Par Gilbert Doctorow

Publié le 24 septembre 2022 sur le blog de Gilbert Doctorow

Le discours télévisé prononcé hier matin par Vladimir Poutine et les remarques ultérieures de son ministre de la Défense, Shoigu, annonçant la mobilisation partielle des réserves de l’armée russe pour ajouter un total de 300 000 hommes à la campagne militaire en Ukraine, ont été largement rapportés dans la presse occidentale. Les projets d’organiser des référendums sur l’adhésion à la Fédération de Russie dans les républiques de Donbas ce week-end, ainsi que dans les oblasts de Kherson et de Zaporozhie dans un avenir très proche, ont également été rapportés par la presse occidentale. Cependant, comme c’est très souvent le cas, la relation entre ces deux événements n’a pas été vue ou, si elle a été vue, elle n’a pas été partagée avec le grand public. Étant donné que cette corrélation a précisément été mise en évidence ces deux derniers jours dans les talk-shows de la télévision d’État russe, je profite de cette occasion pour présenter à mes lecteurs les faits essentiels concernant la tournure que va prendre le conflit actuel en Ukraine, ainsi qu’une vision actualisée du moment où il se terminera et des résultats obtenus.

L’idée même de référendums dans le Donbas a été ridiculisée par les grands médias aux États-Unis et en Europe. Ils sont dénoncés comme des “simulacres” et on nous dit que les résultats ne seront pas reconnus. En fait, le Kremlin ne se soucie pas du tout de savoir si les résultats sont reconnus comme valides en Occident. Leur logique est ailleurs. Quant à l’opinion publique russe, la seule remarque critique concernant les référendums porte sur le moment choisi, certains patriotes affirmant même ouvertement qu’il est trop tôt pour organiser le vote, étant donné que la République populaire de Donetsk et les oblasts de Zaporozhie et de Kherson n’ont pas encore été entièrement “libérés”. Là encore, la logique de ces votes est ailleurs.

Il est acquis que les républiques de Donbas et les autres territoires de l’Ukraine aujourd’hui sous occupation russe voteront pour rejoindre la Fédération de Russie. Dans le cas de Donetsk et de Lougansk, ce n’est que sous la pression de Moscou que leurs référendums de 2014 visaient à déclarer leur souveraineté et non à faire partie de la Russie. Une telle annexion ou fusion n’a pas été bien accueillie par le Kremlin à l’époque, car la Russie n’était pas prête à faire face à l’attaque économique, politique et militaire massive attendue de l’Occident qui aurait suivi. Aujourd’hui, Moscou est plus que prête : elle a en effet très bien survécu à toutes les sanctions économiques imposées par l’Occident avant même le 24 février, ainsi qu’à l’approvisionnement sans cesse croissant de l’Ukraine en matériel militaire et en “conseillers” des pays de l’OTAN.

Le vote sur l’adhésion à la Russie atteindra probablement 90 % ou plus. Ce qui suivra immédiatement du côté russe est également parfaitement clair : dans les heures qui suivront la proclamation des résultats du référendum, la Douma d’État russe adoptera un projet de loi sur la “réunification” de ces territoires avec la Russie et, en l’espace d’un jour environ, il sera approuvé par la chambre haute du Parlement et, immédiatement après, il sera promulgué par le président Poutine.

Au-delà de son service en tant qu’agent de renseignement du KGB, qui est tout ce dont les “spécialistes de la Russie” occidentaux parlent sans cesse dans leurs articles et leurs livres, rappelons également que Vladimir Poutine est diplômé en droit. En tant que président, il a systématiquement respecté le droit national et international. Il continuera à le faire maintenant. Contrairement à son prédécesseur, Boris Eltsine, Vladimir Poutine n’a pas gouverné par décret présidentiel ; il a gouverné par des lois promulguées par un parlement bicaméral constitué de plusieurs partis. Il a gouverné dans le respect du droit international promulgué par les Nations unies. Le droit de l’ONU parle du caractère sacré de l’intégrité territoriale des États membres ; mais le droit de l’ONU parle aussi du caractère sacré de l’autodétermination des peuples.

Que résulte-t-il de la fusion formelle de ces territoires avec la Russie ? C’est également parfaitement clair. En tant que parties intégrantes de la Russie, toute attaque contre eux, et il y aura certainement de telles attaques venant des forces armées ukrainiennes, est un casus belli. Mais avant même cela, les référendums ont été précédés par l’annonce de la mobilisation, ce qui indique directement ce que la Russie fera par la suite si l’évolution du champ de bataille l’exige. Les phases progressives de la mobilisation seront justifiées auprès du public russe comme étant nécessaires pour défendre les frontières de la Fédération de Russie contre une attaque de l’OTAN.

La fusion des territoires ukrainiens occupés par la Russie avec la Fédération de Russie marquera la fin des “opérations militaires spéciales”. Une opération militaire spéciale n’est pas quelque chose que l’on mène sur son propre territoire, comme l’ont fait remarquer les intervenants de l’émission télévisée Evening with Vladimir Solovyov il y a quelques jours. Elle marque le début d’une guerre ouverte contre l’Ukraine avec pour objectif la capitulation inconditionnelle de l’ennemi. Cela impliquera probablement le retrait des dirigeants civils et militaires et, très probablement, le démembrement de l’Ukraine. Après tout, le Kremlin a prévenu il y a plus d’un an que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, imposée par les États-Unis, entraînerait la perte de son statut d’État. Toutefois, ces objectifs particuliers n’ont pas été déclarés jusqu’à présent ; l’OMU portait sur la défense du Donbas contre le génocide et sur la dé-nazification de l’Ukraine, elle-même un concept plutôt vague.

L’ajout de 300 000 hommes en armes supplémentaires à la force déployée par la Russie en Ukraine représente un quasi-doublement et permettra certainement de remédier à la pénurie d’infanterie qui a limité la capacité de la Russie à “conquérir” l’Ukraine. C’est précisément le manque de bottes sur le terrain qui explique le retrait douloureux et embarrassant de la Russie de la région de Kharkov au cours des deux dernières semaines. Elle n’a pas pu résister à la concentration massive de forces ukrainiennes contre sa propre emprise, à peine gardée, sur la région. La valeur stratégique de la victoire des Ukrainiens est discutable, mais elle a grandement amélioré leur moral, ce qui est un facteur majeur dans l’issue de toute guerre. Le Kremlin ne pouvait l’ignorer.

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue à Samarkand la semaine dernière à l’issue de la réunion annuelle des chefs d’État de l’Organisation de coopération de Shanghai, on a demandé à Vladimir Poutine pourquoi il avait fait preuve de tant de retenue face à la contre-offensive ukrainienne. Il a répondu que les attaques russes contre les centrales électriques ukrainiennes, qui ont suivi la perte du territoire de Kharkov, n’étaient que des “coups de semonce” et que des actions beaucoup plus “percutantes” étaient à venir. En conséquence, alors que la Russie passe de l’OMU à la guerre ouverte, nous pouvons nous attendre à une destruction massive des infrastructures civiles et militaires ukrainiennes afin de bloquer totalement tout mouvement d’armes fournies par l’Occident depuis les points de livraison de la région de Lvov et d’autres frontières jusqu’aux lignes de front. Nous pouvons éventuellement nous attendre à des bombardements et à la destruction des centres de décision de l’Ukraine à Kiev.

Quant à une nouvelle intervention occidentale, les médias occidentaux ont repris la menace nucléaire à peine voilée du président Poutine à l’égard des co-belligérants potentiels. La Russie a explicitement déclaré que toute agression contre sa propre sécurité et son intégrité territoriale, telle que celle évoquée par les généraux à la retraite aux États-Unis qui ont parlé à la télévision nationale ces dernières semaines de l’éclatement de la Russie, sera suivie d’une réponse nucléaire. Lorsque la menace nucléaire de la Russie est dirigée vers Washington, comme c’est maintenant le cas, plutôt que vers Kiev ou Bruxelles, comme on le supposait jusqu’à présent, il est peu probable que les décideurs politiques du Capitole restent longtemps cavaliers face aux capacités militaires russes et poursuivent l’escalade.

À la lumière de tous ces développements, je suis contraint de revoir mon appréciation de ce qui s’est passé à la réunion de l’Organisation de coopération de Shanghai. Les médias occidentaux ont concentré toute leur attention sur une seule question : les frictions supposées entre la Russie et ses principaux amis mondiaux, l’Inde et la Chine, au sujet de sa guerre en Ukraine. Cela me paraissait très exagéré. Aujourd’hui, cela semble être une absurdité totale. Il est inconcevable que Poutine n’ait pas discuté avec Xi et Modi de ce qu’il s’apprête à faire en Ukraine. Si la Russie fournit désormais à son effort de guerre une part bien plus importante de son potentiel militaire, il est tout à fait raisonnable de s’attendre à ce que la guerre se termine par une victoire russe d’ici le 31 décembre de cette année, comme le Kremlin semble s’y être engagé auprès de ses fidèles partisans.

Au-delà de la perte éventuelle du statut d’État de l’Ukraine, une victoire russe signifiera plus qu’un nez sanglant comme en Afghanistan pour Washington. Elle révélera la faible valeur du parapluie militaire américain pour les États membres de l’UE et conduira nécessairement à une réévaluation de l’architecture de sécurité de l’Europe, ce que les Russes réclamaient avant le lancement de leur incursion en Ukraine en février.

Gilbert Doctorow

Source: Blog Gilbert Doctorow