L’ancien ambassadeur Craig Murray est bien connu de nos lecteurs. Son arrestation est troublante. A se demander si dans le contexte politique actuel être un témoin ou un journaliste indépendant de tout pouvoir, défendre Assange et le droit des Palestiniens à vivre en paix sur le peu de terre qu’il leur reste, n’est plus possible. (Rédaction Arrêt sur info)

Craig Murray, ancien ambassadeur et défenseur d’Assange, détenu en vertu des lois antiterroristes britanniques. Photo: Droits réservés

Par Kit Klarenberg,17 octobre 2023

Source: The Grayzone

Le matin du 16 octobre, la police antiterroriste de l’aéroport de Glasgow a arrêté le journaliste, lanceur d’alerte, militant des droits de l’homme et ancien diplomate britannique Craig Murray à son retour d’Islande. Après l’avoir interrogé sur ses convictions politiques, les agents ont saisi le téléphone et l’ordinateur portable de Craig Murray.

Murray, un fier nationaliste écossais, a repris l’avion pour Glasgow après plusieurs jours passés à Reykjavik, où il a assisté à un événement populaire de solidarité avec la Palestine et rencontré des représentants de haut rang de la Assange Campaign, qui sensibilise au sort du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Une fois ses documents de voyage traités au contrôle des passeports, l’agent l’a informé qu’il serait détenu pour être interrogé. Ils l’ont ensuite conduit dans une petite pièce pour qu’il soit interrogé par trois agents antiterroristes britanniques dont le nom n’a pas été dévoilé.

Murray a déclaré à The Grayzone que la police britannique l’avait prévenu qu’il commettrait une infraction pénale et qu’il serait poursuivi s’il refusait de répondre aux questions, s’il répondait de manière mensongère, s’il dissimulait délibérément des informations ou s’il refusait de fournir les codes d’accès de ses appareils électroniques. Après la saisie de son téléphone et de son ordinateur portable à des fins d’analyse, l’interrogatoire a commencé.

“Ils m’ont d’abord interrogé sur la réunion privée de la campagne Assange”, a expliqué M. Murray à The Grayzone. “On pourrait penser qu’ils me demanderaient qui était présent, mais ils ne l’ont pas fait”, a-t-il ajouté, “je pense qu’ils le savaient déjà d’une manière ou d’une autre”.

Au lieu de cela, “toutes les questions étaient d’ordre financier”, affirme M. Murray. Selon l’ancien ambassadeur britannique, les agents voulaient savoir “si je recevais de l’argent pour mes contributions à la campagne, si j’étais payé par WikiLeaks, Don’t Extradite Assange, et même par la famille de Julian”.

À chaque fois, la réponse a été négative”, explique M. Murray : “Mes sources de revenus et l’origine de mon argent intéressaient particulièrement les officiers”.

Le blog personnel très populaire de l’ancien diplomate a également intéressé les agents, qui auraient demandé à Murray de leur dire si quelqu’un d’autre y avait accès ou pouvait publier du contenu sur la plateforme, et si quelqu’un d’autre que lui était l’auteur de l’un de ses articles.

Curieusement, Murray a déclaré qu’il n’avait pas été interrogé sur un seul article publié sur son site web. Les questions sur l’événement de solidarité avec la Palestine auquel il a participé sont tout aussi déroutantes.

Les agents voulaient apparemment savoir pourquoi Murray s’était rendu à cette manifestation – “une question étrange à poser à quelqu’un qui participe à une manifestation”, a-t-il déclaré à The Grayzone. Il a néanmoins précisé qu’il s’y était rendu parce qu’il était ami avec l’un des orateurs, un ancien ministre de l’intérieur islandais.

La police aurait également demandé des détails sur le contenu des discours des différents orateurs de la manifestation, informations que Murray dit ne pas pouvoir fournir puisqu’il ne parle pas l’islandais. Lorsqu’on lui a demandé s’il prévoyait d’assister à d’autres manifestations pro-palestiniennes similaires en Grande-Bretagne, il a répondu “probablement”.

“La question la plus étrange était : “Comment puis-je juger si je dois partager une tribune avec quelqu’un ou non ? raconte Murray, qui ajoute : “Je le fais en fonction de la personne qui a participé à l’événement : “Je le fais en fonction de l’organisateur de l’événement”.

Dans ce cas précis, poursuit M. Murray, “il s’agissait du Comité de solidarité avec la Palestine, j’étais donc sûr d’être entre de bonnes mains”. Néanmoins, l’ancien ambassadeur a été frappé par l’étrangeté de cette question.

Mon avocat n’avait jamais entendu parler d’une telle question lors d’un interrogatoire”, a déclaré M. Murray, ajoutant qu'”ils supposent que la police a une photo de surveillance de moi à proximité de quelqu’un qu’ils considèrent comme un “terroriste””.

“Je n’ai aucune idée de qui il peut s’agir”, a admis le militant des droits de l’homme. Mais, comme il l’a rapidement fait remarquer : “Si vous assistez à un rassemblement où 200 000 personnes sont présentes, vous ne pouvez pas savoir qui est tout le monde !”.

Murray a depuis consulté des avocats, qui l’ont informé qu’en vertu de l’article 7 de la loi sur le terrorisme de 2000 – la législation draconienne en vertu de laquelle il a été soumis à un interrogatoire intensif – il aurait légalement le droit de consulter un avocat si l’interrogatoire durait plus d’une heure.

Un coup de massue pour casser une noix

Une fois l’heure d’interrogatoire écoulée, les agents l’ont renvoyé chez lui, mais ne lui ont pas rendu son téléphone ou son ordinateur portable. “Je suis habitué à l’idée que des espions britanniques et américains aient accès à mes ordinateurs”, a déclaré M. Murray.

Lors d’un voyage en Allemagne à la fin de l’année 2022, deux ordinateurs portables appartenant à Murray ont été volés à des endroits différents. Le second ordinateur portable avait été acheté localement pour remplacer le premier. Il pense que les vols ont “probablement” été commis par des “services de sécurité”, une interprétation renforcée par le fait que le premier ordinateur portable était rangé dans un sac contenant une grosse somme d’argent, ainsi que des médicaments vitaux pour le cœur. Les coupables ont inexplicablement ignoré le premier, tout en empochant le second.

Interrogé par la police antiterroriste sur le contenu de son ordinateur portable, M. Murray affirme avoir ouvertement révélé que l’appareil contenait des copies de fuites de courriels privés de Stewart McDonald, membre du Parti national écossais (Scottish National Party), un partisan de la droite et de l’extrême droite, lié à l’État.

Mais “je ne m’inquiète pas du contenu de l’ordinateur”, explique-t-il, “ce n’est donc pas un problème qu’il soit en leur possession”.

“J’ai dit aux officiers que j’avais pitié du pauvre bâtard qui devait parcourir les courriels de McDonald’s”, a-t-il plaisanté.

“Il est intéressant de noter que l’un d’entre eux a répondu que le contenu des appareils numériques saisis est passé au crible électroniquement, plutôt que d’être examiné par une personne.

“On peut supposer que les algorithmes de recherche par mots-clés font le travail, et que tout ce qui en ressort est étudié et partagé avec les différentes agences”, suppose-t-il.

Les avocats de M. Murray se penchent à présent sur l’arrêt, afin de déterminer si ses interrogateurs lui ont dit la vérité avant le début de l’interrogatoire.

En avril dernier, la police antiterroriste britannique a arrêté l’éditeur et militant politique français Ernest Moret, qui avait mené de grandes manifestations à Paris contre les réformes néolibérales du président Emmanuel Macron. M. Moret a été détenu en vertu des mêmes pouvoirs que M. Murray, puis arrêté lorsqu’il a refusé de donner les codes d’accès à ses appareils électroniques. Il a finalement été détenu en Grande-Bretagne pendant près de 24 heures.

En juillet, un rapport accablant de l’organisme britannique de surveillance de la législation antiterroriste a conclu que les officiers qui avaient détenu M. Moret avaient proféré des menaces “exagérées et excessives” en affirmant qu’il ne pourrait plus jamais voyager à l’étranger s’il ne divulguait pas des informations, car il serait répertorié comme terroriste dans les bases de données des services de renseignement internationaux. Le rapport indique également que la police l’a interrogé de manière illégitime au sujet de conversations légalement privilégiées qu’il avait eues avec son avocat au cours de l’interrogatoire.

L’annexe 7 est “puissante” et “doit donc être utilisée avec précaution”, a déclaré l’auteur du rapport, avant de comparer l’utilisation de la législation par la police pour interroger M. Moret à “l’utilisation d’un marteau de forgeron pour casser une noix” :

“Il s’agissait d’une enquête sur l’ordre public pour laquelle les pouvoirs antiterroristes n’ont jamais été destinés à être utilisés”, note le rapport, qui conclut que “les droits à la liberté d’expression et de protestation sont trop importants dans une démocratie pour permettre que des individus fassent l’objet d’une enquête pour terrorisme potentiel simplement parce qu’ils ont pu être impliqués dans des manifestations qui ont tourné à la violence”.

Mais lorsqu’il s’agit de procéder à des détentions politiques, la législation en question n’est pas la seule dans l’arsenal des officiers britanniques.

Le rapport ne fait aucune référence à l’annexe 3, section 4 de la loi britannique de 2019 sur la lutte contre le terrorisme et les frontières, qui a été utilisée pour autoriser la détention de ce journaliste à l’aéroport de Luton, à Londres, en mai dernier. Cette disposition accorde aux autorités des pouvoirs étendus pour fouiller dans les affaires personnelles et professionnelles des dissidents. Selon M. Murray, les policiers britanniques chargés de la lutte contre le terrorisme semblent l’avoir approché en utilisant “la même méthode” que celle qu’ils ont employée à mon égard.

En vertu de la loi de 2019 sur la lutte contre le terrorisme et les frontières, qui a été sévèrement critiquée par les Nations unies, une personne peut être considérée comme étant au service de puissances étrangères “hostiles” sans même le savoir ou en avoir l’intention – ou sans que les puissances en question le sachent. Ce précepte orwellien a été renforcé par la nouvelle loi sur la sécurité nationale de Londres, adoptée en juillet 2023.

Toute personne ayant agité l’État de sécurité nationale britannique et prévoyant de se rendre au Royaume-Uni devrait faire attention à ce qu’elle conserve sur ses appareils. Comme s’en est vanté l’un des interrogateurs d’Ernest Moret, la Grande-Bretagne est “le seul pays où les autorités peuvent télécharger et conserver à jamais des informations provenant d’appareils privés”.

Publié avec l’autorisation de The Grayzone.

Traduit par Arretsurinfo.ch