Vladimir Poutine n’a pas été intimidé par les sévères sanctions occidentales.


Président Poutine 25 mars 2022 – Photo © Mikhail Klimentyev/Sputnik

Un professeur d’économie appliquée explique que les sanctions ne sont pas un repas gratuit.

Par ADRIEL KASONTA

Publié le 6 juin 2022 sur Asiatimes.com

Steve Hanke  est professeur d’économie appliquée et fondateur et codirecteur du Johns Hopkins Institute for Applied Economics, Global Health, and the Study of Business Enterprise à Baltimore, dans le Maryland.

Il est senior fellow et directeur du Troubled Currencies Project au Cato Institute à Washington, DC, conseiller principal à l’Institut de recherche monétaire internationale de l’Université Renmin de Chine à Pékin, et conseiller spécial du Center for Financial Stability à New York.

M. Hanke est un défenseur bien connu de la réforme monétaire et un négociant en devises et en matières premières. Il a fait partie du Council of Economic Advisers de feu le président américain Ronald Reagan, a été conseiller de cinq chefs d’État étrangers et de cinq ministres étrangers, et a occupé un poste de conseiller d’État en Lituanie et au Monténégro.
Il a reçu sept doctorats honorifiques et est professeur honoraire dans quatre institutions étrangères. Il a été président de Toronto Trust Argentina à Buenos Aires en 1995, lorsque cette société était le fonds commun de placement le plus performant au monde. Actuellement, il est président du conseil de surveillance d’Advanced Metallurgical Group NV à Amsterdam. En 2020, Hanke a été nommé Chevalier de l’Ordre du Drapeau par la République d’Albanie.


Steve Hanke. Photo : Cato Institute


Voici des extraits d’un entretien avec le professeur Hanke.
________________________________________
Adriel Kasonta : Après avoir échoué à prévenir le conflit en Ukraine en refusant d’exclure son admission à l’OTAN, l’Occident collectif a décidé de punir la Russie par des sanctions après l’éclatement de la guerre. Alors que nous entrons dans le troisième mois du conflit, quelle est à ce jour votre évaluation de l’efficacité des sanctions ?

Steve Hanke : Comme toutes les sanctions, celles imposées à la Russie sont des armes économiques qui sont déployées dans ce qui est, en fait, une guerre non déclarée contre la Russie. Et comme toutes les sanctions, elles se sont avérées totalement inefficaces pour atteindre leur objectif déclaré de changer le comportement de la Russie.

Les sanctions n’ont jamais gagné une guerre. Et comme si cela ne suffisait pas, les sanctions ont été, comme le sont souvent les sanctions économiques, contre-productives. En effet, au lieu de renverser le régime de Vladimir Poutine, les sanctions ont fait ce qu’elles font habituellement : elles ont créé un « effet de rassemblement autour du drapeau », qui a renforcé la position de Poutine et de ses associés.

AK : Puisque vous aimez dire que les sanctions ne sont pas un repas gratuit, quel est leur coût pour les États-Unis, l’Union européenne et le monde ?

SH : Nous ne disposons d’aucune estimation officielle du coût total, et nous ne recevrons jamais de comptabilité officielle non plus. Lorsque les hommes politiques introduisent des politiques non budgétisées mais qui imposent des coûts, ils préfèrent les dissimuler sous un voile de secret.

Cela dit, nous disposons d’une série d’estimations du coût des sanctions russes émanant de banques d’investissement, de banques centrales, d’organisations internationales comme le FMI et d’ONG. Ces estimations, qui sont quelque peu ad hoc et partielles – juste la partie émergée de l’iceberg – indiquent que les coûts des sanctions seront époustouflants.

Si les coûts humanitaires et économiques imposés à la Russie seront massifs, ils ne seront rien en comparaison des coûts imposés aux personnes extérieures à la Russie. En termes d’incidence, l’UE supportera un coût [énorme], bien supérieur à celui des États-Unis. Mais les coûts et les perturbations causés par les sanctions ne se limiteront pas à l’UE et aux États-Unis. Ils se répandront dans le monde entier, faisant peser des charges importantes sur les pays et les populations pauvres.

AK : Alors que l’UE est en train de réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, le président américain Joe Biden a promis à Bruxelles de l’aider à atteindre cet objectif. Les États-Unis ont-ils la capacité de remplacer le gaz russe ?

SH : En un mot, « non ». Le président Biden et la vice-présidente [Kamala] Harris ont été occupés à promettre du pétrole et du gaz à tous les chats et chiens qui indiquent un besoin. Le problème est que des entreprises privées produisent du pétrole et du gaz aux États-Unis, et ce sont elles, et non le président ou le vice-président, qui décideront à qui vendre leurs marchandises. En outre, ces entreprises américaines n’ont pas la capacité de combler les vides qui seront créés par les interdictions de Bruxelles sur l’achat de pétrole et de gaz russes.

AK : Quelle est la raison pour laquelle la Russie exige de payer son pétrole et son gaz en roubles – la monnaie qui était censée être réduite à néant mais qui s’est récemment renforcée par rapport au dollar américain ?

SH : Le raisonnement est largement symbolique et vise à susciter un effet de « rassemblement autour du drapeau ». Avant l’ordre de « payer en roubles », des dollars ou des euros étaient envoyés à Gazprom, puis Gazprom échangeait la plupart, mais pas la totalité, de ces devises en roubles, car ses dépenses sont effectuées en roubles.

Maintenant, les roubles doivent être envoyés directement à Gazprom, donc le lien pour l’échange de dollars et d’euros contre des roubles a lieu avant le paiement du pétrole et du gaz à Gazprom au lieu d’après le paiement.

Quant au rouble, il est très fort, plus fort qu’avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. La gouverneure de la Banque centrale de Russie, Elvira Nabiullina, contrairement à la plupart des gouverneurs de banques centrales, a montré qu’elle était une gestionnaire de crise très compétente.

AK : Quel sera l’impact de l’interdiction du pétrole russe aux États-Unis et dans l’UE ?

SH : L’impact sur les pays de l’UE, à l’exception peut-être de la Hongrie, de l’interdiction du pétrole et du gaz russes et du blocage des assureurs pour qu’ils ne couvrent pas les cargaisons russes, sera très négatif et grave.

Les États-Unis n’en sortiront pas indemnes. Les marchés mondiaux du pétrole et du gaz seront politisés et balkanisés, le pétrole ne circulant plus aussi librement qu’au cours des quatre dernières décennies. En conséquence, tout le monde finira par payer plus que ce qui aurait été le cas autrement.

AK : Les Américains font actuellement face à l’inflation la plus élevée depuis 40 ans. Quelle est la cause profonde de la situation actuelle ? Est-ce vraiment, comme l’affirme le président Joe Biden, la faute de Poutine ?

SH : L’inflation américaine a été fabriquée dans les bons vieux États-Unis. Contrairement à la propagande et à la propagande émanant de la Maison Blanche de Joe Biden, Vladimir Poutine n’est pas le coupable. La Maison Blanche, sous la direction de [l’ancien] président [Donald] Trump et de Biden, a dépensé de l’argent pendant la pandémie de Covid comme des marins ivres et la Fed a fait tourner les presses à imprimer à grande vitesse pour financer cette frénésie de dépenses. L’inflation n’a toujours et partout qu’une seule cause : la production excessive d’argent.

AK : Pouvez-vous dire à nos lecteurs quelles seront les conséquences à court et à long terme de l’armement du dollar américain ?

SH : À court terme, le dollar américain, qui est la monnaie internationale du monde, a été extrêmement fort, bénéficiant entre autres de son statut de valeur refuge. À long terme, l’armement du dollar et le système international basé sur le dollar vont inviter des challengers. Je ne sais pas si l’un de ces challengers réussira. Ce que je sais, c’est qu’il est très difficile de contester une grande monnaie internationale.

AK : Alors que les États-Unis sont le premier fournisseur d’armes et d’armements à l’Ukraine, il a été confirmé que l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord mène une guerre par procuration contre la Russie. Quelle est la logique derrière cette décision politique ? Profite-t-elle à quelqu’un d’autre qu’aux entrepreneurs de la défense ?

SH : Pour comprendre la géopolitique, il faut suivre l’argent. L’OTAN compte 30 membres, mais les États-Unis ont historiquement contribué davantage au budget de l’OTAN que tout autre pays. Par conséquent, ce sont les États-Unis qui dirigent le spectacle de l’OTAN. Il devrait donc être aussi clair que le nez sur votre visage de savoir qui est à l’origine de l’implication de l’OTAN en Ukraine, avant et après l’invasion de la Russie.

AK : Selon le directeur général adjoint du Fonds monétaire international, Kenji Okamura, la priorité pour l’économie mondiale est de mettre fin à la guerre en Ukraine. Si l’on ajoute le fait que le conflit impose un coût environnemental élevé et que les dirigeants occidentaux ont souligné l’importance de la prise de conscience écologique, est-il possible qu’ils reviennent finalement à la raison en abandonnant les sanctions et en recherchant un accord de paix ?

SH : Malheureusement, la réponse est « non ». Les décideurs politiques n’ont montré aucun intérêt pour la littérature savante et les preuves empiriques qui montrent sans ambiguïté que les sanctions n’atteignent pas les objectifs fixés et créent souvent des conséquences involontaires très négatives.

ADRIEL KASONTA

Adriel Kasonta est un consultant en risques politiques et un avocat basé à Londres. Il est expert auprès du Russian International Affairs Council (RIAC) à Moscou et ancien président du comité des affaires internationales du plus ancien groupe de réflexion conservateur du Royaume-Uni, Bow Group. Kasonta est diplômé de la London School of Economics and Political Science (LSE). Vous pouvez le suivre sur Twitter @Adriel_Kasonta. 

Traduction Arrêt sur info

Imprimer