Quelqu’un qui se trouve là-bas démolit trois énormes mensonges sur l’ « Ukraine », avec des preuves visuelles incontestables.


Non, ce ne sont PAS des « fausses nouvelles » 

Par Mark Crispin Miller, 4 mai 2022, Nouvelles du sous-sol

Ce démantèlement exemplaire de la propagande sur l’ « Ukraine » nous vient de Russell Bentley du Texas, qui vit maintenant dans le Donbass:

Russell Bentley

Il y a une vieille maxime qui dit : « Le premier pas sur la route de la sagesse est d’appeler les choses par leur vrai nom. » Alors, faisons-le.

Les « fake news » existent depuis longtemps, le « Great Moon Hoax » du New York Sun de 1835 en est un bon (et amusant) exemple. Une fausseté et une fantaisie absolues ont été publiées comme un fait pour un public crédule qui les a avalées. Cette fausse nouvelle sur la lune a fait du Sun un journal important et très rentable dans tous les États-Unis. Cinquante ans plus tard, Hearst et Pulitzer se sont fait concurrence pour le lectorat en publiant des histoires bidons grotesques et sensationnelles qui sont devenues connues sous le nom de « journalisme jaune », ou comme je l’appelle simplement, « urinoire ». En effet, les médias qui publient de telles âneries et les journalistes qui écrivent pour eux ne sont bons qu’à nettoyer les toilettes. Mais cette époque insouciante est révolue depuis longtemps, et les fake news ne sont plus drôles.

La pratique consistant à publier de fausses histoires pour des motifs financiers ou politiques existe probablement depuis bien plus longtemps que cela, mais aujourd’hui, elle a été élevée au rang de science et d’art, un art noir, qui constitue véritablement l’une des plus grandes menaces pour l’avenir de l’humanité dans le monde actuel. C’est un lavage de cerveau de masse à l’échelle mondiale, soutenu par la science et la technologie, une guerre contre la conscience humaine, une attaque concentrée et délibérée contre la capacité des gens à voir la réalité, à discerner les faits des mensonges, c’est une guerre contre la vérité.

Il a été dit à juste titre que le respect de la vérité est la base de toute moralité, donc une guerre contre la vérité est une guerre contre la moralité, contre tout ce qui est bon et décent. Sans capacité à voir la réalité et à détecter les mensonges, sans boussole morale, les gens ne sont littéralement rien de plus que des bêtes muettes, des mules à faire travailler et à exploiter par leurs propriétaires, ou des moutons à mener à l’abattoir. « Fake news » est un terme un peu trop mignon et douillet pour l’art noir qui consiste à effacer intentionnellement l’intellect et la moralité mêmes qui font de nous des êtres humains. Il cherche à abrutir et à dégrader l’humanité jusqu’au point où les gens ne sont plus humains. Et ce point approche rapidement, et pour beaucoup, il est déjà là.

Je veux donner trois exemples concrets et irréfutables d’une véritable propagande nazie, produite par l’Occident (les États-Unis et l’Union européenne) au sujet de la guerre en Ukraine au cours du mois dernier, qui non seulement tente de couvrir le crime d’attaques intentionnelles de meurtres de masse sur des civils, mais va encore plus loin et tente de rendre les victimes réelles responsables des crimes des nazis américains, européens et ukrainiens. Vous verrez par ces trois exemples indiscutables comment la désinformation est utilisée comme une arme véritablement diabolique, comment s’en défendre et comment la détruire avec la vérité.

Exemple n° 1 La Stampa (Italie) PHOTO DE PAGE DE COUVERTURE – « LE CARNAGE

Le 15 mars 2022, le torchon de propagande italien La Stampa a publié la photo ci-dessus, qui montre une scène horrible de meurtre de masse de civils par des armes à sous-munitions illégales lancées dans le centre d’une ville par un missile balistique. 24 civils (dont une famille entière avec 2 enfants) ont été tués, et des dizaines d’autres gravement blessés. Les titres en rouge en haut de page – « La Russie tue 400 personnes à Mariupol, Kiev se prépare à une attaque russe ». Sur la photo, on peut lire : « Le carnage ». La photo est réelle, et si les titres sont intentionnellement trompeurs, ce ne sont pas des mensonges purs et simples. Ils n’ont pas à l’être. Les menteurs de La Stampa n’ont pas besoin de mentir réellement, la plupart des Européens, comme la plupart des citoyens américains, sont bien trop stupides pour regarder au-delà des titres, et sont facilement trompés par rien de plus que des insinuations. Et les propagandistes pro-nazis comme ceux de La Stampa le savent.

Je pourrais vous dire que la photo montre en fait les résultats d’un crime de guerre de l’armée ukrainienne par un missile Tochka-U qui a été intentionnellement lancé sur le centre de la ville de Donetsk vers midi le lundi 14 mars, qu’en fait il était destiné à tuer beaucoup plus que les 24 civils qui ont été assassinés. Je peux vous dire que le week-end précédent, de faux comptes ukrop trolls sur les médias sociaux russes et autres ont diffusé de fausses histoires selon lesquelles l’administration de la RPD donnerait des nouvelles du statut des soldats de la RPD à 12h30 le 14 mars au bâtiment de l’administration dans le centre de Donetsk, et que les épouses, mères et filles des soldats devraient s’y rendre à ce moment-là. Ce message a également été envoyé par SMS à des téléphones spécifiques de femmes membres de la famille de soldats par des comptes usurpés de l’administration de la RPD. Je peux le confirmer, la fille d’un de mes amis servant au front m’a montré le message exact sur son téléphone. Je pourrais vous dire que le missile a été intercepté par la défense aérienne de la RPD et que seuls deux conteneurs de sous-munitions de bombes à fragmentation ont explosé lorsqu’ils ont frappé à environ 500 mètres du bâtiment administratif, sur l’avenue de l’Université, dans le centre de Donetsk, et que si le missile avait atteint sa cible, le nombre de morts se serait élevé à plusieurs centaines. Peut-être que vous me croirez, peut-être que certains ne le feront pas. Mais je peux vous montrer deux photos qui le prouvent.

Moi, Russell Bonner Bentley, debout au même endroit que le mari en deuil sur la photo de La Stampa

Le béret et l’écharpe de la femme de l’homme en deuil. Elle est morte ici. J’ai pris cette photo moi-même.

Maintenant, que pensez-vous du travail de La Stampa ? Non seulement elle essaie de dissimuler le meurtre de masse intentionnel de civils, mais elle accuse les victimes et leurs défenseurs des crimes des nazis que La Stampa et l’Italie soutiennent. C’est un mensonge noir, un mensonge maudit, littéralement l’exact opposé de la vérité. Et la grande majorité des citoyens occidentaux avalent ces mensonges comme des mouches mangent de la merde. Et ceux qui avalent ces mensonges sont tout aussi coupables que les menteurs eux-mêmes. Et pour votre information, le photographe qui a pris la photo déchirante que La Stampa a volée n’a été ni payé ni crédité, ni même demandé la permission d’utiliser sa photo pour cette version italienne de la propagande nazie.

Vous pourriez dire qu’il s’agit d’un incident isolé, que des erreurs se produisent. Ce n’est ni un incident isolé ni une erreur. Les rédacteurs de La Stampa SAVAIENT EXACTEMENT d’où venait la photo et ce qu’elle montrait, ils l’ont utilisée intentionnellement pour mentir. Et les propagandistes pseudo-journalistes font la même chose aux Etats-Unis.

EXAMPLE #2 NEW YORK POST – « RUSSIA CONTINUES BOMBARDMENT OF UKRAINIAN CITIES« 

Encore une fois, mais une intention encore plus flagrante d’induire en erreur, de mentir. La photo, encore une fois, montre les conséquences d’une attaque de missiles ukrainiens sur une zone résidentielle civile de Donetsk, non loin de chez moi dans le district de Petrovsky. Une autre attaque terroriste menée par des nazis ukrainiens contre des cibles civiles, imputée par les propagandistes nazis américains à la RPD et aux défenseurs russes de ces mêmes civils que les Ukrainiens ont attaqués et assassinés. Je peux le prouver ? Eh bien, oui, je peux. Je suis là, devant le même immeuble d’habitation, touché par les missiles ukrop nazis. Un titre honnête dirait, « L’Ukraine continue de bombarder les villes du Donbass ».

Mais ces propagandistes nazis ne se contentent pas de faire porter à leurs victimes la responsabilité de leurs propres crimes, ce sale double jeu n’est pas le plus bas qu’ils puissent atteindre, loin de là. Ils vont même jusqu’à, dans le cadre d’une conspiration transatlantique de quadruple-croix, s’ingénier à discréditer des rapports véridiques en ajoutant leur propre logo à des nouvelles honnêtes, puis en annonçant au monde que le rapport n’est pas le leur. Regardez…

Le 8 avril 2022, un missile balistique Tochka-U (du même type que celui utilisé dans l’attaque de l’avenue de l’Université à Donetsk, trois semaines auparavant) a été tiré sur la gare de Kramatorsk alors que quatre mille civils locaux attendaient d’évacuer la ville avant que les combats n’éclatent. 57 civils ont été tués et 109 blessés, dans une autre attaque gratuite qui n’avait pas de but militaire, mais qui s’inscrivait dans le cadre des habituelles attaques terroristes sous faux drapeau pour lesquelles l’Ukraine est bien connue. La preuve était et reste accablante – Il n’y a aucun doute que le missile était un Tochka-U et qu’il provenait d’un territoire tenu par l’Ukraine. L’Ukraine continue d’utiliser des missiles Tochka-U dans la guerre du Donbass, mais les républiques du Donbass n’en ont pas, et la Russie a retiré le dernier de ses missiles il y a des années, en 2019, en faveur de l’Iskander, beaucoup plus efficace et précis, que la Russie a utilisé dans l’Opération Z.

Sur le côté du missile étaient inscrits, en russe, les mots « За Детей », « Pour les enfants ». Combien faut-il être stupide pour croire que les Russes ne commettraient pas seulement un crime de guerre contre les citoyens ukrainiens d’origine russe de la partie pro-russe de l’Ukraine, mais qu’ils ajouteraient l’insulte à la blessure et s’impliqueraient littéralement devant le monde en écrivant quelque chose d’aussi méprisable, en russe, pour que le monde entier le voie ?

En outre, il existe des méthodes scientifiques permettant de déterminer la direction d’un missile, notamment la forme du cratère et l’emplacement de la queue par rapport à l’ogive. Ces méthodes sont standard, simples et utilisées par toutes les armées du monde. Et comme les lois de la physique, elles s’appliquent partout, et dans toutes les situations de la même manière. Sur la photo ci-dessous, qui montre la trajectoire du missile tiré sur Kramatorsk, tout ce qui se trouve à gauche de la ligne rouge est un territoire sous le contrôle de l’armée ukrainienne.

Pour une liste complète de tous les éléments qui prouvent que le missile, S/N Ш91579, a été tiré par la 19e brigade de missiles ukrainienne, basée près de Dobropolia, à environ 45 kilomètres de Kramatorsk, voir cet excellent article de Scott Ritter, ancien officier des Marines américains et expert en armement de l’ONU. Il existe également de nombreux autres articles (ICI, ICI et ICI) qui énumèrent les preuves et les indications qu’il s’agissait d’une attaque sous faux drapeau de l’Ukraine contre ses propres civils. Tels que les suivants :

1 – Le « test de l’odeur ». POURQUOI les Russes attaqueraient-ils des civils d’origine russe dans une région connue pour son large soutien à la Russie ?

2 – La fausse inscription « Pour les enfants » serait la DERNIÈRE chose que les Russes feraient. Les troupes de roquettes sont parmi les mieux entraînées et les plus disciplinées de toutes les armées. Si les Russes devaient commettre un crime de guerre contre des civils, pensez-vous vraiment qu’ils signeraient leur travail pour que le monde entier puisse le voir ?

3 – Les preuves matérielles attestent de la trajectoire du missile, et cette trajectoire pointe directement vers Dobropolia, au cœur du territoire ukrainien, où est basée la 19e brigade ukrainienne de missiles. Il est impossible que les Russes aient tiré un missile de là.

4 – Les Russes ont retiré leur vieux stock de missiles Tochka-U il y a des années en faveur de l’Iskander, qu’ils utilisent maintenant.

5 – Les Ukrainiens possèdent et utilisent toujours des missiles Tochka-U, et l’ont fait à de multiples occasions tout au long des 8 années de la guerre du Donbass.

6 – Le S/N du Tochka-U tiré à Kramatorsk est dans la même série et numériquement très proche des S/N d’autres missiles Tochka-U également connus pour avoir été tirés par les forces armées ukrainiennes pendant la guerre du Donbass.

7 – Le S/N exact trouvé sur le missile à Kramatorsk a été enregistré dans des documents officiels comme ayant été transféré de l’URSS à l’Ukraine en 1991.

8 – Il n’y a aucune preuve qui soutiendrait une autre théorie qu’une attaque sous faux drapeau ukrainienne contre les civils de Kramatorsk. Aucune.

C’est un problème difficile à résoudre pour les propagandistes pro-nazis de l’Occident. Toutes les preuves prouvent qu’ils l’ont fait, au-delà de tout doute raisonnable, et il n’y a aucune preuve crédible d’aucune sorte qui pourrait soutenir une théorie alternative. Alors que font-ils ? Simplement inventer des conneries, bien sûr, comme d’habitude, mais avec un twist. Cette fois, ils inventent des fausses nouvelles les concernant, et essaient de les faire passer pour des « désinfo » produites par les Russes.

Ainsi, nous voyons de vraies vidéos, à la première personne, sur les lieux, des véritables conséquences de l’attaque de Kramatorsk, des vidéos du vrai S/N, toutes montées ensemble, mais avec une fausse intro et un faux logo de la BBC, et ensuite diffusées sur Internet avec la légende « Regardez ! La BBC a finalement dit la vérité pour une fois ! !! ». Ainsi, les menteurs professionnels peuvent ensuite « démystifier » la fausse vidéo de la BBC, ainsi que tous les faits réels que les vraies vidéos contiennent. Et ensuite, littéralement, TOUS les organes de propagande occidentaux diffusent l’histoire de la fausse vidéo sur tout le web. La phrase de recherche « BBC fake video missile Kramatorsk » renvoie à 55 000 liens sur Google, 24 millions sur Bing Search, et un énorme 25 millions de résultats sur Yahoo Search. Les propagandistes occidentaux prétendent que les Russes ont ajouté le faux logo de la BBC, mais pourquoi la Russie discréditerait-elle les preuves réelles de ce qui s’est passé en ajoutant un faux logo de la BBC ? La BBC a la réputation bien méritée d’être l’un des médias les plus malhonnêtes au monde, ses mensonges sont légion. Alors pourquoi la Russie se discréditerait-elle elle-même et ses propres preuves irréfutables en ajoutant un faux logo de propagandistes connus ? Réponse : elle ne l’a pas fait.

Si ce qui précède ne vous suffit pas pour voir un modèle, une politique intentionnelle d’éclairage, d’obscurcissement et de mensonges purs et simples, alors vous êtes déjà trop loin, vous êtes déjà allergique à la vérité et vous en êtes l’ennemi. Ne collaborez pas avec les menteurs en acceptant leurs mensonges sans critique, sans les examiner de près. Ne soyez pas stupides, crédules ou intellectuellement paresseux. Les enjeux sont beaucoup trop élevés. Ceux qui acceptent sans réfléchir et volontairement des mensonges évidents comme étant la vérité sont tout aussi pernicieux que les menteurs eux-mêmes. Ne le faites pas !

La compréhension du simple fait que les médias occidentaux modernes sont le produit et les descendants de Joseph Goebbels et Ed Bernays est la base appropriée pour considérer tout ce que les médias occidentaux présentent comme des faits. N’attendez pas de la BBC qu’elle « dise la vérité pour une fois », n’attendez pas des menteurs payés et pathologiques qu’ils disent la vérité, même une fois. N’attendez pas du léopard qu’il change ses taches. Comprenez qu’ils sont les ennemis de la vérité et de la moralité, les ennemis de l’Humanité, vos ennemis, qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour vous tromper et vous confondre, afin de vous asservir et de vous exterminer. Le respect de la vérité est la base de toute moralité. Respectez-la et défendez-la !

ADDENDUM 

La liste des sophismes logiques est également une excellente introduction aux techniques modernes de propagande. Mais lorsqu’elles sont utilisées par des menteurs professionnels, intentionnellement, ce ne sont plus des « sophismes », ce sont des mensonges, des attaques contre la vérité et la réalité, et contre la conscience humaine.

Fritz Hippler a expliqué le secret de la propagande  moderne, et il le savait. Il était le chef de la réalisation cinématographique au ministère de l’Instruction publique et de la Propagande du Reich pendant les années de l’Allemagne nazie. Comme il l’a dit, « Le secret de la propagande consiste à simplifier les choses complexes ou compliquées, à les rendre aussi simples que possible, de sorte que même les hommes les moins ingénieux puissent comprendre ce que je veux dire. Et ensuite, le répéter, le répéter, le répéter tous les jours. C’est le secret de la propagande moderne – simplifier et répéter. » (Vous devriez vraiment cliquer sur le lien, et l’entendre et le voir le dire lui-même. Il est très convaincant).

Mark Crispin Miller

Professeur de médias, culture et communication à l’université de New York. Fondateur de News from Underground Mark Crispin Miller est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Boxed In, The Bush Dyslexicon, et Fooled Again.

Source : Nouvelles du sous-sol

Traduction Arrêt sur info

Imprimer