UN GRAND MÉDIA OCCIDENTAL SUPPRIME UNE VIDÉO CRITIQUE À L’ÉGARD DE L’UKRAINE

La vérité finira par émerger.

Les autorités russes n’ont cessé de répéter que les médias occidentaux nous mentent et que, contrairement à ce qu’ils affirment, ce n’était pas la Russie qui empêchait les civils de quitter l’usine Azovstal. [Arrêt sur info, 7 mai 2022]  

Der Spiegel supprime un clip dans lequel un évacué d’Azovstal critiquait l’Ukraine

Par Daily Telegraph NZ
Le 7 mai 2022

Invoquant des « divergences de contenu », le magazine allemand Der Spiegel a retiré une vidéo montrant le témoignage d’un évacué de l’usine « Azovstal » de Marioupol, un bastion des militants néonazis d’Azov et d’autres combattants ukrainiens.

 

Otage à l’usine Asovstal. Crédit photo Ria.

La femme dans la vidéo avait révélé que les militants ukrainiens mentaient à sa famille, la tenaient en otage et l’utilisaient comme bouclier humain.

Un autre média allemand, Junge Welt, a remarqué la suppression de la vidéo jeudi soir. Selon JW, Der Spiegel a publié la vidéo de trois minutes lundi. Elle mettait en scène Natalia Usmanova, qui avait travaillé à Azovstal avant le conflit et y avait trouvé refuge avec son mari et ses enfants.

Dans l’enregistrement, Mme Usmanova raconte aux journalistes que les militants d’Azov « nous ont gardés dans le bunker » pendant deux mois et n’ont pas permis à sa famille de sortir en utilisant les couloirs humanitaires établis par les troupes russes.

« Ils se sont cachés derrière le fait qu’ils sont soi-disant préoccupés par notre sécurité », a déclaré Usmanova, selon une traduction allemande, ajoutant que sa famille s’est fait crier à plusieurs reprises de « retourner au bunker ! ».

« L’Ukraine est morte pour moi en tant qu’État », a déclaré Usmanova à la fin de son témoignage.

Der Spiegel a déclaré avoir obtenu la vidéo de Reuters, et qu’elle avait été temporairement retirée « en raison de divergences dans le contenu qui ont été découvertes par la suite. » Interrogé par RIA Novosti sur ces prétendues divergences, Der Spiegel a répondu qu’il était « toujours en train de clarifier cette question. »

La vidéo publiée par Reuters ne dure qu’une minute, cependant, et on y voit Usmanova parler de l’intensité des tirs d’artillerie et de la vie difficile à l’intérieur du bunker. Les deux vidéos proviennent de la même interview accordée à plusieurs organes de presse, dont RIA Novosti, qui a confirmé l’authenticité des propos d’Usmanova dans le clip du Spiegel, désormais supprimé.

À la place de la vidéo, le magazine allemand présente désormais une photo d’Usmanova dans un bus avec d’autres civils, prise par un photographe de RIA Novosti le 1er mai.

Le témoignage d’Usmanova contredit directement les affirmations des militants d’Azov et du gouvernement de Kiev selon lesquelles la Russie empêche l’évacuation des civils du complexe Azovstal. Moscou a ouvert à plusieurs reprises des couloirs humanitaires à partir de cette zone. L’ONU a annoncé que 500 autres civils ont été évacués de l’usine dans la nuit de jeudi à vendredi.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, après que l’Ukraine n’a pas appliqué les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et que Moscou a fini par reconnaître les républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France visaient à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Source: Daily Telegraph.co.nz

Traduction: Arrêt sur info.ch

Imprimer