Photo: Le Premier ministre Fidel CASTRO prononce un discours radiotélévisé au cours duquel il évoque les mesures prises par les Etats-Unis concernant Cuba. Le 22 octobre 1962. ©

Les tensions autour de l’Ukraine risquent de déborder, mais l’histoire montre qu’elles peuvent encore être apaisées.


Par Fyodor Lukyanov

Paru le 13 février 2022 sur Russia in Global Affairs sous le titre How the World Sleepwalked into Another Cuban Missile Crisis


Vers la fin de l’année dernière, la Russie a présenté à Washington et à l’OTAN un certain nombre d’exigences sévères, formulées sous la forme d’un ultimatum. Le contenu de deux projets de traités proposés à l’Occident appelait effectivement à une révision du système de sécurité européen tel qu’il existait depuis le début de la guerre froide.

L’enjeu de l’impasse croissante entre Moscou, les États-Unis et leurs partenaires européens n’est pas une question de tactique ou d’opportunisme, mais bien une question de principe. Il s’agit plutôt d’une question de principe. Toutefois, c’est également une question de principe pour l’Occident, car il considère le cadre actuel de la sécurité européenne comme très favorable et ancré dans les valeurs qu’il défend.

Par conséquent, l’Occident ne voit pas pourquoi il devrait remplacer le système existant par autre chose afin de rendre la Russie heureuse.

Les deux parties semblent donc avoir adopté des positions fermes sur la question. Malheureusement, les impasses comme celle-ci ne sont jamais résolues par une conversation à l’amiable. Dans le passé, elles étaient réglées par la guerre et le rééquilibrage consécutif du pouvoir. Mais à l’époque moderne, une guerre entre deux nations dotées de l’arme nucléaire est essentiellement hors de question en raison de la nature exceptionnelle des risques encourus.

Par conséquent, les deux parties tentent de prendre le dessus en s’appuyant sur leurs “avantages concurrentiels”.

L’avantage de la Russie vient du fait que ses capacités militaires dans la zone de conflit potentiel sont bien supérieures à celles des États-Unis et de l’OTAN, et que la Russie est en mesure d’appliquer la force si le pire scénario possible se réalise. Les nations occidentales, quant à elles, soulignent qu’elles ne s’impliqueraient en aucun cas directement dans le conflit.

L’avantage de l’Amérique réside dans sa domination internationale sur le domaine des médias et de l’information, y compris sa capacité à construire un récit mondial qui lui est favorable et très défavorable à la Russie : “Moscou est un agresseur prédateur et impitoyable ; il est du devoir de chacun de s’opposer à la Russie ; en gros, courez pour sauver vos vies avant qu’il ne soit trop tard”.

Les États-Unis utilisent déjà cet outil dans toute son ampleur, au point de ne pas tenir compte des intérêts du pays qu’ils prétendent protéger (l’Ukraine) et d’ignorer ses faibles appels à cesser de susciter l’hystérie de l’information.

En réalité, personne ne souhaite une solution militaire, car elle comporte des risques énormes pour toutes les parties. On pourrait établir un parallèle entre les développements actuels et la crise des missiles de Cuba en 1962, lorsque le monde était au bord de la guerre atomique. Avec certaines réserves, bien sûr : Il n’y a pas de menace directe de confrontation nucléaire entre les parties ; les ressources et les capacités des parties sont asymétriques ; la frontière entre danger réel et danger “virtuel” est devenue floue ; et les enjeux sont régionaux, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont faibles. Néanmoins, en termes d’hystérie perçue, les deux situations sont très comparables.

Le meilleur scénario serait le même que celui de la crise des missiles cubains. À un moment donné, les deux parties reconnaîtraient le grave danger que représente une nouvelle escalade et entameraient des négociations directes sur le fond afin d’élaborer les principes fondamentaux des garanties mutuelles. En 1962, cette approche a jeté les bases d’un nouveau système de relations entre les deux blocs, qui a rendu la seconde moitié de la guerre froide plus sûre, et la crainte d’un affrontement direct entre l’URSS et les États-Unis était nettement moins grande. Aujourd’hui, cela semble être la meilleure voie à suivre.

Fyodor Lukyanov

Fyodor Lukyanov, rédacteur en chef de Russia in Global Affairs, président du présidium du Conseil de politique étrangère et de défense et directeur de recherche du Valdai International Discussion Club.

Source: Russia in Global Affairs.

Traduction: Arrêt sur Info