Détails choquants sur la façon dont Israël traite les prisonnières de Gaza. (Image : Palestine Chronicle)

Disparition forcée – Les noms de 51 femmes détenues à Gaza sont révélés

Il s’agit d’une lecture difficile, mais essentielle. Les épreuves collectives subies par les femmes de Gaza détenues en Israël sont sans précédent, même dans l’histoire tragique du traitement des prisonniers palestiniens par Israël.

Les noms de 51 prisonnières, détenues illégalement par les forces d’invasion israéliennes au cours de leur opération terrestre à Gaza, ont été révélés.

Ce nombre a été annoncé par l’Autorité palestinienne des affaires des prisonniers dans un communiqué, sans confirmer s’il y a d’autres prisonnières détenues secrètement en Israël.

Cependant, quel que soit le nombre exact, les témoignages recueillis auprès des prisonnières libérées révèlent des abus, des mauvais traitements et des tortures choquants.

The Palestine Chronicle s’est entretenu avec Lama Khater, originaire d’Al-Khalil (Hébron), qui a été arrêtée le 26 octobre et libérée le 30 novembre dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers conclu entre le gouvernement israélien et la Résistance palestinienne.

Khater a été détenue avec dix prisonnières de Gaza et a été témoin des abus qu’elles ont subis.

Arrestation arbitraire

M. Khater a déclaré que les conditions de vie des prisonnières de Gaza étaient particulièrement difficiles, à commencer par leur enlèvement lors de leur déplacement depuis le nord de la bande de Gaza.

“Elles ont été arrêtées au hasard, principalement dans le nord de la bande de Gaza. Les soldats israéliens ont également détenu des mères, qui ont été forcées de laisser leurs enfants à des passants”, a-t-elle souligné.

Mme Khater a raconté qu’avant d’arriver à la prison de Damon, les détenues ont été laissées sans couverture, soumises à des fouilles à nu humiliantes et forcées de dormir sur le sol nu.

Lorsqu’elles ont été amenées dans les prisons, elles ont eu les yeux bandés, ont été menottées et ont été privées de leur hijab, a déclaré Khater.

Elles auraient été placées dans des cellules étroites de la prison de Damon et n’auraient pas été autorisées à parler aux autres prisonnières de Cisjordanie occupée et de Palestine 48.

“Toutes les prisonnières sont soumises à d’importantes restrictions”, a déclaré Mme Khater, “mais les prisonnières de Gaza ont été traitées encore plus durement”.

“Par exemple, elles ne sont autorisées à se doucher qu’en groupes d’au moins 50 femmes, et pas plus de 15 minutes par jour.

Khater a déclaré que les 10 et 11 décembre, cinq prisonnières de la bande de Gaza ont été emmenées hors de la prison de Damon. On ne sait pas encore où elles se trouvent.

Parmi les prisonnières de Gaza, certaines sont dans un état particulièrement difficile : une femme de 80 ans qui souffre de la maladie d’Alzheimer et une femme enceinte. Toutes deux sont victimes de négligence médicale.

Détenues dans des cages

The Palestine Chronicle s’est également entretenue avec l’avocat palestinien Hassan al-Abadi, qui a recueilli les témoignages de plusieurs femmes détenues à Damon.

Al-Abadi, qui s’est porté volontaire pour rendre visite aux prisonnières, a soumis sa première demande à l’administration pénitentiaire israélienne le 30 novembre, mais on lui a répondu qu’il n’y avait plus de prisonnières dans le centre de détention.

Quelques jours plus tard, cependant, les médias ont révélé que des dizaines de prisonnières, originaires de Gaza, de Jérusalem et de Palestine 48, y étaient toujours détenues.

Al-Abadi a confirmé à The Palestine Chronicle qu’il y avait plus de 40 prisonnières de Gaza dans le centre, mais qu’elles n’avaient pas le droit de voir un avocat.

“Lorsque je rendais visite à une prisonnière de Cisjordanie ou de Jérusalem, elle me parlait des conditions de détention difficiles des prisonnières de la bande de Gaza”, a-t-il déclaré.

M. Al-Abadi s’est dit particulièrement troublé par la manière dont les forces israéliennes transportaient les détenues de Gaza vers les prisons.

Selon l’avocat, elles ont été placées dans des camions transportant des cages semblables à celles utilisées pour le transport des animaux.

“Ce détail m’a particulièrement blessée : ces femmes ont été transportées dans des camions pour animaux. Elles ont été attachées, on leur a bandé les yeux et on leur a enlevé leur couvre-chef pour les humilier”, a déclaré M. al-Abadi.

Tâches de sang

L’avocat a également déclaré que lorsque les détenues sont arrivées à la prison, leurs vêtements étaient tachés de sang. La plupart d’entre elles saignaient également des mains, les chaînes en plastique ayant été fermement attachées autour de leurs poignets pendant des jours.

À leur arrivée, elles ont été réparties dans trois pièces contenant chacune six lits en fer. La plupart d’entre eux auraient été contraints de dormir à même le sol, sans oreiller ni matelas.

“Les prisonniers m’ont dit que la nourriture était également très mauvaise et que les gardes israéliens la laissaient délibérément sur les portes des cellules pendant des heures, jusqu’à ce qu’elle devienne froide. L’eau a également un goût de rouille”, a ajouté M. al-Abadi.

“Les détenues de Gaza n’ont même pas le droit de parler aux autres prisonniers et doivent communiquer en secret.

M. al-Abadi a précisé qu’une des femmes avait dû laisser ses quatre enfants à Gaza. L’aîné n’avait que huit ans et le plus jeune était un nourrisson.

Selon le témoignage d’autres prisonniers, la femme marchait dans la rue Salah Al-Din, fuyant le nord de la bande de Gaza, lorsque les soldats israéliens l’ont arrêtée.

“Lorsqu’elle a appris qu’elle serait arrêtée, elle a immédiatement remis ses enfants à un garçon qui marchait dans la rue et lui a dit de s’occuper d’eux “, a expliqué M. al-Abadi.

“J’ai appris des autres prisonniers qu’elle demandait des nouvelles de ses enfants tous les jours, pleurant inconsolablement, mais que personne ne la tenait au courant de leur sort.

Il y a quelques jours, cependant, M. al-Abadi a pu transmettre un message verbal à cette femme, lui indiquant que ses enfants avaient finalement rejoint leur père. “Cette fois, elle a pleuré de joie”, a-t-il déclaré.

Une grande inquiétude

Selon M. al-Abadi, ces femmes ne souffrent pas seulement des conditions extrêmement cruelles de leur détention, mais elles sont aussi constamment préoccupées par le sort de leur famille.

Elles ne connaissent pas le sort de leurs enfants, car Israël continue de bombarder Gaza sans relâche.

“Ils ne sont pas autorisés à entendre les nouvelles ou à suivre ce qui se passe d’une manière ou d’une autre. Ils sont isolés du monde extérieur et ne savent rien”, a expliqué M. al-Abadi.

Mais il existe d’autres formes de violations commises par les autorités israéliennes. Al-Abadi nous a expliqué que l’administration pénitentiaire empêche ces femmes d’apporter des serviettes hygiéniques

Par conséquent, pendant leurs règles, elles sont obligées de laver leurs vêtements tous les jours et de les porter lorsqu’ils sont encore humides, car l’administration pénitentiaire ne leur fournit pas de vêtements supplémentaires. Elles n’ont que les vêtements qu’elles portaient au moment de leur arrestation.

Israël considère les hommes et les femmes détenus dans la bande de Gaza comme des prisonniers de guerre en vertu de la loi dite des “combattants illégaux”. Par conséquent, il les empêche d’entrer en contact avec des avocats et des institutions de défense des droits de l’homme.

Fayha Shalash – Ramallah, 5 janvier 2024

Source: Palestinechronicle.com

Traduction Arretsurinfo.ch