands boutres, comme celui visé par les commandos de la marine, servent souvent de quartiers d’habitation pour les familles des contrebandiers.

Les commandos ont été affectés à un navire baptisé Lewis B. Puller, du nom d’un général de combat légendaire, le marine le plus décoré de tous les temps, qui a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale contre les Japonais, ainsi qu’en Haïti, en Amérique centrale et pendant la guerre de Corée. Le navire, conçu sur le modèle d’un pétrolier, est ce que la marine appelle une base mobile expéditionnaire, ce qui signifie qu’il est capable, grâce à ses ponts de chargement, de soutenir un grand nombre d’activités militaires aériennes et maritimes de tous les services, y compris celles des forces spéciales de la marine. Le Puller a été mis en service en 2017 dans un port de Bahreïn et n’a pas beaucoup fait parler de lui jusqu’à ce que l’on apprenne que la mission ratée des SEAL a eu lieu.

Le 13 janvier, le New York Times, citant deux responsables actuels et deux anciens responsables du Pentagone, a publié le premier récit des deux décès, qui auraient eu lieu alors que les SEALs tentaient de monter à bord d’un boutre en pleine nuit.

La mer était agitée et un SEAL a glissé de l’échelle d’embarquement. Selon le rapport initial, un deuxième SEAL aurait sauté à l’eau pour tenter de sauver son collègue et tous deux se seraient noyés. On ignore s’il se trouvait également sur l’échelle ou s’il a sauté de la vedette pneumatique RHIB (Rigid hulled inflatable boat) utilisée par les commandos pour approcher le navire. Un article du Times du 22 janvier sur l’incident, rédigé par Dave Philipps, connu pour ses excellentes sources dans la communauté des opérations spéciales, révèle qu’un troisième SEAL a tenté de grimper sur l’échelle pour monter à bord du boutre. Il est tombé pendant la tentative d’embarquement et a heurté la vedette. Il a été secouru et se trouve toujours dans un état critique.

Philipps a cité un ancien chef des SEALs expliquant que lui et ses collègues à la retraite étaient convaincus que l’histoire, telle que racontée par les fonctionnaires de l’administration, “n’a pas de sens. Quelque chose d’autre a dû mal tourner”.

À l’époque, la décision du président Biden, début janvier, de renforcer le portefeuille de guerre des États-Unis avait suscité des interrogations. Il s’est attaqué aux Houthis, qui avaient survécu à une guerre de sept ans avec l’armée de l’air saoudienne, soutenue par les bombes américaines et les renseignements de ciblage. Cette guerre s’est terminée par ce qui s’apparente à une capitulation saoudienne. Les attaques américaines, toujours soutenues par la puissance aérienne britannique, en sont à leur deuxième mois, et les principales compagnies maritimes du monde choisissent toujours de ne pas prendre le risque d’un raccourci de dix jours en naviguant de l’Europe à la mer Rouge en passant par le canal de Suez. La menace des Houthis est toujours présente, dans l’attente d’une décision israélienne de cesser son assaut dans la bande de Gaza. Ironiquement, ou tragiquement, M. Biden serait en train de dire aux Israéliens qu’un cessez-le-feu est nécessaire. Le monde est en train de se faire sa propre opinion sur M. Biden, qui brigue un second mandat.

Un ami sur qui compter

Le boutre somalien a permis à la Maison Blanche de justifier sa nouvelle offensive. Il était suivi par les services de renseignement américains depuis son départ de Somalie, car on pensait qu’il transportait des pièces de missiles balistiques dont les Houthis avaient besoin dans le cadre de leur campagne contre les navires occidentaux.

Revenons au Lewis B. Puller. La douzaine d’officiers supérieurs de tous les services affectés au centre de commandement du navire étaient enthousiastes à l’idée d’envoyer l’équipe de choc des SEAL intercepter le boutre, l’obliger à s’immobiliser et monter à son bord pour trouver des missiles balistiques ou des pièces d’armes provenant de l’Iran, connu des services de renseignement américains comme un soutien et un fournisseur de longue date d’armement au Yémen. Mais il y avait un sérieux problème. Il s’agit de ce que la marine appelle le code de l’état de la mer, basé sur la terminologie utilisée en océanographie pour décrire les conditions générales de la surface de l’océan, déterminées par trois facteurs clés : le vent, les vagues et la houle.

Il existe dix catégories d’état de mer, et les SEALs peuvent opérer sans problème et en toute sécurité jusqu’à l’état de mer niveau 3. Un officier supérieur expérimenté de la marine américaine, aujourd’hui à la retraite, m’a expliqué que même des vagues de 1 ou 2 mètres peuvent parfois poser des problèmes à un pétrolier de la marine qui tente de ravitailler un porte-avions, mais qu’il est possible d’y parvenir grâce à des manœuvres expertes. Aucun navire chargé de carburant de combat à indice d’octane élevé ne souhaite s’écraser sur le flanc d’un porte-avions.

Lorsque la mer monte, au niveau 4 ou 5, les vagues et le courant plus fort rendent l’abordage d’un navire ciblé, même d’un boutre en bois, extrêmement dangereux, en partie à cause de la difficulté à manipuler les échelles en acier, connues sous le nom d’échelles de spéléologie, qui constituent l’équipement d’abordage standard des SEALs. Les marches sont des tubes d’aluminium légers reliés par des câbles d’acier tout aussi légers.

Ce qui est difficile à faire en état de mer 3 est mortellement dangereux en état de mer 4 ou 5, m’a dit un officier de la marine à la retraite, qui a des années d’expérience dans les opérations spéciales. “Les vagues montent et descendent de deux mètres et plus, et on ne monte pas à bord d’un navire dans une mer agitée”, a-t-il déclaré. Il a ajouté que les capitaines des navires de combat qui terminent un long déploiement comprennent que les équipages qui doivent prendre une permission à terre ne sont pas autorisés à quitter le navire dans des eaux aussi agitées.

L’officier à la retraite a raconté que lorsque l’officier du Puller chargé de toutes les missions d’opérations spéciales, un colonel de l’armée de terre, a dit au chef de l’équipe SEAL de “préparer son équipe”, le chef de l’équipe lui a dit de regarder par la fenêtre. Son message était : “Il faisait nuit et la mer était trop agitée. Et cela dépassait les capacités de son équipe”. L’officier à la retraite a ajouté : “Il s’agissait d’un différend entre le commandant sur place et le responsable des SEALs”.

Le chef de l’équipe SEALs a refusé. Mais il a reçu l’ordre de mener à bien la mission, malgré les problèmes météorologiques évidents, et c’est ce qu’il a fait.

Les questions qui n’ont pas été posées, selon l’officier à la retraite, sont les suivantes: “Savons-nous si le boutre transporte un missile balistique ou une boîte remplie de pièces détachées de missiles ?” Non. “Pouvez-vous obtenir les coordonnées d’un site de lancement ?”. Non. “Ou une carte de tous les sites de lancement des Houthis ?”. Non. “Les contrebandiers somaliens savent-ils faire la différence entre une caisse de Johnny Walker Red et une de Johnny Walter Black ?”. Oui.

La décision d’ignorer les préoccupations du patron des SEALs a été considérée par la communauté américaine des SEALs, en colère, comme “au-delà de toute planification rationnelle” et comme “un désastre à venir”. J’ai appris qu’un membre haut gradé de cette communauté, aujourd’hui à la retraite, a écrit une lettre privée au Secrétaire à la Défense Lloyd Austin, demandant que l’officier qui a passé outre le commandant SEAL soit traduit devant une cour martiale pour manquement à ses devoirs en tant que patron de l’opération, n’en faisant qu’à sa tête. “Cela n’arrivera jamais”, m’a dit l’ancien officier. “Les SEALs morts resteront dans les annales de la marine comme des héros, pas comme des victimes.” Ce qu’il voulait dire, c’est que la marine ne reconnaîtrait jamais que l’équipe des SEALs n’avait rien à faire dans une mission de recherche et de destruction dans de telles conditions météorologiques.

Neuf SEALs se trouvaient peut-être à bord de la vedette pneumatique des SEALs – il y avait une deuxième embarcation sans SEALs à bord en guise de renfort – lorsqu’elle s’est élancée vers le boutre qui, comme on le lui avait ordonné, s’est arrêté et a indiqué qu’il pouvait être abordé. Trois SEALs ont entamé l’ascension périlleuse à bord du navire. On ignore ce qui s’est passé : l’un d’eux est-il tombé de l’échelle, faite de tubes d’acier et de maillons de chaîne ? Ou bien l’échelle, qui se balançait d’un côté à l’autre dans la mer agitée alors que deux SEALs effectuaient l’ascension et qu’un troisième attendait, a-t-elle été soudainement secouée par une énorme vague qui a projeté les hommes contre le flanc du boutre, les faisant perdre connaissance ou, pire encore, les faisant tomber à l’eau ? Le troisième SEAL, gravement blessé, n’a survécu que parce qu’il est tombé dans l’une des vedettes rapides.

Les SEALs qui sont montés sur le boutre “ont découvert le trésor”, m’a dit sardoniquement l’officier à la retraite.

“Il n’y avait quelques moteurs de fusée obsolètes, tous fabriqués en Iran, et quelques morceaux de missiles Styx datant des années 1950 et 1960, mais aucun composant de missile important dans la cargaison, à l’exception d’anciens moteurs et de quelques tubes utilisés lors d’attaques de missiles. Il y avait la cargaison habituelle d’alcools, de cigarettes, de vêtements de contrefaçon, de cassettes pornographiques”.

Les contrebandiers somaliens ont été faits prisonniers et embarqués sur des navires de la marine nationale venus sur les lieux, et le boutre a été envoyé par le fond.

Les deux décès ont été signalés, mais au cours des jours suivants, a déclaré l’officier à la retraite, toutes les personnes impliquées “jouaient le jeu”, passant autant de détails que possible sous silence. Le Lewis B. Puller a été confiné dans le plus grand secret. Les noms des morts ont été rendus publics, mais pas celui du survivant, s’il survit. C’est une histoire que personne dans la marine n’a envie de raconter. J’ai appris que le commandant du Lewis B. Puller, diplômé de l’Académie navale en 2000 et qui a passé sa carrière dans l’aviation navale – non pas en tant que pilote, mais en tant qu’officier d’interception radar – pourrait être discrètement mis à la retraite, si le système fonctionne comme il le fait habituellement.

L’histoire de l’arrogance et des tromperies de la marine remonte à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le chef des opérations navales était l’amiral Ernest King, un officier brillant qui a joué un rôle clé en conseillant le président Franklin Delano Roosevelt sur les questions militaires. Lorsqu’un assistant lui a demandé ce qu’il devait dire à la presse sur l’évolution de la guerre contre la flotte japonaise, King a fameusement répondu : “Ne leur dites rien. Lorsque la guerre sera terminée, dites-leur juste qui a gagné”.

Seymour Hersh

Article original en anglais publié le 16 février 2024 sur le blog de l’auteur sous  le titre: The Seals and the Dhow