Journaux à Teheran, Mars 2023


Les erreurs de Washington ont ouvert la voie à l’accord irano-saoudien de Pékin

Trita Parsi et Khalid Aljabri

Paru le 15 mars 2023 sur Foreign Affairs Magazine sous le titre How China Became a Peacemaker in the Middle East

Alors que l’équipe du président américain Joe Biden au Moyen-Orient se concentrait sur la normalisation des relations israélo-saoudiennes, la Chine a réalisé le développement régional le plus important depuis les accords d’Abraham : un accord mettant fin à sept années d’éloignement entre l’Arabie saoudite et l’Iran. L’accord de normalisation signé la semaine dernière par Riyad et Téhéran est remarquable non seulement en raison de ses répercussions positives potentielles dans la région – du Liban et de la Syrie à l’Irak et au Yémen – mais aussi en raison du rôle prépondérant de la Chine et de l’absence des États-Unis dans la diplomatie qui y a conduit.

Washington a longtemps craint l’influence croissante de la Chine au Moyen-Orient, imaginant qu’un retrait militaire américain créerait des vides géopolitiques que la Chine viendrait combler. Mais le vide en question  – créé par le retrait des troupes américaines – n’était pas militaire. C’était le vide diplomatique laissé par une politique étrangère qui privilégiait le militaire et faisait trop souvent de la diplomatie un pis-aller.

L’accord représente une victoire pour Pékin. En jouant le rôle de médiateur dans la désescalade entre deux ennemis jurés et les principaux producteurs de pétrole de la région, la Chine a contribué à garantir l’approvisionnement en énergie dont elle a besoin et a renforcé sa réputation d’intermédiaire de confiance dans une région accablée de conflits, ce que Washington n’a pas pu faire. Le succès de la Chine a été rendu possible en grande partie par les erreurs stratégiques des États-Unis : une politique autodestructrice qui associait la pression sur l’Iran à la supplication de l’Arabie saoudite a permis à la Chine d’émerger comme l’une des rares grandes puissances à avoir de l’influence sur ces deux États et à leur accorder sa confiance.

Pourtant, Washington mérite un certain crédit pour l’accord, même si ce n’est pas le genre de crédit qu’elle voudrait revendiquer. Par inadvertance, son approche conflictuelle de la région a incité l’Arabie saoudite à passer de la confrontation à la diplomatie avec l’Iran, ouvrant ainsi la voie à la médiation chinoise. Tant que les partenaires des États-Unis, comme l’Arabie saoudite, pensaient avoir carte blanche de Washington, ils ne s’intéressaient guère à la diplomatie régionale. Une fois que Riyad a estimé que la carte blanche avait été retirée, la diplomatie est devenue leur meilleure option.

DESERTE

Après quatre jours de négociations à Pékin la semaine dernière, une déclaration trilatérale conjointe a annoncé un accord entre l’Arabie saoudite et l’Iran pour la réouverture des ambassades et la reprise des relations diplomatiques dans un délai de deux mois. Les deux pays ont affirmé leur respect mutuel de la souveraineté et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’autre, et ont réactivé d’anciens accords de coopération en matière de sécurité et de commerce. L’accord prévoyait une future réunion entre les ministres saoudien et iranien des affaires étrangères afin de mettre en œuvre l’accord et de discuter des moyens de renforcer les relations bilatérales.

Les changements dans l’approche de l’Arabie saoudite vis-à-vis de l’Iran peuvent être attribués à deux événements. Premièrement, l’Arabie saoudite a été confrontée à un moment de vérité en septembre 2019, lorsqu’une attaque de drones et de missiles menée par les rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen a endommagé les installations pétrolières saoudiennes d’Abqaiq et de Khurais. L’attaque était une tentative apparente d’infliger des coûts au royaume saoudien pour soutenir les sanctions de “pression maximale” de Washington sur l’Iran. Les Saoudiens s’attendaient à ce que les États-Unis frappent l’Iran en représailles, compte tenu de la politique américaine de longue date consistant à utiliser la force militaire pour défendre les ressources pétrolières du Moyen-Orient, qui remonte à la présidence de Jimmy Carter. Mais le président Donald Trump n’avait aucun intérêt à risquer une guerre au nom de l’Arabie saoudite. La doctrine Carter n’existe plus : L’approche “America First” de Trump signifiait que tous les engagements et accords antérieurs des États-Unis reposaient sur des bases fragiles.

Le succès chinois a été possible en grande partie grâce aux erreurs stratégiques des États-Unis.

Les attaques iraniennes contre des infrastructures pétrolières essentielles et l’inaction américaine qui s’en est suivie ont représenté un tournant pour les Saoudiens, qui ont réalisé qu’ils ne pouvaient plus dépendre de Washington, même avec une administration favorable à l’Arabie saoudite et hostile à l’Iran. Selon des initiés saoudiens, les dirigeants du royaume se sont sentis personnellement “trahis”. Seulement deux ans plus tôt, alors que les Saoudiens pensaient avoir Trump et les États-Unis entièrement dans leur coin, le prince héritier Mohammed bin Salman avait déclaré à la télévision nationale saoudienne qu’il était “impossible de parler” à l’Iran et qu’il mènerait la lutte contre Téhéran “à l’intérieur de l’Iran, pas en Arabie saoudite.” Mais après avoir réalisé que l’Arabie saoudite ne pouvait plus se cacher derrière la puissance militaire américaine, la diplomatie directe avec l’Iran est soudain devenue beaucoup plus attrayante, comme en témoigne l’accueil favorable de Riyad aux efforts du gouvernement irakien pour servir de médiateur entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Les efforts de l’Irak pour désamorcer les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran ont commencé en 2020, après les attentats d’Abqaiq. Au début, les Irakiens faisaient passer des messages entre les deux parties.

En avril 2021, la facilitation irakienne s’est transformée en médiation, aboutissant finalement à six réunions en face-à-face en Irak et à Oman entre des responsables iraniens et saoudiens.

Le retrait américain d’Afghanistan a renforcé le message envoyé par l’inaction des États-Unis en 2019, confirmant à la plupart des acteurs du Moyen-Orient que les États-Unis quittaient effectivement la région. Même s’ils conservaient des troupes et des bases dispersées, les États-Unis avaient perdu leur volonté de se battre au Moyen-Orient ou pour le Moyen-Orient. Lorsque Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, a effectué une tournée dans la région après le retrait d’Afghanistan, les dirigeants ont exprimé leur frustration face à la politique erratique des États-Unis. Le président des Émirats arabes unis, Mohammed Bin Zayed, doutant de l’engagement de Washington en faveur de la sécurité de ses partenaires, a demandé un pacte de sécurité officiel approuvé par le Congrès.

ENTREZ DANS PÉKIN

Si l’éloignement de Trump du Moyen-Orient a poussé l’Arabie saoudite vers la diplomatie, l’approche “retour aux sources” adoptée ensuite par Joe Biden a également contribué à ouvrir la voie à l’émergence de la Chine en tant que nouvel artisan de la paix. Tout en cherchant à réorienter la politique étrangère des États-Unis vers d’autres défis et en s’engageant à faire de l’Arabie saoudite un “paria” pour le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, l’administration Biden a également entrepris de rassurer les partenaires régionaux en leur montrant qu’elle restait attachée à la sécurité du Moyen-Orient. Un projet antérieur de M. Biden visant à réduire de manière significative les niveaux de troupes américaines dans la région a été mis de côté. Cette décision a été motivée en grande partie par une vision globale de la concurrence entre grandes puissances, qui a renforcé la nécessité de consolider les partenariats susceptibles de contrer l’influence de la Chine. “Permettez-moi de dire clairement que les États-Unis vont rester un partenaire actif et engagé au Moyen-Orient”, a déclaré M. Biden dans un discours prononcé lors de sa visite en Arabie saoudite l’année dernière, ajoutant : “Nous ne nous éloignerons pas et ne laisserons pas un vide à combler par la Chine, la Russie ou l’Iran”. Comme l’a déclaré le sous-secrétaire à la défense Colin Kahl dans un discours prononcé lors du forum du dialogue de Manama au Bahreïn en novembre dernier, la lutte entre les États-Unis et la Chine “n’est pas une compétition de pays, c’est une compétition de coalitions”.

En conséquence, Washington a estimé qu’il devait garder ses partenaires proches de peur qu’ils ne “fassent défection” au profit de la Chine ou ne se rangent du côté de la Russie dans son invasion de l’Ukraine. En ce qui concerne l’Arabie saoudite, Joe Biden est passé de son engagement de “paria” et de ses efforts pour mettre rapidement fin à la guerre au Yémen à une visite dans le royaume pour le presser d’augmenter sa production de pétrole. Cependant, à la suite des engagements de Trump en matière de sécurité qui sont devenus caducs et des promesses de responsabilité abandonnées par Biden, l’Arabie saoudite et d’autres partenaires américains ont été loin de se conformer pleinement à la loi.

L’Arabie saoudite s’est rangée du côté de la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine lorsqu’elle a mené une réduction de la production de l’OPEP+ de deux millions de barils, a refusé de se joindre aux sanctions occidentales contre la Russie et a accueilli le président chinois Xi Jinping lors d’un sommet sino-arabe historique à Riyad. Donner plus au prince héritier saoudien et récompenser ses écarts de conduite ne l’a pas rendu plus malléable ; cela s’est retourné contre lui. (Ce n’est pas une surprise : les recherches menées par les politologues Patricia Sullivan, Brock Tessman et Xiaojun Li montrent que “l’augmentation de l’aide militaire américaine réduit de manière significative les comportements de coopération avec les États-Unis en matière de politique étrangère”). Washington s’est retrouvé dans la pire des positions, n’ayant pas entièrement la confiance de ses propres partenaires mais étant beaucoup trop proche de l’un d’entre eux pour maintenir un semblant d’impartialité, laissant un vide que la Chine a maintenant commencé à combler.

Pékin s’est efforcé de renforcer ses relations avec toutes les puissances régionales sans prendre parti ni s’empêtrer dans leurs conflits. Elle a réussi à maintenir de bonnes relations avec l’Iran, Israël et l’Arabie saoudite tout en restant totalement neutre dans les querelles qui les opposent. La Chine n’a conclu de pacte de défense avec aucune puissance du Moyen-Orient et n’entretient pas de bases militaires dans la région, s’appuyant sur une influence économique plutôt que militaire. Cette approche lui a permis d’émerger comme un acteur capable de résoudre les différends.

AU-DESSUS DE LA CRISE

La réaction de Washington à l’accord a été, d’une part, de saluer le rapprochement saoudo-iranien (en louant “tout effort visant à mettre fin à la guerre au Yémen et à désamorcer les tensions dans la région du Moyen-Orient”) et, d’autre part, de minimiser l’importance de la médiation chinoise. “Ce qui a permis d’amener l’Iran à la table des négociations, c’est la pression qu’il subit, à l’intérieur comme à l’extérieur, et pas seulement l’invitation des Chinois à discuter”, a souligné John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité. Pourtant, les discussions entre l’Arabie saoudite et l’Iran sur la normalisation sont en cours depuis plusieurs années, bien avant les manifestations qui ont éclaté en Iran l’année dernière ou les sanctions supplémentaires que M. Biden a imposées à l’Iran depuis son entrée en fonction.

En fin de compte, un Moyen-Orient plus stable, où les Iraniens et les Saoudiens ne sont pas à couteaux tirés, profite également aux États-Unis : à tout le moins, l’instabilité compromet le flux de pétrole en provenance de la région et ajoute une forte prime de risque aux prix de l’essence. Si le rôle de la Chine n’est pas vraiment inquiétant, Washington devrait le considérer comme un avertissement et une leçon. Si les États-Unis continuent de s’enliser dans les conflits de leurs partenaires régionaux, faisant ainsi partie du problème plutôt que de la solution, leur marge de manœuvre diplomatique deviendra de plus en plus limitée, cédant le rôle de pacificateur à la Chine. Les intérêts des États-Unis seraient mieux servis si Washington cessait de prendre parti dans les différends régionaux, renouait le dialogue avec tous les acteurs clés de la région et contribuait à développer une nouvelle architecture de sécurité dans laquelle une présence militaire américaine réduite encouragerait les puissances du Moyen-Orient à partager la responsabilité de leur propre sécurité.

Les États-Unis ne doivent pas laisser les États du Moyen-Orient avec la perception que les États-Unis sont un fauteur de guerre retranché tandis que la Chine est un pacificateur flexible. Heureusement, Washington a toutes les cartes en main pour éviter un tel scénario.

Trita Parsi et Khalid Aljabri

TRITA PARSI est vice-présidente exécutive du Quincy Institute for Responsible Statecraft. KHALID ALJABRI est un cardiologue saoudien en exil.

Source: https://www.foreignaffairs.com/china-became-peacemaker-middle-east

Traduction:Arretsurinfo.ch