Dans toute guerre la propagande est des deux côtés. Rien n’est tout blanc ou tout noir. La partie russe est totalement discréditée, sa version officielle des faits censurée. La seule manière de garder un peu d’équilibre est pourtant de l’entendre. A cet effet nous nous efforçons de porter à la connaissance de nos lecteurs quelques déclarations de représentants officiels russes. S.C.


Vassily Nebenzia onu


Vidéo RussiaUN


Déclaration du représentant permanent Vassily Nebenzia lors du briefing du Conseil de sécurité des Nations unies sur les laboratoires biologiques en Ukraine – 11 mars 2022

Source: Russiaun.ru


Mme la Présidente,

Chers collègues,

La pandémie de COVID-19 a démontré combien l’humanité est vulnérable face aux menaces biologiques. Elle nous a fait payer un lourd tribut et continue de coûter la vie à des gens.

Lorsque la Convention sur l’interdiction des armes biologiques et à toxines (BTWC) est entrée en vigueur en 1975, on pouvait espérer que le monde serait au moins à l’abri des menaces biologiques d’origine humaine, car tous les États-signataires avaient pris conscience des risques énormes liés à l’utilisation d’armes biologiques (BW) et avaient abandonné leurs projets de développement.

Malheureusement, nous avons des raisons de penser que ces espoirs ne se sont pas complètement réalisés.

Nous avons convoqué cette réunion parce qu’au cours de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine, des faits choquants sont apparus : le régime de Kiev dissimule de toute urgence les traces d’un programme biologique militaire que Kiev a mis en œuvre avec le soutien du ministère américain de la défense.

Le ministère russe de la Défense a mis la main sur des documents confirmant que l’Ukraine a développé un réseau d’au moins 30 laboratoires biologiques qui accueillent des expériences biologiques extrêmement dangereuses, visant à améliorer les propriétés pathogènes de la peste, de l’anthrax, de la tularémie, du choléra et d’autres maladies mortelles à l’aide de la biologie synthétique. Ces travaux sont financés et directement supervisés par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) des États-Unis, notamment dans l’intérêt du National Center for Medical Intelligence du Pentagone. Le rôle clé dans ces programmes a été joué par un laboratoire central de référence BSL-3 à l’Institut de recherche scientifique anti-peste Mechnikov à Odessa, en Ukraine. Les centres de recherche d’autres villes ont également joué un rôle – Kiev, Lvov, Kharkov, Dnipro, Kherson, Ternopol, Uzhgorod, Vinnytsia. Les résultats des recherches ont été envoyés aux centres biologiques de l’armée américaine, c’est-à-dire à l’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’armée américaine, à l’Institut de recherche de l’armée Walter Reed, à l’Institut de recherche médicale de la marine américaine et aux laboratoires de guerre biologique de l’armée américaine à Fort Detrick, qui étaient les principaux centres du programme d’armes biologiques américain.

Tous les documents sont disponibles sur le site Web du ministère russe de la Défense et sont présentés lors de briefings quotidiens. Permettez-moi de citer les exemples les plus parlants.

Les militaires russes ont pris connaissance des détails du projet UP-4, mis en œuvre dans les laboratoires de Kiev, Kharkov et Odessa. Il étudiait les possibilités de propagation d’infections particulièrement dangereuses par les oiseaux migrateurs, notamment la grippe hautement pathogène H5N1 (mortelle pour l’homme dans 50 % des cas) et la maladie de Newcastle. Dans le cadre d’un autre projet, les chauves-souris ont été considérées comme des vecteurs d’agents biologiques potentiels. Parmi les priorités identifiées figure l’étude des agents pathogènes bactériens et viraux pouvant être transmis des chauves-souris à l’homme : agents pathogènes de la peste, de la leptospirose, de la brucellose, ainsi que des coronavirus et des filovirus. Les documents relatifs aux projets indiquent clairement que les États-Unis ont activement financé des bioprojets en Ukraine.

En outre, des expériences ont été menées pour étudier la propagation de maladies infectieuses dangereuses par des ectoparasites – puces et poux. Il est clair, même pour les non-experts, que de telles expériences sont très imprudentes, car elles ne permettent pas de contrôler l’évolution de la situation. Des recherches similaires (utilisant des puces et des poux comme agents biologiques) ont été menées dans les années 40 sur le développement de composants d’armes biologiques par la tristement célèbre unité japonaise 731, dont les membres ont ensuite fui aux États-Unis pour échapper aux poursuites pour crimes de guerre.

L’Ukraine occupe une position géographique unique, où se croisent les routes migratoires transcontinentales de porteurs potentiels de maladies dangereuses. Nombre de ces routes passent par les territoires de la Russie et de l’Europe de l’Est. Les recherches que j’ai mentionnées ont été menées au beau milieu de l’Europe de l’Est et à proximité immédiate des frontières russes. Selon les données reçues, les oiseaux bagués et relâchés au cours de la recherche biologique dans la réserve naturelle de Kherson ont été capturés dans les régions russes d’Ivanovo et de Voronezh.

L’analyse des matériaux obtenus confirme le transfert à l’étranger de plus de 140 conteneurs contenant des ectoparasites de chauves-souris provenant d’un biolab de Kharkov. En l’absence de tout contrôle international, nous ne savons rien du sort de ces biomatériaux dangereux et des conséquences qui pourraient survenir une fois qu’ils se seront « dissipés » (peut-être en Europe). En tout état de cause, les risques sont élevés qu’ils soient volés à des fins terroristes ou vendus au marché noir.

Plusieurs milliers d’échantillons de sérum sanguin de patients atteints du COVID-19 (la plupart d’entre eux d’ethnie slave) ont été transportés d’Ukraine vers le Walter Reed Army Institute of Research aux Etats-Unis – prétendument pour des essais de traitement et de prévention du COVID-19.

Chacun sait combien les États occidentaux sont sensibles au transfert d’échantillons biologiques de leurs citoyens à l’étranger. Et il y a une bonne raison à cela : en théorie, les échantillons peuvent être utilisés pour créer des bioagents capables de cibler sélectivement différentes populations ethniques.

L’activité des biolabs en Ukraine que nous suivons depuis 2014, et le programme mis en œuvre par les États-Unis de la soi-disant réforme du système de santé ukrainien a déclenché une augmentation incontrôlée de l’incidence des infections dangereuses et économiquement pertinentes en Ukraine. On constate une augmentation du nombre de cas de rubéole, de diphtérie, de tuberculose. L’incidence de la rougeole a été multipliée par plus de 100. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’Ukraine court un risque élevé d’épidémie de polio. Il est prouvé qu’à Kharkov, où se trouve l’un des laboratoires, 20 soldats ukrainiens sont morts de la grippe porcine en janvier 2016, 200 autres ont été hospitalisés. En mars 2016, 364 personnes au total étaient mortes de la grippe porcine en Ukraine. Par ailleurs, des épidémies de peste porcine africaine se produisent régulièrement en Ukraine. En 2019, une épidémie d’une maladie présentant des symptômes similaires à ceux de la peste s’est déclarée.

Alors que les États-Unis eux-mêmes ont mis fin à la recherche biologique à des fins militaires sur leur territoire en raison des risques élevés qu’elle présentait pour la population américaine, les autorités de Kiev ont en fait accepté de transformer leur pays en site d’essais biologiques et de voir leurs citoyens utilisés comme sujets d’essai potentiels. Ces expériences comportant des risques potentiels à l’échelle du pays se sont poursuivies pendant des années. Cela prouve une fois de plus le cynisme des mécènes occidentaux de Kiev qui ne cessent de crier sur tous les toits qu’ils se soucient du sort des Ukrainiens.

Comme le rapporte Reuters, l’OMS a recommandé à l’Ukraine d’éliminer ses stocks d’agents pathogènes afin d’éviter d’éventuelles fuites susceptibles de déclencher la propagation de maladies au sein de la population. On ne sait pas avec certitude si Kiev s’est conformé à cette recommandation.

Les documents que notre ministère de la défense a pu obtenir prouvent que toutes les recherches sérieuses à haut risque menées dans les laboratoires ukrainiens étaient directement supervisées par des experts américains bénéficiant de l’immunité diplomatique. Notre ministère de la défense signale qu’en ce moment, le régime de Kiev, comme l’exigent les sponsors occidentaux, s’empresse de couvrir toutes les traces afin que la partie russe ne puisse pas mettre la main sur des preuves directes de la violation de l’article 1 de la BTWC par les États-Unis et l’Ukraine. Ils s’empressent de fermer tous les programmes biologiques. Le ministère ukrainien de la santé a ordonné d’éliminer les agents biologiques déposés dans les laboratoires biologiques à partir du 24 février 2022. Nous déduisons des instructions données au personnel des laboratoires que l’ordre d’élimination des collections laissait entendre qu’il fallait les détruire de manière irrévocable. Après avoir analysé les certificats de destruction, nous pouvons dire que le laboratoire de Lvov a détruit à lui seul 232 conteneurs contenant des agents pathogènes de la leptospirose, 30 – de la tularémie, 10 – de la brucellose, 5 – de la peste. Au total, plus de 320 conteneurs ont été éliminés. Les titres des agents pathogènes et les quantités excessives donnent des raisons de penser que ce travail a été effectué dans le cadre de programmes biologiques militaires.

Permettez-moi maintenant de m’adresser séparément à nos collègues d’Europe.

Pendant toutes ces années, il y avait un site pour des tests biologiques dangereux aux portes de l’Union européenne. Nous appelons à penser à une réelle menace biologique pour la population des États européens qui pourrait être posée par une propagation incontrôlée d’agents biologiques en provenance d’Ukraine. Comme nous le savons de par notre expérience avec le COVID-19, cela ne peut être arrêté. Si tel est le cas, elle englobera l’Europe entière.

Les représentants américains sont plutôt confus lorsqu’ils parlent de l’implication des États-Unis dans des activités biologiques sur le territoire de l’Ukraine. Lors des auditions du Congrès américain le 8 mars, la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland a en fait confirmé l’existence de laboratoires biologiques en Ukraine où des recherches biologiques à des fins militaires ont été menées. Lorsque le sénateur Marco Rubio lui a demandé si l’Ukraine possédait des armes biologiques et chimiques, elle a répondu que l’Ukraine disposait d’installations de recherche biologique qui « ne devraient pas tomber entre les mains des forces russes ».

Dans le même temps, le Département d’Etat s’en tient à dire qu’il n’y aurait pas de laboratoires biologiques sous contrôle américain en Ukraine. D’où une question à la délégation américaine. Comment cela se concilie-t-il avec l’accord de 2005 entre le ministère américain de la Défense et le ministère ukrainien de la Santé concernant la coopération dans le domaine de la prévention de la prolifération de la technologie, des agents pathogènes et de l’expertise qui pourraient être utilisés dans le développement d’armes biologiques ? Ce document est disponible sur Internet. Selon l’article 3 de cet accord, le ministère de la Défense des États-Unis peut fournir une assistance au ministère de la Santé de l’Ukraine dans le domaine de la « recherche biologique coopérative, de la détection des agents de menace biologique et de la réponse » en ce qui concerne les « agents pathogènes dangereux situés dans les installations en Ukraine ».

Nous soulignons que les menaces biologiques défient toutes les frontières. Aucune région du monde ne peut se sentir totalement en sécurité aujourd’hui. Les Etats-Unis supervisent plusieurs centaines de laboratoires biologiques dans 30 pays, notamment au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie du Sud-Est et le long du périmètre de l’ex-URSS. Washington n’accepte pas de les soumettre à une vérification internationale. Depuis 2001, elle entrave l’élaboration d’un protocole contraignant à la BTWC qui devrait prévoir un mécanisme de vérification fiable pour contrôler le respect de la Convention par les Etats. Cela ne peut que nous faire penser que les Etats-Unis ont quelque chose à cacher. J’appelle les collègues de ces régions à réfléchir au type d’activité que Washington mène sur leur territoire et aux conséquences que cela peut avoir pour la population.

Nous prévoyons la réaction de nos collègues occidentaux qui diront certainement que ces informations sont toutes fausses et relèvent de la propagande russe. Toutefois, ce genre de vœu pieux n’aidera guère les Européens si l’Ukraine et ses États voisins devaient connaître des épidémies de maladies dangereuses qui se propageraient ensuite au-delà de leurs frontières. Ce risque semble plutôt réel si l’on tient compte de l’intérêt considérable que les groupes radicaux et nationalistes ukrainiens portent à la recherche d’agents pathogènes dangereux menée en Ukraine dans l’intérêt du ministère américain de la Défense. Nous disposons d’informations selon lesquelles le Pentagone a donné des instructions à ses protégés ukrainiens pour que, en cas d’incident, ils accusent immédiatement les forces armées russes qui auraient lancé des frappes contre des installations de recherche et médicales, ou qu’ils attribuent tout cela à des « équipes subversives russes ».

Le ministère russe de la Défense continue d’analyser la situation biologique en Ukraine et tous les matériaux entrants. Ce que nous avons partagé aujourd’hui est une petite partie des informations dont nous disposons. Nous partagerons prochainement les détails sous forme de documents officiels du Conseil de sécurité des Nations Unies afin que vous puissiez les étudier.

Nous nous sentons obligés de tenir le Conseil de sécurité informé de la situation concernant l’activité biologique à usage militaire des États-Unis en Ukraine, qui crée des risques réels pour la paix et la sécurité internationales. Nous avons l’intention de revenir prochainement sur ce sujet. Nous n’excluons pas la possibilité d’activer les mécanismes envisagés par les articles 5 et 6 de la BTWC. Pour l’instant, nous aimerions entendre les réponses de la partie américaine aux questions que nous avons posées.

Merci.


Droit de réponse : 

Monsieur le Président,

Quels sont les enseignements de cette discussion ? Comme nous le supposions, aucun de nos collègues n’a abordé le point que nous avons soulevé.

Alors que mon collègue américain nous assénait des accusations (de manière assez prévisible) de propagande, deux choses me sont venues à l’esprit. Le premier est un proverbe russe qui peut être grossièrement traduit par « un esprit coupable n’est jamais à l’aise ». Plus nos collègues crient fort lorsqu’ils tentent sans fondement de rejeter la faute sur nous, plus nous pensons avoir touché une corde sensible lorsque nous avons dénoncé leurs indignes activités en Ukraine. Deuxièmement, vous ne pouvez pas vous empêcher de rappeler un autre épisode qui a été mentionné à plusieurs reprises dans divers contextes. Je fais allusions au fameux tube de laboratoire de C. Powell qu’il a montré dans cette même pièce et qui a servi de raison formelle à l’invasion américaine de l’Irak qui a causé un nombre énorme de victimes et de dégâts. Il a touché toute la région et a déclenché entre autres la création de l’organisation terroriste ISIL. Notre collègue albanais a parlé aujourd’hui d’une boîte de Pandore. Eh bien, c’était une boîte de Pandore. Beaucoup d’entre vous ont dit ne pas être au courant des programmes biologiques de l’Ukraine, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’existaient pas. La recherche militaire est une entreprise secrète. Ceux qui y étaient engagés ne le signaleraient pas à l’USG Nakamitsu [NDLR : Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires de désarmement].

Pensez à Raqqa et Mossoul qui ont été rasés. La coalition dirigée par les États-Unis a enterré des milliers de vies civiles sous les ruines de ces villes. Des cadavres sont restés sous les décombres pendant plusieurs mois, et je ne me souviens pas que nos collègues aient déversé leur juste colère à ce sujet. Nous l’avons soulevé à plusieurs reprises lors des réunions du CSNU, mais le sujet s’est tout simplement éteint et personne n’a voulu y revenir. Cependant, pas un jour ne passe sans spéculations sur les atrocités des forces russes, les attaques quotidiennes contre les hôpitaux, les jardins d’enfants, les écoles, les maternités, l’utilisation des bombes à fragmentation, que notre ministère de la Défense a réfutés à plusieurs reprises.

La maternité n°1 de Marioupol est devenue proverbiale à cet égard. Permettez-moi de vous demander : avez-vous écouté ce que nous avons dit ici le lundi 7 mars ? Il s’agissait de militants et de radicaux transformant ce bâtiment en poste de tir. Nous avions alors mis en garde contre cela, mais vous ne vouliez pas écouter, et vous ne voulez pas écouter ce que nous disons. Vous avez vu des photos de la maternité prétendument touchée par une bombe ou un missile. Je les ai aussi ici. Elles montrent un bâtiment, sans fenêtre mais pas en ruine. Je parie que vous pouvez imaginer ce qui aurait dû arriver à un bâtiment touché par une bombe ou un missile, ainsi qu’à tous ceux qui se trouvaient à l’intérieur. J’ai des photos et des séquences vidéo de l’intérieur du bâtiment. Il montre un désordre, des meubles éparpillés à l’envers et des chaises intactes.

Permettez-moi de demander à nouveau : pouvez-vous imaginer quel genre de dégâts auraient été infligés par une bombe ou un tir de missile ? Les experts militaires pourraient vous le dire. En fait, ils l’ont déjà fait. Ils ont montré une photo du cratère à côté du bâtiment. Selon toutes les indications, il a été causé par une explosion souterraine. En attendant, on nous parle de 17 personnes blessées dans cet immeuble, et aucune n’a été tuée. Pour preuve, nous sommes censés accepter des photos mises en scène de la blogueuse ukrainienne Marianna Podgurskaya prises par le journaliste de l’AP Evgeniy Maloletka. D’ailleurs, les internautes ont déjà découvert qu’elle incarne différentes femmes sur différentes photos.

Nous sommes consternés par la campagne ignoble et sale qui ternit l’armée russe, accusée d’avoir délibérément attaqué des installations civiles. Vous nous accusez de faux et de propagande, mais vous ignorez une quantité écrasante de faux, reproduits par des centres ukrainiens et occidentaux pour des opérations psychologiques spéciales. En même temps, vous gardez honteusement le silence sur le fait que vous avez presque coupé l’accès aux sources d’information russes. Au cours de ces journées, nous avons beaucoup appris sur la liberté d’expression dont vous vous considérez comme les champions.

Permettez-moi de répondre à mon collègue britannique qui a cité, de manière incomplète comme d’habitude, les propos du ministre Lavrov selon lesquels nous n’avons pas déclenché de guerre. Voici la citation complète : « Nous n’avons pas commencé la guerre, nous voulons y mettre fin ». En effet, elle n’a pas été lancée par nous, elle a été lancée il y a huit ans par les autorités de Kiev dans le Donbass.

Hier, une vidéo a été mise en ligne sur Internet montrant des Ukrainiens en uniforme militaire quelque part près de Kharkov, qui auraient abattu des avions russes à partir d’un lanceur de défense aérienne portable. A proximité, il y a un véhicule blanc (apparemment une Toyota) avec des insignes de l’ONU. Vraisemblablement, ces personnes sont arrivées sur les lieux par ce véhicule. Nous avons déjà interrogé des représentants du Secrétariat de l’ONU à ce sujet, mais nous avons été rassurés sur le fait que les véhicules de l’ONU n’étaient pas utilisés par les Forces de défense territoriale ukrainiennes (des véhicules de l’ONU auraient déjà été utilisés à Kramatorsk). Nous insistons pour que les Nations Unies enquêtent sur cet incident. Même s’il s’avère que cette voiture n’est pas un véhicule de l’ONU, l’utilisation des insignes de l’ONU sur les moyens de transport utilisés dans les hostilités est inacceptable.

Merci.


Version officielle en anglais : https://russiaun.ru/en/news/110322n_u

(Traduction informelle Arrêt sur info)

Imprimer