Par The Saker

Publié le 20 Juillet 2021 sur UNZ Review sous le titre Many Interesting Developments in Russia

 Le Su-75 « Checkmate »

La semaine dernière a été assez intense en Russie – beaucoup de développements intéressants ont eu lieu. Aujourd’hui je vais en mentionner trois :

1- Poutine a écrit un essai très intéressant sur l’histoire de la Russie et de l’Ukraine, qu’il a fait suivre d’une interview aussi intéressante.

2- La Russie vient d’achever les essais finaux de systèmes d’armes véritablement redoutables, tels que le S-500 et le missile hypersonique volant à Mach 8, Zircon

3- Dans son salon annuel de l’aviation MAKS, la Russie vient de présenter un chasseur léger multifonctionnel de 5ème génération, le Su-75 « Checkmate ».

Il s’agit là de développements vraiment énormes pour la Russie, que nous devons examiner un par un.

L’histoire de Poutine sur la Russie et l’Ukraine

Tout d’abord, je vous recommande vivement de prendre le temps de lire l’intégralité de l’article ici et l’intégralité de l’interview ici (il est inutile que j’utilise l’espace ici pour vous assaillir d’extraits), en particulier si vous ne connaissez pas bien l’histoire de la Russie ou si vous vivez dans la zone A. En outre, étant le « fan de Poutine » que je suis si notoirement (donc coupable !), je ne surprendrai personne en disant que je suis d’accord avec presque tous les mots que Poutine a écrits ou prononcés. Et, franchement, tous les faits qu’il énumère sont vraiment connus de la plupart des gens (à moins qu’ils n’aient subi un lavage de cerveau par la propagande US/ukronazie) et il n’y a vraiment aucun intérêt pour moi à répéter « oui, c’est vrai » et « oui, il a raison » encore et encore.

Donc, tout ce que je me propose de faire maintenant, c’est d’ajouter quelques commentaires sur cet article et cette interview (je suppose que les lecteurs auront lu les deux articles ; sinon, je suggère de sauter complètement cette section),

Premièrement, comme je viens de le dire, il n’y a absolument rien de nouveau dans cet article pour les personnes instruites. Mais ce n’est pas le public cible de Poutine de toute façon. Le public cible de Poutine, ce sont les jeunes générations (en Ukraine, en Occident et même, hélas, en Russie proprement dite !) qui connaissent très peu, voire rien, de l’histoire. Et si cela est également vrai en Russie, c’est particulièrement vrai en Ukraine où les gens ont subi un lavage de cerveau massif depuis 1917 (comme Poutine l’explique très bien dans son article).

La véritable raison pour laquelle cet article a provoqué une telle agitation en Russie et une hystérie totale parmi les dingues Ukronazis (qui, une fois encore, prédisent maintenant une invasion russe imminente, quoi d’autre ? ) est que ces faits étaient connus depuis des décennies, mais considérés comme politiquement incorrects à mentionner de peur que les Ukrainiens ne soient offensés : depuis la fin des années 80 et jusqu’à aujourd’hui, les Ukronazis ont enseigné une version très différente de l’histoire, qui inclut l’origine de la civilisation sumérienne, la construction des pyramides en Égypte, le creusement de la mer Noire, la fondation de l’ancienne civilisation aryenne, etc. Plus important encore, le récit officiel des Ukronazis prétend que les Russes et les Ukrainiens sont des peuples complètement différents (les Ukrainiens sont de vrais Aryens purs, tandis que les Russes sont des Mongols ougro-altaïques). Donc, ce que Poutine a fait avec cet article, c’est simplement proclamer (enfin !) que l’empereur est nu et que les Ukrainiens ignorent leur propre histoire.

Cet article marque également un changement de ton assez spectaculaire de la part du Kremlin. Dans le passé, le Kremlin a toujours essayé de maintenir une attitude polie et respectueuse envers les Ukies et leurs délires historiques à la Wakanda. Maintenant, c’est fini, la Russie a finalement et ouvertement décidé de déclarer aux Oukases (et au reste du monde !) que leurs mythes fondateurs sont basés sur un précieux *rien* et que la Russie a fini de traiter cette absurdité totale comme si elle avait une base factuelle pour le monde adulte.

Je voudrais faire un autre commentaire sur les déclarations de Poutine.

Je crois qu’il y a eu une « guerre des mots » menée par les nationalistes ukrainiens contre les Russes pendant de nombreuses décennies (je me souviens avoir écouté le service ukrainien de RL/RFE et j’ai toujours été étonné de la haine totalement ouverte – à la limite de la bigoterie raciste – de la propagande ukrainienne, même si on la compare à celle de tous les autres services de minorités nationales de RL/RFE qui, je vous l’assure, comprenait un grand nombre de cinglés authentiques dans beaucoup de ses services) et le côté russe était le plus souvent calme et discret de peur que les Ukrainiens ne soient offensés. C’est maintenant terminé, dans cette guerre des mots la Russie va maintenant utiliser ses munitions verbales pour démolir les contes de fées pseudo-historiques des Ukronazis. J’en suis très heureux !

Enfin, je crois que le Kremlin travaille déjà sur des options « post-Zelinsky ». Franchement, cela n’arrive pas une seconde trop tôt ! L’Ukraine est en chute libre depuis des années déjà, mais même selon les normes ukrainiennes, le chaos et les tensions qui se manifestent actuellement sont devenus une véritable hystérie, ce qui est à la fois vraiment étonnant et très inquiétant (je vous épargnerai tous les détails maintenant, j’ai déjà publié suffisamment d’articles de ce type, mais je devrai probablement revenir sur cette lente agonie dans un avenir proche). J’ai l’impression que le Kremlin s’attend à ce qu’un véritable leader nazi arrive au pouvoir d’une manière ou d’une autre après « Ze » (Note : bien que « Ze » ait fini par satisfaire les Ukronazis, il n’est certainement pas lui-même « un vrai » – il ne fait que prétendre). Peut-être un « Président Avakov » ensuite (pas nazi non plus d’ailleurs, juste un homme très habile à utiliser les nazis) ?

Le résultat final est le suivant : l’effondrement final de l’Ukraine est ce que le Kremlin attend maintenant ouvertement. Et même si « Biden » veut forcer « Ze » à respecter les accords de Minsk, cela signifiera la fin de « Ze » et le retour au pouvoir plein et entier des Ukronazis. Pourquoi ? Il y a en gros trois forces en Ukraine en ce moment, du moins apparemment :

  • Le régime au pouvoir (« Ze » et sa bande)
  • L’opposition (principalement le parti OPZZh)
  • Les vrais nazis purs et durs (on peut les considérer comme la version ukrainienne des « Interahamwe » hutus au Rwanda).

Le régime est à l’agonie et n’est tout simplement pas viable.

L’opposition est divisée, souvent discréditée politiquement et manque à la fois d’un leader et d’une vision claire.

En revanche, la bande d’Ukronazis est petite, mais très bien organisée, très bien financée et très bien dirigée (la plupart des leaders Ukronazis « de la rue » sont des imbéciles comme Liashko ou, mieux, Tiagnibok, mais Avakov n’est pas un idiot, il sait travailler avec ses mécènes américains et avec des vrais fous comme Andrei Biletskii ou Aleksei Danilov.

Il est vrai qu’à long terme, les perspectives politiques de l’opposition semblent plutôt bonnes, car elle dispose de quelques (très rares ?) leaders très pointus, et son programme recommande de meilleures relations avec la Russie, ce qui est vraiment vital (littéralement !) pour l’Ukraine. Mais je ne vois pas l’opposition avoir la force de s’attaquer aux Ukronazis pour l’instant : d’abord « Ze » doit partir, les Ukronazis doivent reprendre le contrôle total du pouvoir, et ensuite proposer une merde vraiment folle (ce que tous les nazis sont bons à faire, comme l’histoire l’a montré) qui fera éclater l’Ukraine en plusieurs États. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’opposition actuelle aura de bonnes chances politiques dans les parties orientale et méridionale de l’Ukraine. Mais la situation actuelle est trop complexe et trop fluide pour que l’on prenne trop au sérieux les suppositions et les prédictions de chacun. Seul le temps nous le dira vraiment.

Le S-500 et le Zircon ont été entièrement testés

La façon la plus rapide de résumer cette évolution est de dire que le S-500 et le Zircon n’ont aucun concurrent comparable dans le monde, même vaguement comparable. Les missiles S-500 et Zircon ont une avance considérable sur tous les autres systèmes d’armes de leur catégorie. Mieux encore, l’Empire n’a rien, et vraiment je veux dire absolument rien, qu’il puisse opposer à l’un ou l’autre de ces systèmes d’armes. Et sans trop d’hyperbole, il serait juste de dire qu’une fois pleinement déployé, le S-500 rendra la plupart des missiles tactiques/opérationnels, l’aviation et même certains missiles stratégiques des États-Unis et de l’OTAN, complètement obsolètes. Quant au Zircon, il fera la même chose contre la flotte de surface de l’US Navy. Dire que tout cela est énorme serait un euphémisme, d’autant plus que les planificateurs de forces de l’US/NATO doivent maintenant décider de ce qu’il convient de faire à ce sujet, et ce n’est pas une mince affaire si l’on considère qu’il est désormais évident que les planificateurs de forces de l’US/NATO ont commis des erreurs vraiment majeures dans leurs hypothèses sur ce à quoi ressemblera réellement le champ de bataille moderne du 21e siècle. La planification des forces est confrontée à d’immenses inerties technologiques et bureaucratiques et « changer simplement de cap » n’est pas « simple » du tout : cela prend généralement des décennies !

Je ne doute pas que la machine de propagande du Complexe Militaro-Industriel américain va maintenant beaucoup parler des armes « hypersoniques » américaines et des avions super-dooper de 6e génération. Mais soyons honnêtes : le programme américain d’armes hypersoniques n’en est qu’à ses débuts (au mieux) et il est déjà en difficulté. Quant à l’USAF, il lui faudra de nombreuses années pour au moins réduire la longue liste de problèmes majeurs du F-35, et même cela ne constitue pas une véritable solution : Même si je suis sûr que, avec le temps, l’USAF/USN trouvera un moyen d’utiliser efficacement cet avion (au moins contre des adversaires non équivalents), la seule véritable solution à ce désordre est non seulement de relancer rapidement le F-15 (sous sa forme F-15X, qui semble prometteuse), mais aussi de se lancer dans le développement d’un avion de 5++ génération tout en travaillant sur un véritable successeur (dans le bon sens du terme) de 6e génération pour le F-35. Ceci étant dit, si le F-35 prouve quelque chose, c’est que le Pentagone et le CMI américain sont corrompus au-delà de tout ce que l’on pourrait dire (d’un point de vue de la corruption, le F-35 a été un succès éclatant !) et cela pose la question suivante : ces gars-là peuvent-ils même développer un avion à moitié décent ou même bon ! Ou le pays qui a développé les superbes F-16, A-10,747 ou le F-15 a perdu sa capacité à produire des avions vraiment superbes ? Je n’en sais rien.

Qu’en pensez-vous ?

Le tout nouveau Su-75 « Checkmate », un monomoteur de 5e génération

C’est vraiment LA nouvelle du jour ! Ce n’est rien d’autre qu’un bouleversement. Commençons par une liste de caractéristiques que j’ai essayé de rassembler à partir de différentes sources : (comme toutes ces informations n’ont été dévoilées qu’il y a quelques heures, il peut encore y avoir des erreurs, donc caveat emptor !)

Nom : Sukhoi Su-75 « Checkmate » [échec et mat]

  • Grande similitude avec le Su-57
  • Un seul moteur (crucial !)
  • Vitesse maximale de 2400 km/h (environ 1500mph ou 1300 noeuds ou juste en dessous de Mach 2)
  • Moteurs à poussée vectorielle
  • Coût moyen de 30 millions de dollars
  • 5,5 ans de développement seulement (en utilisant des superordinateurs)
  • Portée de combat de 1500 km
  • STOL (plus court que le Su-57 d’environ 400m)
  • Charge maximale : 7,5 tonnes
  • Plafond de vol juste en dessous de 17km
  • Charge maximale : 8+ G
  • Portée de la navette 3000km+ (avec carburant interne)
  • Faible RCS
  • Avionique avancée et cockpit entièrement vitré
  • L’antenne Belka N036 AFAR avec une portée de détection de 350-400 km
  • Armes à longue, moyenne et courte portée pour toutes les cibles
  • Peut engager 6 cibles (dans l’air, sur terre, dans l’eau et les défenses aériennes) simultanément
  • Sera équipé du missile air-air longue portée 30P6 (portée : environ 160km)
  • Soutien et guidage par IA
  • Cinq missiles air-air transportés en interne
  • Défenses EW avancées à bord
  • Le Su-75 possède un canon transporté à l’intérieur de ses sections internes.
  • Il y aura une version sans pilote du Su-75 (automatisée et télécommandée).
  • Le Su-75 dispose de liaisons de données avancées lui permettant d’opérer avec d’autres avions ou drones.
  • Supercruise (pas sûr ? Probablement avec un futur moteur)
  • L’avion a une « architecture ouverte » (il peut donc être adapté à des besoins spécifiques).
  • Sukhoi prévoit de vendre environ 300 Su-75 dans les 15 prochaines années.
  • Le Su-75 peut être adapté pour être utilisé sur des porte-avions.
  • Les clients visés sont la Russian Air Force (RAF) et les clients étrangers (mais seulement les versions d’exportation pour les clients étrangers).
  • Son premier vol est prévu pour 2023 et son adoption par la RAF est, si un contrat est confirmé, prévue pour 2025.
  • Prix : 25-30 millions de dollars selon les besoins spécifiques.

Que pensez-vous de ces caractéristiques ? Voici quelques-unes de mes réflexions (n’oubliez pas que, bien que j’aie travaillé avec l’armée de l’air suisse, je ne suis pas un ingénieur aérospatial, alors prenez tout ce que je dis avec au moins une livre ou deux de sel et attendez que de vrais experts interviennent !)

Tout d’abord, il s’agit d’un avion dont la Russie a grand besoin, car elle ne dispose pas actuellement d’avions de combat modernes à moteur unique. Actuellement, les avions « de base » de la RAF sont tous de gros bimoteurs : Su-30SM, Su-35, Su-34, etc. Même le « pendant » du F-16, beaucoup plus petit, est équipé de deux moteurs. Même le MiG-35 (comparativement) plus petit est un bimoteur. Ce sont tous de superbes avions, mais un avion monomoteur serait beaucoup moins cher, non seulement à l’achat, mais encore plus à l’entretien.

Deuxièmement, la principale faiblesse de la Russie par rapport aux États-Unis et à l’OTAN est essentiellement d’ordre quantitatif : bien qu’ils soient très inférieurs, les avions des États-Unis et de l’OTAN sont produits en très grand nombre, ce que la base industrielle et les finances russes ne peuvent égaler, du moins pas en produisant des avions très avancés mais aussi très coûteux comme le Su-35S. La RAF a besoin de nombreux avions de combat bon marché mais très efficaces et le Su-75 pourrait bien être « la » machine de rêve pour la Russie.

Troisièmement, un avion monomoteur de 5e génération pour environ 30 millions de dollars est une option extrêmement attrayante, surtout avec son architecture ouverte. D’autant plus que son seul concurrent est le pitoyable F-35 (qui n’est pas vraiment un avion de 5e génération, du moins dans un avenir prévisible, d’autant plus qu’il présente des problèmes de conception de base fondamentalement défectueux, lisez tout à ce sujet ici).

À propos, les Russes nient officiellement avoir voulu faire une « réponse russe » au F-35. Ils affirment que le F-35 et le Su-75 appartiennent à des catégories complètement différentes et, si l’on examine des paramètres tels que la vitesse, la maniabilité, la charge maximale ou, surtout, le prix, on constate que les Russes ont fondamentalement raison : le Su-75 n’est pas « simplement » un avion bien supérieur, il appartient à une catégorie « de boxe » complètement différente.

Quatrièmement, tout comme un système de défense aérienne vraiment efficace nécessite différents systèmes d’armes tous intégrés dans un seul réseau et travaillant ensemble, il en va de même pour l’aviation tactique/opérationnelle. Ce sont les principales catégories que la RAF doit remplir : Des avions CAS (Su-25M), des avions d’attaque (Su-24M et Su-34), des avions de supériorité aérienne et des intercepteurs (Su-30SM, Su-35S), des intercepteurs avancés à longue portée (MiG-31BM) et un « dogfighter » bon marché, omniprésent et très performant pour l’aviation de première ligne, capable de faire face aux avions ennemis tout en soutenant les forces terrestres. Les Russes ont construit de très bons chasseurs simples dans le passé, notamment le MiG-23 (critiqué en Occident, mais adoré par les pilotes russes) et, sans doute, le chasseur le plus performant jamais construit, le MiG-21. Les Russes savent donc comment faire, mais ils ne l’ont pas fait depuis de trop nombreuses années et l’apparition du Su-75 arrive « juste à temps » pour l’armée russe qui disposera enfin d’un véritable « spectre complet » d’avions de combat modernes construits dans le pays.

Cinquièmement, non seulement le Su-75 a beaucoup de systèmes en commun avec le Su-57, mais il semble que les Russes travaillent à combiner leurs radars à longue portée (MiG-31BM, Su-57 et A-50M) avec des drones de combat (comme l’Orion et le grand S-70) avec des avions « silencieux » (non rayonnants) et avancés, mais encore plus petits et moins chers, comme le Su-75. Combinez cela avec le réseau de défense aérienne le plus avancé de la planète, et vous comprendrez pourquoi les États-Unis et l’OTAN sont gravement contrariés par tout cela.

Voici une bonne image montrant à quel point le Su-75 et le Su-57 sont similaires extérieurement :

Il y avait quelques spéculations selon lesquelles les Russes travaillaient sur un successeur pour leur avion de combat Yak-141 VSTOL (que les Américains ont essayé de copier comme base pour leur F-35 et ont misérablement échoué), mais les Russes ont semblé se contenter de capacités STOL  » seulement « . Compte tenu de l’échec catastrophique du F-35B (et du non-déploiement du Yak-141), le choix pourrait être plus judicieux. Si le Su-75 se retrouve un jour sur un quelconque porte-avions, les décollages courts assistés par catapulte sont probablement la solution la plus sage.

Une dernière chose : pour la première fois depuis des décennies, les Russes ont (enfin !) réussi à garder les choses vraiment secrètes et il n’y a eu pratiquement aucune fuite concernant le Su-75, la plupart de celles qui ont eu lieu ayant été soigneusement orchestrées par les autorités russes. Je ne parle pas des médias de masse comme Argumenty i Fakty ou Popular Mechanics. Même la presse spécialisée n’avait que peu d’idées sur ce à quoi ressemblerait ce « chasseur de 5e génération totalement nouveau qui sera bientôt dévoilé ». Il y a eu quelques dessins, quelques photos partielles, le tout agrémenté de suppositions éclairées. En outre, nous ignorons encore beaucoup de choses, y compris sur des sujets très importants comme le radar du Su-75 et les missiles air-air à longue portée.

Conclusion

Ce fut une semaine chargée et importante pour la Russie qui, je pense, illustre quelques points importants :

Les Russes ont clairement perdu leurs toutes dernières illusions sur l’Ukraine occupée par les nazis et préparent désormais activement l’« après-Ze ».

Poutine ressent la pression populaire et se lance dans une campagne de relations publiques en vue des prochaines élections.

Le Complexe Militaro-Industriel russe se porte mieux que jamais et les récents succès russes en matière de haute technologie montrent que la Russie est entrée dans ce qu’ils appellent une « séparation de haute qualité » (качественный отрыв) de l’Occident ou de l’Asie.

Dans l’ensemble, ce sont de bonnes nouvelles.

The Saker

Traduit de l’anglais par Wayan

Source: UNZ Review

Imprimer